L’Audio du 25 janvier 2018 :

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-25-janvier-2018.mp3

Mnuchin a deux défauts :

Il a nom imprononçable. Si, sérieux. Qui est-ce qui a eu l’idée de coller un « N » derrière un « M » – je n’ai pas encore trouvé une langue où c’est normal de faire ça. Même en Suisse Allemande ils ont renoncé à faire ce genre de chose parce que c’est impossible de prononcer un M et un N à la suite sans réfléchir. C’est bien simple à chaque fois que de dois mettre Monsieur Mnuchin dans une chronique j’hésite parce que je sais que je vais avoir l’air con en le disant.

Selon Wikipédia, il faut m (en tout petit) et puis après « NOOO chin ». Mais si c’était pour par dire le « m », pourquoi ils l’on mis ???

Mais en plus d’avoir un nom imprononçable, ou alors peut-être par les tribus Massaïs du fond du Kenya, Monsieur Mnuchin a, hier, été capable de freiner nos ardeurs bullishs en déclarant que le dollar faible « c’était trop chouette pour l’économie américaine » parce que ça leur facilite les exportations.

Ensuite l’Euro/Dollar a pris une figure dans la figure, la Livre est montée de 2 figures et même pas à cause du BREXIT et le Dollar/Suisse est revenu au plus bas depuis l’été passé, à 0.9450 …

Inutile de dire que dans la foulée des déclaration de… mNOOOchin… les marchés européens ont pris la direction du Sud, parce qu’évidemment, si un Dollar faible arrange les USA pour leurs exportations, ça n’arrange pas du tout les Européens pour les leurs…d’exportations. Tout ça à cause de l’argent…

Ouais, te casses pas on a compris !

Donc l’Europe s’est pris les pieds dans le tapis à cause de l’Euro qui est trop fort, du Dollar qui est trop faible et du fait que tout cela pourrait pousser Mario Draghi – ex-collègue de chez Goldman Sachs de Monsieur mNOOOchin – a revoir son discours qu’il est censé faire devant les journalistes après le lunch de ce jeudi. Il pourrait être moins convaincant dans ses paroles et laisser sous-entendre que la hausse de l’Euro ne l’arrange pas et qu’il pourrait – du coup – continuer son programme de soutien à l’économie et repousser la hausse des taux au Calendes grecques.

En effet, le problème dans tout cela n’est pas le fait que l’Euro ait pris une figure dans les dents hier après-midi, c’est surtout le fait que la tendance qui se dessine pourrait même empirer. Un expert en monnaie qui n’avait rien dit et rien vu venir jusque-là, a soudainement déclaré que malgré la faiblesse récente, le billet vert pourrait être surévalué de 10%.

C’est visionnaire. Surtout après les commentaires de l’autre, il n’y avait pas besoin d’avoir fait physique nucléaire pour imaginer que les Américains n’ont aucune envie de voir le Dollar remonter de si tôt.

Donc l’Europe s’est cassé la figure – oui, de nos jours 1% de baisse ça veut dire « casser la figure », 2% c’est une correction, 3% c’est une correction massive et au-dessus, c’est un Krach et puis dès 10% de baisse ça s’appelle un « je vous l’avais dit ».

L’Europe a plongé, Suez a perdu 17% après un profit warning – là aussi c’est drôle – Suez prévient que le trimestre sera pourri à cause de ce qui se passe en Catalogne… C’est quand même formidable, on a groupe international qui se dit « Expert Mondial dans le métiers de l’eau », et une toute petite révolution en Espagne plombe leur résultat. L’eau ça ne pousse qu’en Catalogne ou bien ?

Bref, l’Europe dans le rouge, l’Angleterre dans le rouge parce la Livre faisait pareil, la Suisse dans le rouge parce qu’il n’y avait que Novartis qui montait après des chiffres superbes et que s’il n’y a que Novartis qui monte, ça a beau faire 18.9% du SMI, ça ne suffit pas.

Dans la foulée les USA n’ont pas résisté. Le Dow Jones a quand même réussi à terminer au plus haut de tous les temps, mais le reste baissait. Enfin, on va plutôt dire baissotait, ce qui fait plus de sens. GE a raté son trimestre – quelle surprise – et perdait près de 3% avec en plus une mauvaise nouvelle en provenance de la SEC qui demandait une augmentation des réserves, quand ça va mal, tout va mal. Puis Qualcomm baissait de 0.5% et Apple de 1.6% après avoir été condamné à une amende de 1.2 milliards pour une histoire de pots-de-vin. En même temps, comme Qualcomm est sous menace de take-over de la part de Broadcom, ça limite la baisse.

On notera les chiffres trimestriels en ligne de Texas Instrument et de la compagnie aérienne UAL. Des chiffres en ligne mais des perspectives timides qui coûtait près de 10% aux deux titres. On voit que ce trimestre il va falloir faire MIEUX QUE LES ATTENTES, mais en plus déclarer la main sur le cœur que tout ira bien dans les trois prochains mois et dans les 12 prochaines années aussi.

Le S&P a donc baissé, le Nasdaq a baissé plus et tout le monde se pose la question : « Est-ce que ce jeudi 25 janvier sera la première fois de l’année 2018 où nous serons capables de baisser deux jours de suite ???? » – ce qui n’est pas encore arrivé cette année.

Je vous l’avoue le suspens est insoutenable.

Pendant ce temps, il y a un qui rigole, c’est l’or. L’or qui monte encore et encore et si ça se trouve ce n’est que le début, d’accord, d’accord. C’est en tous les cas ce que certains pensent. Une cassure de 1350$ à la hausse pouvait être le signal d’un démarrage à la hausse. Ce qui semble en cours ce matin avec une once à 1363$. Affaire à suivre, ce n’est pas la première fois que l’or nous fait le coup du « tout cru, patate crue »… Le pétrole est en folie, cette fois c’est sûr, il va à 70$. Ce matin le baril vaut 66.31$ et semble inarrêtable… L’inflation nous guette. Surtout si on roule dans une Ford Mustang avec plein de chevaux dedans et un gros V8 très gourmand cher aux écologistes.

Ce matin l’Asie est en baisse. Le Dollar, l’Euro, le Yen, la Livre, le Secrétaire du Trésor avec un nom bizarre et l’arrivée à Davos de Trump qui pourrait faire pire met la pression sur les asiatiques. Le Nikkei recule de 1.15%, Hong Kong de 0.4% et la Chine de pas grand-chose.

On constate un rebond des Cryptomonnaies, le Bitcoin et ses frères sont tous plus ou moins en hausse de 10%, mais selon les experts qui se sont lancés dans l’analyse techniques de ces nouvelles monnaies, la consolidation n’est pas terminée et le rallye qui nous mènera à 500’000 sur le Bitcoin n’est pas encore là. En même temps, si on va vraiment à 500’000 sur le Bitcoin, vous avouerez que l’acheter à 10’000 ou à 11’000, ça ne change quand même pas grand-chose. À l’instant où je vous parle, le Bitcoin vaut 11’540$ et 1’089$ pour l’Ethereum…

Dans les news du jour, dans le FT on parle de la Suisse qui deviendrait une place principale dans l’émission des « cryptomonnaies », c’est bien on est en train de trouver un moyen de recréer le secret bancaire alors ? Le Barron’s se pose deux questions :

– Est-ce que le Dollar faible c’est bien ou mal ?
– Est-ce que nous sommes dans l’année du retour des IPO technologiques ? C’est l’arrivée de celle de DropBox qui soulève la question.

Warren Buffet a déjà perdu près de 700 millions dans le sell-off du secteur des compagnies aériennes, mais il semblerait que ça ne l’a pas empêché de dormir. Et puis pour le reste, on écoute attentivement les discours de Davos et on se réjouit déjà de voir Trump à la tribune.

Pour le moment les futures sont inchangés et on attend l’IFO en Allemagne et, comme je le mentionnais plus haut, le discours de Draghi après la décision de la BCE. Il y aura aussi les Jobless Claims aux USA pendant que le Président parlera.

Côté chiffres du trimestre, nous aurons 3M, Biogen, Caterpillar, Celgene, Diageo, Fiat, Freeport McMoran, Intel et Starbucks. Entre autres.

Le thème du jour c’est donc définitivement le dollar et on peut parier que Trump devrait « backer » son Secrétaire du Trésor, lui qui disait que le « buck » était trop cher en avril dernier. En attendant tout ça, je vous souhaite une excellente journée et on se retrouve demain pour de nouvelles aventures et un nouveau cours de prononciation.

Thomas Veillet
Investir.ch

“Donald Trump is worse than any horror story I’ve written.”
― Stephen King

L’article Pour quelques dollars…de moins est apparu en premier sur investir.ch.