Cette Chronique vous est offerte par :

banner-natixis-horizontale

Il y a tout juste un mois, quasiment jour pour jour, nous étions devant nos écrans, très tôt le matin, s’arrachant les cheveux parce qu’Hillary ne serait pas Présidente des United States et que l’arrivée de Trump au pouvoir allait avoir, sur les marchés, le même effet qu’uns certaine météorite sur les dinosaures il y a quelques millions d’année.

Et pourtant !!!

Oui, et pourtant nous voici bien avancé dans le mois de décembre et le S&P500 a repris 7.5% depuis ce petit matin de novembre où l’on nous avait prédit l’Apocalypse, ce matin où l’on voyait déjà arriver une armada d’hélicoptères prêts à nous balancer du napalm sur le marché et à faire fondre tous les profits pour 2016…

Que nenni, aujourd’hui l’arrivée de Trump aura fait monter le Dow Jones de 9.24%, les indices des petites capitalisations boursières américaines sont en hausse de près de 18% sur un mois, le Nasdaq est un tout petit peu moins à la fête, puisqu’il ne monte « que » de 7% et qu’hier il n’a pas battu de record, mais ça ne saurait tarder.

En tous les cas, ce matin aux USA, on a l’impression que celui qui ose aller contre le « rallye Trump », va vite comprendre sa douleur, le peu de chiffres économiques publiés récemment, montre que le Consommateur retrouve un poil de confiance et que la croissance américaine est gentiment en train d’accélérer. Yellen joue sur du velours et la semaine prochaine, sa hausse des taux attendue devrait passer inaperçue. Tout ça pour fêter les 20 ans de « l’irrationnelle exubérance » d’Alan Greenspan, on ne pouvait pas rêver mieux. Tout va tellement bien que l’on se croirait dans scénario Hollywoodien, puisqu’à la fin tout se termine bien.

Hier les marchés US étaient soutenus par les marchés européens qui avaient donné le ton durant la première partie de la journée. Il faut dire que l’Europe n’est pas en reste ces derniers jours, puisqu’après le NON italien qui étaient censé nous amener le retour de la peste bubonique et la fin de l’économie européenne telle que nous la connaissons, nous voici donc en train de casser toutes les résistances à la hausse et les fameux 10800 sur le DAX qui ne voulaient pas céder depuis des mois, sont déjà passer dans le « hall of fame » des résistances qui ne voulaient pas céder mais qui à la fin ont cédé quand même.

capture-decran-2016-12-08-a-07-09-18

Là aussi, le DAX a pris 8% depuis l’élection de Trump et 4.7% rien que depuis que Renzi s’est tiré. Et c’est partout pareil, en France on est également en hausse de 8% depuis Trump, en Espagne on prend 5.3% depuis le début de la semaine et en Italie, où nous étions revenus sur les niveaux de début novembre avec la crainte du référendum, nous sommes en hausse de 12.5% depuis le début de la semaine.

Le seul marché déprimant en ce moment, c’est la Suisse. Bon, il faut dire que quand l’euphorie s’empare du monde boursier, la Suisse est souvent mal placée pour en profiter. Et ça n’a strictement rien à voir avec l’arrivée de Doris à la tête du pays, ça aurait été Parmelin, peut-être, mais pas là. Pour une fois, la politique n’y est pour rien.

Ce mercredi aura donc été une journée parfaite pour mettre « à poil les shorts », comme on dit dans le milieu ; tout d’abord PERSONNE ne croit à cette hausse, TOUT LE MONDE attend LE KRACH du siècle que l’on nous annonce depuis 12 mois et qui ne vient pas, les investisseurs sont sous-pondérés en actions, la fin de l’année approche et personne ne veut prendre des risques ou à le courage d’en prendre (on préfère « sauver les meubles »).

En plus de cela les marchés européens testaient leurs résistances depuis des semaines et n’attendaient qu’une étincelle pour allumer le feu comme disait Johnny. Là dessus vous ajoutez que tout le monde attend Draghi au tournant ce jeudi et anticipe le fait qu’il pourrait éventuellement peut-être annoncer le prolongement du QE et quoi de mieux pour un investisseur de savoir que la banque centrale printe de l’argent à tout va pour soutenir tout ce petit monde – et puis même, imaginez… Si Draghi venait à réduire son QE en disant que l’économie européenne va trop bien.. ça serait presque plus jouissif qu’un prolongement du QE !!!

Non, franchement, tout va trop bien, ça en devient indécent !!! Même la volatilité, qui est censée représenter les craintes des investisseurs, est en train de baisser dramatiquement. Finalement, le seul stress qui nous reste, c’est les banques italiennes…

Ah mais noooooonnnnn !!!! Parce qu’hier le gouvernement – où ce qu’il en reste – a laissé entendre qu’il préparait un plan de sauvetage pour la Banca Monte dei Paschi, donc, in extenso, ils ne laisseront pas partir la moindre banque en faillite, ça ferait mauvais genre… Du coup les banques sont en plein délire partout en Europe et au passage on notera qu’aux USA, Goldman Sachs a pris 26% depuis que Trump est là.

Définitivement, tout va trop bien.

Les Bulls sont en lévitation, l’euphorie commence à poindre à l’horizon. Nous ne sommes pas encore dans une bulle, mais on commence à sentir une certain excitation avec ce marché qui monte et même les plus déprimés, les plus fervents adeptes de la théorie du complot et ceux qui pensent que les banques centrales sont en train de creuser nos tombes, sont en train de se demander si par hasard ils ne seraient pas en train de louper le train.


// <![CDATA[ document.write('<scr'+'ipt language="javascript1.1" src="http://adserver.adtech.de/addyn/3.0/1135/6076290/0/3907/ADTECH;loc=100;target=_blank;grp=[group];misc='+new Date().getTime()+'"></scri'+'pt>'); // ]]&gt;

Cet article Records et cassures haussières à tout va, l’euphorie est parmi nous ! est apparu en premier sur Investir.