L’Audio  du 12 janvier 2021

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-12-janvier-2021.mp3

Télécharger le podcast (.mp3)

Cette fois c’est différent

Je sais bien que ce que nous vivons aujourd’hui n’est pas la même chose que ce que nous vivions en l’an 2000 et que la situation économique et technologique n’est pas la même. Toujours est-il que nous montons comme des avions sur le principe que le stimulus est notre ami, que Biden est notre ami et que le Bitcoin est notre MEILLEUR ami. Sauf qu’il y a quand même deux-trois fissures dans la coque du paquebot qui laissent entendre qu’il n’est peut-être pas aussi étanche que ce qui était prévu sur le papier – pour ceux qui ont un doute, souvenez-vous que le Titanic était insubmersible sur le papier et que mon prof de golf a commencé à redonner des cours six mois après avoir été intronisé Trader.

Ce matin, je suis tombé sur deux nouvelles. La première c’est un type qui a commencé à investir dans Tesla quand elle ne valait pas grand-chose, aujourd’hui il a 39 ans, il pèse 12 millions de dollars avec un portefeuille 100% dédié à Tesla et il vient d’annoncer sa retraite, tout en insistant sur le fait qu’il ne va pas vendre une seule action de son portefeuille. Bravo ! C’est tout à son honneur. Reste juste à espérer que Tesla nous délivre tout ce qu’elle a promis – enfin, tout ce qu’IL (Elon Musk) a promis – parce que sans son leadership, on peut se demander ce qui se passerait. Hier soir Telsa a perdu 7% – c’est la première fois depuis le début de l’année qu’elle baisse (enfin) et dans la foulée, le type qui était joué par Daniel Day Lewis dans « The Big Short » – Michael Burry a annoncé qu’il continuait au augmenter son « short » sur Tesla. Michael Burry est un des premiers à avoir shorté massivement la thématique des Subprimes en 2008 – je ne dis pas qu’il a raison à chaque fois et je n’espère pas pour le gars qui a pris sa retraite, mais disons que s’il n’a raison qu’à moitié, c’est peut-être le début de quelque chose.

L’autre nouvelle que je voulais aborder, c’est encore à propos de Musk. Le patron de Tesla a twitté il y a deux-trois jours qu’il fallait passer sur « Signal » pour protester contre les nouvelles conditions de WhatsApp qui allait transférer toutes nos données à Facebook – je dois dire que je suis toujours surpris de voir le nombre de personnes qui se photographient en string sur la plage et qui publient tout sur Facebook, mais qui hurlent à la mort et qui jouent les vierges effarouchées quand Facebook veut leur « voler » leurs données. Je ne sais pas moi, au hasard, ne publiez rien ! Enfin, toujours est-il que Musk a encouragé les gens à utiliser Signal. Jusque-là, rien de bien original. Sauf qu’il y a une boîte cotée en bourse qui s’appelle « SIGNAL ADVANCE ». Une boîte qui se traite sur le Nasdaq et qui valait – mercredi dernier – 60 cents. Volume moyen habituel : 2500 pièces par jour. Cette société n’a ABSOLUMENT RIEN À VOIR avec la société qui a créé « SIGNAL », l’application de messagerie. Je répète : ABSOLUMENT RIEN À VOIR. Sauf que depuis jeudi dernier les gens se sont jetés dessus comme des bœufs  – oui, je dis comme des bœufs, c’est pour éviter de dire : « comme des cons » – donc, se sont jetés comme des bœuf sur Signal Advance qui a pris 11’000% en trois jours. Hier, plus de 2,5 millions de titres se sont échangés pour une boîte que l’on ne connait ni d’Ève ni d’Adam mais qui surtout rien à voir avec l’application de messagerie « Signal » – c’est un peu comme si j’achetais l’action Samsung pour jouer l’explosion des ventes d’iPhone – quoi que, Samsung ils font au moins des téléphones mobiles.

Graphique de Signal Advance – Source : Tradingview.com

Tout ça pour dire

Tout ça pour vous dire que quand on voit ce genre d’histoire COMPLÈTEMENT DÉBILES, on peut se demander si nous n’avons pas atteint un point limite qui voudrait peut-être qu’il y a un truc qui ne fonctionne plus dans ce marché et que ça se rapproche plus du casino que de l’investissement – j’en profite pour préciser que, statistiquement, c’est toujours le casino qui gagne à la fin. Nous voici donc au plus haut de tous les temps avec des gens qui prônent la retraite grâce à Tesla et qui investissent dans n’importe quoi juste pour une question d’homonyme… ça commence à foutre la trouille. En l’an 2000, on disait que lorsque le chauffeur de taxi ou le garçon de café vous donnait des conseils d’investissement, c’est qu’il était temps de tout vendre et de partir ouvrir une maison d’hôtes en Provence.

Là tout de suite, je ne suis pas certain qu’il soit temps de partir en Provence, quant au garçon de café – pour le moment ça n’existe plus – mais disons que lorsque l’on commence à voir ce genre d’histoire en bourse et que, la bourse monte sur le fait que l’on aura un recovery UN JOUR peut-être et qu’en attendant, on vole aux vapeurs d’essence et qu’on est au milieu de l’Atlantique avec 3 moteurs sur quatre qui sont en feu, comme dirait Josiane Balasko dans « Les Bronzés font du ski » : « J’y vais mais j’ai peur ». Et surtout, vous ne direz pas que je ne vous l’ai pas dit !

Damned… Je suis en train de me transformer en Nouriel Roubini.

Pour le reste

Autrement hier tout a baissé parce que les Démocrates sont en train de lancer une procédure de destitution contre Trump – on a les priorités qu’on mérite. On baissait aussi parce que les réseaux sociaux se sont fait déglinguer sous prétexte qu’ils ont fermé le compte Facebook et le compte Twitter de Trump. Visiblement les marchés n’ont pas aimé que la « liberté d’expression » de Trump soit entravée- au-delà de ça, on a aussi l’impression que les gens en ont un tout petit peu marre que des types comme Zuckerberg – nous expliquent ce que l’on a le droit de dire ou de faire – ou ne pas dire et ne pas faire. Ahhhhh, cette bonne vieille prude Amérique qui a quand même inventé le porno – ne se lassera jamais de nous surprendre.

Facebook s’est pris 4% dans les dents et Twitter 6.4%. Bon, comme on a la mémoire d’un poisson rouge et la volonté d’un type qui commence le régime demain en arrêtant de manger du pain avec les pâtes, on devrait rapidement oublier cette « crise de principe » anti-réseaux sociaux – non parce que comme aujourd’hui il va neiger, faudra quand même bien poster toutes ces photos de « nous sous la neige » ou de « nous dans la neige » ou de « nous en train de peller la neige pour sortir la voiture de l’ornière parce qu’on n’avait pas encore mis les pneus d’hiver ». Et quoi de mieux que Facebook pour cela, sans compter qu’il n’y a rien de mieux que Twitter pour dire qu’on n’est content pour l’histoire de Trump ou dire – au contraire – qu’on est content pour l’histoire de Trump.

Et puis autrement, en Europe on a baissé parce qu’on était « un peu stressé à cause que le VIRUS est toujours là ». Bon, ça en général, ça passe assez vite, vu que l’on a tendance à revenir rapidement sur le fait que le vaccin va tous nous sauver. Que l’on ne sait pas trop quand ni comment, mais on le sait. Alors oui, la Suisse va sûrement rentrer dans un nouveau semi-confinement qui devrait permettre de nous en sortir « à moitié », comme ça on pourra nous en refaire dans trois mois parce qu’avec deux moitiés c’est comme si on en faisait un complet, mais plus longtemps. Et puis en France, on réinvente le couvre-feu toutes les trois jours en faisant croire aux gens que passer de 20h à 18h, ça va tout changer. On se réjouit déjà quand cet abruti de Castex, coaché par le roquet de l’Elysée, va annoncer un couvre-feu à 11h du matin – tout ça pour « éviter » de fâcher le peuple avec un confinement complet. Bref, on a baissé parce que le COVID est pas sympa et il refuse d’obéir à Pfizer/BioNTech/Moderna et AstraZeneca, les chevaliers en blouses blanches, pour l’instant.

L’hésitation en Asie

En Asie, on était en baisse très tôt ce matin, mais on a tourné la veste. D’abord on baissait à cause des angoisses liées au COVID et maintenant on est légèrement en hausse un peu partout à cause du Stimulus qui va arriver – le nouveau stimulus qui va arriver – On commence à articuler des montant stratosphériques se comptants en milliers de milliards et les Américains devraient toucher un nouveau chèque de 2’000 dollars pour pouvoir les investir en Marathon Patent et en Bitcoin.

D’ailleurs le Bitcoin s’est fait défoncer hier et il est entré en « bear market » comme aimaient à le préciser certains médias financiers. Oui, parce qu’on oublie parfois que quand un titre, une matière première, un indice, un bulbe de tulipe ou une cryptomonnaie, perd plus de 20%par rapport à son plus haut récent, c’est un « bear market ». Et comme le Bitcoin a tapé les 42’000 il y a trois jours, en passant hier sous les 33’800, c’est un « bear market » – bon, en même temps, ce matin on est à 34’800$ – tout espoir n’est pas perdu visiblement. Pour ce qui est de l’or, on tente le rebond sur les 1850$, tout comme l’argent essaie de remonter la pente en s’appuyant sur les 25$. En revanche, le pétrole doit être le seul asset à être vacciné contre tout, puisqu’il semble en pleine forme et indestructible. Là tout de suite ça vaut 52.20$ et le plan se déroule sans accroc.

Nouvelles du jour

Côté « news du jour », c’est un peu calme. Les Démocrates se font reluire avec la destitution de Trump – le reste de l’Amérique peut crever de faim, le seul truc qui motive grand-maman Pelosi, c’est de virer Trump. Autrement Merkel estime que ce que fait Twitter en bâillonnant Trump, c’est mal. L’ex-boss du Crédit Suisse qui fait suivre ses employés – Tidjane Thiam – se lance aussi dans les SPAC’s et il lance un produit spéculatif dans le « monde de la finance » qu’il connait bien puisqu’il a été « banquier de l’année » avant que son égo lui fasse péter un câble. Et puis les autorités financières britanniques sont revenues sur le Bitcoin en disant qu’il fallait « faire attention » et que les investisseurs devaient être conscients des risques. Et que l’eau ça mouille. Pendant ce temps, les gens ils ont vendu le Bitcoin et ils sont allés acheter du Signal en bourse.

Pour le reste, il n’y a rien de rien. On attend juste de voir si Trump va se faire virer et si Biden aura vraiment sauvé la planète le 15 février. Biden qui a d’ailleurs précisé qu’il n’avait pas peur de prêter serment dehors, devant le Capitole. Bon, en même temps le chef de file des Village People est en taule et son espérance de vie est relativement limitée, la peur n’est donc pas une option. Pour ce qui est des chiffres économiques, il n’y aura que les JOLTS et c’est vraiment très très calme. On se croirait entre Noël et Nouvel An, à une époque où l’on pouvait encore « spreader » le virus au nom de la famille et de l’anniversaire d’un mec qui multipliait les pains et qui revendait des chaises roulantes de seconde main qui ne servaient plus. On se réjouit de pouvoir analyser en détail les chiffres des trimestriels des bancaires qui sortiront en fin de semaine.

D’ici là, je vous souhaite une très belle journée, sortez avec les bottes de neige et la pelle, puisque selon MétéoSuisse – qui sont à peu près aussi fiables que les analystes financiers, il devrait neiger. Ça nous fera au moins un sujet de discussion.

Bonne journée à tous et à demain.

Thomas Veillet

Investir.ch

“Ask me no questions, and I’ll tell you no lies.”

– Oliver Goldsmith

L’article Qui veut développer un vaccin contre la connerie et l’euphorie ? est apparu en premier sur investir.ch.