L’Audio du 22 septembre 2022

https://www.investir.ch/app/uploads/laudio-du-22-septembre-2022.mp3

Télécharger le podcast

La mission ou la vision ?

En général, et d’aussi loin que je me souvienne, la FED n’est pas trop le genre à faire des prévisions. Son job c’est d’annoncer ce que l’on fait des taux et d’expliquer où est-ce que nous sommes, afin que les marchés soient au courant que le capitaine Powell est à la barre et que tout va bien. D’ailleurs, depuis que Powell est au pouvoir, il a toujours eu tendance à être plutôt sympathique avec nous. Toujours plutôt arrangeant et pas le dernier à payer sa tournée aux intervenants. Jusqu’au début de l’année on le trouvait même assez agréable et s’il avait été plus jeune, je pense que certaines mères l’auraient allégrement choisi comme « gendre idéal ». Sauf que le gendre idéal s’est raté au sujet de l’inflation et depuis le premier janvier il essaie de corriger le tir.

Cependant, lors de ce dernier meeting en date, on a bien vu que Jerome Powell a définitivement changé d’attitude. Si auparavant il se contentait de monter ou de baisser les taux et de balancer quantité de platitudes économiques pour occuper les économistes, hier il a changé de stratégie. En effet, non seulement il a monté les taux de 75 basis points comme nous l’attendions, MAIS EN PLUS il a déjà annoncé ce qu’il allait faire lors du meeting de novembre, puis de celui de décembre. Il a même fixé le niveau auquel il arrêterait de monter les taux en 2023. Powell, c’est un peu ton meilleur ami qui va au cinéma avec toi pour voir un film qu’il a DÉJÀ VU et qui passe sa soirée à te dire tout ce qui va se passer, 30 secondes avant que ça se passe. Le mec il nous a spolié en tous les cas les trois prochains meetings de la FED ! Déjà que l’on n’avait que ça à attendre, je ne vous dis même pas comment on va s’ennuyer si on connait la fin en avance !!!

Sauf que cette fois ils savent

Au-delà du fait que la FED a donc annoncé qu’ils ne feraient pas de cadeau et qu’ils enfonceraient le clou jusqu’à que l’inflation cède du terrain et lâche du lest. Qu’ils aimeraient bien que le chômage commence à augmenter et que le commun des mortels commence à souffrir pour de vrai, parce que là vraiment, en ce moment c’est quand même trop facile avec tout ce pognon qui tombe dont on ne sait plus quoi faire si ce n’est faire monter l’inflation. Mais en plus de ces bonnes nouvelles encourageantes la Réserve Fédérale Américaine a aussi pris le temps d’annoncer qu’il ne fallait pas trop se faire des illusions pour le futur, puisque Powell et ses amis ont annoncé que :

– Il y aurait une nouvelle hausse de 0.75% en novembre
– Il y aurait ensuite une autre hausse de 0.5% en décembre
– Que d’ici la fin 2022, il y aurait encore une hausse totale de 125 basis points (ça c’est pour ceux qui n’auraient pas su additionner 0.5 et 0.75)
– Et qu’ensuite, ils monteraient encore les taux en 2023 pour atteindre les 4.4% sur les FED FUNDS
– Puis les taux resteraient là pendant un moment.
– Et pour terminer avec une bonne nouvelle, Powell a dit que les taux ne baisseraient pas avant 2024

Voilà. Alors pour ceux qui s’attendaient à un discours tout en douceur hier soir, je crois que vous pourrez repasser en deuxième semaine. La seule chose que Powell n’a pas annoncé hier, c’est que si ça continuait, il déclenchait une guerre nucléaire.

Non, il ne l’a pas dit.

Ça c’est Poutine qui l’a dit en mobilisant 300’000 pauvres types destinés à finir en chair à canon.

Mais pourquoi est-il si méchant ???

Nous sommes donc le jeudi 22 septembre, apparemment nous sommes en automne et la température vient de chuter de 15 degrés et c’est même pas certain qu’il refasse chaud l’été prochain. Les indices américains ont perdu près de 1.8% et aucun secteur ne semble avoir été épargné. Ce matin les futures sont clairement dans le rouge et les Européens qui avaient terminé dans le vert en espérant une « bonne interprétation du message de la FED » risquent bien d’en être pour leurs frais. Ceux qui pensaient que l’on ne reverrait plus jamais les niveaux de juin sont en train de brûler des cierges en grosse quantité pour espérer déjà que les niveaux en question vont TENIR. Ce qui serait déjà pas mal.

Il faut dire que l’on pensait que le message de Jackson Hole était assez agressif en son temps, mais il faut reconnaître que ce que Powell a dit hier soir, était encore un cran en-dessus. Je vous avoue que par moments on a l’impression qu’il est fâché contre nous et que c’est notre faute s’il y a de l’inflation. Bon, après tout c’est pas très éloigné de la réalité ; si on arrêtait d’acheter n’importe quoi et que l’on restait sagement à la maison sans rien dépenser, ça irait nettement mieux. Et puis si ceux qui ont des jobs acceptaient de démissionner sans toucher de salaire, ça aurait au moins le mérite de bosser dans le sens de la lutte contre l’inflation ! C’est vrai qu’actuellement le bon peuple des gens qui travaillent et qui ne sont pas dans les hautes sphères des décideurs, est quand même peu collaboratif. C’était quand même plus simple quand le bon peuple en question était confiné et que le livreur Amazon n’avait même pas le droit de venir livrer.

Le retour des visionnaires

Nous sommes donc tous d’accord – si l’on en croit la FED – que tout est de notre faute et qu’il serait temps que l’on arrête de faire monter les prix et que si on ne comprend pas Powell va se charger de faire monter les taux de vos cartes de crédit et les taux de vos hypothèques encore plus haut que ce n’est déjà fait. Si on pensait que c’était douloureux jusque-là, que l’on rassure, ça peut être pire. Par contre il y a une chose qui me fait quand même doucement rigoler et je ne peux pas la laisser de côté ce matin.

Si l’on se souvient de l’année dernière – à peu près à la même époque, à quelques semaines près – le MÊME Monsieur Powell s’est pointé à la télé, sur la même chaîne qu’hier soir, dans les mêmes journaux que ce matin. Sauf que cette fois c’était pour nous dire que :

« L’INFLATION ÉTAIT TRANSITOIRE ET SOUS CONTRÔLE »

Aujourd’hui, jeudi 22 septembre, avec le recul et l’expérience accumulée, je crois que l’on peut clairement dire que Powell et ses potes de la FED se sont COMPLÈTEMENT FOUTUS DEDANS. Ça n’est pas être méchant et moqueur que de dire cela. C’est même plutôt la vérité. Je ne dis pas que moi je l’avais vu venir, mais au moins, moins je ne l’ai pas ramené sur CNBC pour dire que tout allait bien se passer.

Donc on est bien d’accord pour dire que la FED s’est complètement vautrée dans ses prévisions et ça, pas plus tard qu’il y a douze mois. Je pense même que tout le monde doit s’en souvenir. Par contre, il serait bon de noter que les mecs étaient totalement à côté de la plaque et ont foiré leurs prévisions en mode « champion du monde », par contre ce matin, personne n’est étonné de voir que la FED nous annonce déjà ce qu’elle va faire jusqu’en 2024. Quelqu’un peut-il prendre un gros feutre noir épais et indélébile pour noter sur le mur qu’en général personne n’est foutu de faire des prévisions à peu près exactes depuis près de trois ans, mais là par contre, on trouve parfaitement normal de se faire aboyer dessus par le patron de la FED qui nous annonce son plan de marche à deux ans. Ça ne surprend personne.

En tous cas je vais vous dire, moi j’ai tout noté et ils n’ont pas intérêt à changer une ligne de ce qu’ils ont prévu, sinon je pourrais me moquer pendant les 24 prochains mois.

Ce matin en Asie

Ce matin, inutile de vous dire que l’Asie est dans le rouge. Hong Kong recule de 1.8%, la Chine est en baisse de 0.3% et le Japon baisse de 0.8%, et ce même si la Banque Centrale Japonaise vient de confirmer qu’elle, elle garde les taux super-bas. Si vous cherchez une terre d’asile où les taux ne sont pas en train de monter à coup de 0.75%, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Le Japon est en train de vivre dans un monde parallèle. Chose qui n’est pas étonnante, il suffit de lire un manga pour comprendre que l’on n’est pas dans la même dimension.

Pour le reste, on attend que la Banque d’Angleterre fasse son œuvre côté taux, tout comme la BNS. On va voir si les Anglais ou les Bernois ont le courage de rejoindre les Suédois dans le club très fermé des banques centrales qui osent monter les taux de 100 BP d’un coup d’un seul. Autrement le pétrole est en baisse et se traite à 83$ et des poussières. Il faut dire que les brillants visionnaires que nous sommes, avons tout de suite compris que si les taux montent, la consommation va forcément ralentir et que plus personne ne va acheter du pétrole – jamais – tout comme l’or qui se traite à 1668$ et qui n’est plus du tout corrélé à l’inflation. Et je ne vous parle même pas du Bitcoin qui est repassé sous les 19’000$ pour la 614ème fois, bien qu’il refuse obstinément d’aller plus bas. Cette fois est-ce la bonne ? Moi qui attends les 14’000$ pour enfin en acheter.

Nouvelles du jour

Dans les nouvelles du jour, il y a à boire et à manger. La première chose que l’on doit retenir (quand même), c’est Poutine qui fait monter la pression en utilisant le terme « nucléaire » dans son discours de mobilisation. Il accuse l’Ouest de vouloir détruire la Russie et les Américains sont très « préoccupés » par ses paroles, même s’ils ne savent pas très bien où se trouve l’Ukraine et l’Europe. Sans compter que les Ricains sont assez occupés à se prendre la tête avec la Chine. Il est vrai qu’après 2 ans de pandémie (qui vient juste de se terminer selon le Président desdits Américains), on aurait bien besoin d’une bonne guerre entre les USA, la Russie et la Chine. Je suis certain que ça déchargerait un peu la pression et les tensions nerveuses accumulées ces dernières années. Ou alors ils pourraient tous aller se faire un SPA pour se détendre. Je suis même prêt à payer de ma poche en cas de besoin.

Pendant que les grands de ce monde s’amusent, on retiendra aussi que tous les médias du matin reviennent sur Powell et sur le fait qu’il se fout totalement d’une éventuelle récession. Il y aussi Ray Dalio – le plus gros Hedge Fund Manager du monde – qui pense que l’on va encore se faire démonter sur les actions. Michael Burry est de retour sur Tesla pour dire qu’il faut absolument shorter ce truc (même s’il n’est pas short dessus actuellement et qu’il s’est régulièrement fait exploser sur ses shorts Tesla). Il y a aussi Carl Icahn, investisseur bien connu qui a déclaré que l’inflation avait le pouvoir de détruire une civilisation et que l’Empire Romain s’était effondré à cause de l’inflation et que la suite de nos aventures ne seraient pas très roses – bref, comme vous le voyez, ce matin c’est optimisme et consort, manquerait plus qu’il pleuve.

Chiffres du jour

Pour ce qui est des chiffres attendus ce matin, on parlera donc de la BNS et de la Bank of England qui devraient tous deux monter les taux. On attend 0.5% des deux côtés, mais au vu de l’ambiance actuelle, rien n’est moins sûr, manquerait plus que Thomas Jordan fasse un copié-collé du discours de Powell. Il y aura aussi les Jobless Claims qui sortiront cette après-midi aux USA et au vu des paroles de la FED, on espère presque qu’ils seront bien pourris, histoire de ne pas fâcher Powell un peu plus.

Actuellement, les futures sont en baisse de 0.5% aux USA et bien que ça soit encore tôt et que, pour l’instant, il ne pleuve pas, ça ne laisse rien augurer de très très bon. Passez une très belle journée quand même, parce qu’il n’y a pas que la bourse dans la vie et nous on se retrouve demain pour parler d’autre chose. Je sais pas, je ne suis pas loin d’envisager de faire un blog de cuisine.

À demain !

Thomas Veillet
Investir.ch

“You don’t send a puppy to clean up its own mess.”

-Harvey Specter.

L’article Powell : LA MISSION est apparu en premier sur investir.ch.