L’Audio du 4 novembre 2020 – premier jour de l’Amérique sans tête

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-4-novembre-2020.mp3

Télécharger le podcast (.mp3)

4h55

Cela fait une heure et 25 minutes que je suis debout. 1h25 que je me remets du fait que lorsque j’ai allumé mon PC, les deux clowns américains n’avaient pas encore réussi à se départager et que ma déception était immense de ne pas pouvoir commencer à rédiger. À donner des faits, plutôt que de brasser de l’air à faire des théories sur ce qui pourrait se passer si machin ou machin était élu. Actuellement, à 4h55, Biden mène la course avec 135 grands électeurs contre 108 à Trump. Mais les grands états, les « swing states » ne sont pas encore terminés, tout ce que l’on sait c’est que c’est incroyablement serré – sur les chiffres du Texas la décision est tellement serrée, qu’ils ont même pensé à faire voter le bétail et George W Bush. La Floride semble partir chez Trump et la Pennsylvanie est hyper-serrée également. En tous les cas, ce que l’on peut dire, c’est que l’on est loin du raz-de-marée annoncé par les sondages et encore plus loin de dire que Trump ne gagnera pas. Bien au contraire. Il y a des rumeurs comme quoi Hillary a fait un malaise vagal parce qu’elle a l’impression de revivre sa défaite de 2016 – Aaaahhhh… 2016, une douce époque où l’on pouvait sortir, aller au restaurant et on avait le droit de se toucher les mains.

Je me retrouve donc au milieu de la nuit – toujours – en train de me demander comment c’est possible qu’un pays qui a plus ou moins inventé les dernières technologies indispensables comme le SmartPhone, CandyCrush et Facebook, on soit incapable de calculer le nombre de votes et de nous dire plus vite que ça qui sera le Président. Même en France ça va plus vite. Et en Suisse on ne sait jamais qui c’est, sauf cette année parce qu’ils font une conférence de presse tous les trois jours – même si Ignacio Cassis n’est jamais là et qu’il ne parle qu’aux Tessinois et aux Romanches. Bref, il est 4h55 et j’ai la sale impression que depuis 90 minutes, le type sur CNBC a déjà répété 812 fois « l’élection est très serrée ». Je crois qu’on avait compris et ça tombe bien, parce que c’est exactement ce que nous – les professionnels de l’investissement – on ne voulait pas. Bon, en même temps il faut dire que l’on a toujours des théories et qu’une fois sur deux on se goure, mais qu’étonnement on se souvient uniquement des fois où on était « juste ». Ce qui reviendrait à dire que même si tout le monde « pensait » que l’égalité était le pire scénario qui pouvait nous arriver, c’est même pas sûr que ça soit vrai. Parce que là tout de suite, ça à l’air proche du blocage absolu et de l’égalité parfaite et pourtant les futures sont en hausse de près de 2% APRÈS avoir déjà pris 2% hier soir. Comme quoi des fois on dit quand même pas mal de conneries et tous les jours en plus.

Il est donc 5h15, et on ne sait toujours pas si ça sera le clown bleu ou le clown rouge, le bleu vient de ramasser la Californie et prend quand même pas mal d’avance. Encore 61 voix et ça sera plié pour Biden. Par contre un chose semble déjà acquise, Nancy Pelosi devrait rester en poste. Elle aura donc encore le droit de brasser de l’air au sujet du Stimulus pendant de longs mois encore. Là tout de suite, je me demande si je reste au thé vert ou si je passe tout de suite au café. Si Trump ramasse la Floride, je passe au café. Il est important de se fixer des objectifs.

5h31

Je commence à angoisser. Mais je commence aussi à comprendre.

Angoisser parce que je sais que je dois publier cette chronique dans 1 heure et 29 minutes et qu’à la vitesse où ça bouge, je ne suis même pas certain de pouvoir dire «America Will Be Great Again » ou « je ne sais même pas le slogan de l’autre ». Et si à 7h du mat on ne connait pas le nom du Président. Comment je vais conclure ? Telle a été cette journée en Suisse et dans le monde à notre connaissance, on verra demain en attendant les marchés pourraient monter, baisser ou ne rien faire, on n’en sait foutrement rien, mais on espère un stimulus et la légalisation du cannabis. Un jour. On va quand même espérer que le suspense cesse rapidement. En même temps je viens de tomber sur un des 987 experts en élections qui ont été engagés par les chaînes locales américaines et lui, il pense que ça va prendre quelques JOURS pour savoir…. QUELQUES JOURS ???? Mais damned ça fait des mois qu’ils nous pourrissent la vie avec leurs élections, ça ne pourrait pas terminer une fois pour toutes ???

Par contre je commence aussi à comprendre pourquoi c’est si compliqué de dire qui a gagné. Parce que si vous regardez l’élection sur CNN, CNBC, Marketwatch, le Barrons, Canal9 à Martigny et le 20 Minutes.ch, les cartes de projections ne sont JAMAIS les mêmes et le comptage est différent partout – même si c’est à la même heure. Ce qui revient à dire que si l’élection est très très proche, il n’est pas exclu que CNN annonce la victoire de Trump, que CNBC annonce la victoire de Biden, pendant que M6 annonce celle de François Hollande. Il est donc 5h31 du matin, 23h30 heure de Washington, dans le pays le plus technologique du monde et on ne sait toujours rien si ce n’est qu’on est en train d’agoniser de suspense tellement c’est du coude à coude. Bon, je vais me faire un café avant de flipper complètement parce qu’il se pourrait clairement que je ne puisse même pas annoncer le Président ce matin – ni même que la garde nationale est déployée dans les rues pour empêcher les émeutes des pro-Trump qui contestent la défaite.

6h04

Je déprime. Je ne sais pas si vous avez déjà passé ne serait-ce que 30 minutes à regarder une carte rouge et bleu qui ne bouge pas. J’ai rafraichis la carte 212 fois en 30 minutes et il ne se passe RIEN. Mais ils foutent QUOI ? Sont même pas capable de faire deux tas et de mesurer le plus haut pour gagner du temps ? C’est quand même pas LE vote de Kanye West pour lui-même qui rend plus difficile le comptage ?

Quoi qu’il en soit, le temps passe, le type de CNBC vient de nous dire pour la JENESAISPLUSCOMBIENTIEMEFOIS que l’élection sera très serrée. S’il le dit encore une fois, je crois que je balance mon PC dans la télé et je l’incendie avec mon pyjama. J’avoue je compatis avec ces pauvres journalistes qui doivent meubler sur un plateau télé depuis des heures alors qu’il ne se passe rien. Au moins moi je peux cacher mon angoisse derrière mon écran. Non parce que l’heure avance et je doute de plus en plus, il me sera possible de dire quelque chose d’intelligent et d’en tirer des conclusions avant 7h… Biden vient de ramasser la Californie – et c’était prévu et pendant ce temps, les sites à la droite de Trump estiment qu’il pourrait récupérer 273 voix d’ici quelques heures, ce qui confirmerait sa réélection. Mais comme on peut légèrement douter de leur impartialité, autant dire que ça ne veut rien dire. Si l’on parle un peu finance et fondamentaux d’investissements, on notera que les futures américains vont dans tous les sens – et si l’on écoute les experts, là tout de suite on est de plus en plus convaincu qu’on saura qui est Président dans les heures qui viennent et comme on l’a dit plus tôt, on se fout pas mal de savoir qui c’est. Ce que l’on voudrait savoir c’est quand est-ce que l’on aura notre stimulus – on est presque aussi patient et désintéressé qu’un gamin de 8 ans qui a envoyé sa liste au Père Noël et qui attend devant la cheminée depuis le 1er novembre.

Et puis, puisque l’on parle de chiffres, la longue litanie des chiffres du COVID continuent d’être publiés et il y a une constance ; depuis que l’on est rentré en mood électoral, tout le monde s’en fout comme de sa première chemise. Il est 6h21 et rien en bouge – une chose est sure, je peux distinguer le bleu du rouge, mais je ne suis pas certain qu’après cette nuit je suis capable de distinguer une autre couleur que ces deux-là. J’espère que l’opticien fait partie des commerces de première nécessité.

6h40

Quatorzième café depuis que je suis debout. Suis en train de me demander si je ne ferais pas mieux de passer à l’alcool fort, je serais sûrement plus drôle et c’est pas que ça ne changerait grand-chose au résultat vu qu’il n’y a PAS DE RESULTAT !!! je passe mon temps à surfer sur 12’000 sites différents et la plupart ont un avis et surtout un avis, mais la majorité pense surtout que l’on n’aura pas de réponse définitive avant la fin de la semaine. LA FIN DE LA SEMAINE ? Je me suis levé à 3h30 pour pouvoir vous faire une théorie d’investissement en fonction de la victoire de l’un ou de l’autre et je me retrouve à ne pas savoir quoi dire pour conclure parce qu’à 6h40 Trump vient de remporter la Floride – vu que même les retraités comme Biden et les Latinos votent pour lui. Mais à cette heure avancée de la journée, on est toujours à 223 voix pour Biden et 174 pour Trump.

On n’est pas plus avancé qu’hier soir en fait. D’ailleurs les futures se dégonflent – ils sont toujours en hausse, mais on a reperdu du terrain et puis je me dis que le banquier anglais qui a parié 5 millions sur Trump pourrait finalement se faire un week-end sympa, si on a une réponse d’ici vendredi.

Bon, je viens d’admettre ma défaite, c’est pas encore aujourd’hui que je vais pouvoir dire un truc d’intelligent sur les élections, ni prendre une décision d’investissement pour les 4 prochaines années. Ce qu’il y a de bien c’est que ce soir Powell va parler de la FED et que personne n’en n’aura rien à faire parce que l’on recalculera les chiffres du Texas et de la Floride et vendredi, il y aura les chiffres de l’emploi que l’on n’écoutera même pas, parce qu’il y aura une bataille légale pour déterminer si l’on recompte les voix ou pas en Pennsylvanie. La bonne nouvelle, c’est que, comme tous les 4 ans, on découvre des nouveaux états américains que l’on ne connaissait pas. En toute dernière nouvelle, Trump vient de twitter que les Démocrates essaient de voler les élections et qu’il va faire un discours de victoire ce soir. J’ai comme le sentiment que s’il gagne, on n’a pas fini de rire.

Il est 6h55, il n’y a toujours pas de Président et je crois que je vais m’affaler sur le canapé. Même si avec mon litre de café dans le sang, je crois que je ne pourrais pas dormir.

En attendant un Président, je vous souhaite une très belle journée et la bienvenue dans une Amérique divisée, sans tête que même on se demande si c’était pas mieux pendant la guerre de sécession – on garde les bleus et on met les gris en rouge et elle est belle, chacun chez soi, chacun son pays avec la barrière de Burgers entre deux.

On se retrouve demain et on pourra peut-être parler de finance. Enfin. Mais peut-être seulement. Par contre sûrement de présidence.

Morningbull Live

Bonne journée à tous.

Thomas Veillet

Investir.ch

“There are always too many Democratic congressmen, too many Republican congressmen, and never enough U.S. congressmen.”

– Anonymous

L’article Qu’est-ce que vous faites dans ma chambre ? Ou chronique désespérante d’une nuit électorale est apparu en premier sur investir.ch.