Au cours des 50 dernières années, les taux d’obésité ont été multiplié par trois, ce qui a déclenché une crise sanitaire mondiale majeure ayant de graves conséquences pour l’économie. Les coûts directs liés à l’obésité sont de l’ordre de $2 trillions de dollar par an soit ~3% du GDP mondial.

Aujourd’hui, la plupart des traitements existants sont soit inefficaces, soit uniquement axés sur les conséquences en aval de l’obésité (comorbidités associées). Pour gagner cette guerre, l’innovation devra se battre sur plusieurs fronts. De la prévention au traitement, de nouvelles solutions intéressantes apparaissent. Des médicaments pour la perte de poids aussi efficaces que la chirurgie bariatrique, des tests génétiques diagnostiquant les troubles alimentaires d’origine génétique et médicaments qui les traitent en sont quelques exemples.

Notre portefeuille Bionics est déjà bien exposé aux tests génétiques et aux dispositifs médicaux pour les comorbidités connexes (diabète, apnée du sommeil, maladies cardiovasculaires), tandis que notre portefeuille Biotech 360° offre une exposition aux innovations dans la gestion de la perte de poids.

Une crise de santé publique croissante

L’obésité est une maladie chronique largement sous-diagnostiquée et insuffisamment traitée qui entraîne en cascade le développement de plusieurs autres affections chroniques et mortelles. L’obésité est évitable et pourtant c’est le problème de santé publique le plus négligé.

La prévalence mondiale de l’obésité a été multipliée par trois depuis 1975. Aucun pays n’a été en mesure d’enrayer sa progression, et aujourd’hui la situation a atteint des proportions pandémiques. Le principal coupable : la combinaison entre notre biologie inadaptée à la surabondance et notre alimentation moderne.

Cette combinaison pèse sur l’économie: son coût sociétal aujourd’hui dépasse les 2 trillions de dollars par an, mais le futur coût est astronomique cf. graphe. Elle pèse aussi sur les individus: c’est la principale raison de la réduction de l’espérance de vie, jusqu’à 14 années perdues, et constitue un facteur de risque de mortalité majeur.

2022.11.30.Santé par GDP

Un changement indispensable dans le paradigme du traitement

La chirurgie bariatrique est depuis longtemps le meilleur espoir de perte de poids à long terme, avec des réductions de poids allant de 15 à 35%. Mais ces procédures sont lourdes et onéreuse et donc réservées au cas les plus sévères. Les alternatives à la chirurgie via des médicaments sont depuis quelques années disponible et entraîne une perte de poids entre 15 et 25%. Une perte de poids, même modeste, peut améliorer notre santé générale et réduire le risque de développer des maladies chroniques.

Plusieurs options de traitement sont disponibles aujourd’hui, mais le fait d’un changement de comportement, les complications associées et la couverture limitée par les plans de santé sont des obstacles importants à une adoption généralisée. La plupart du temps, les gens n’ont d’autre choix que de gérer les conséquences en aval de l’obésité.

L’innovation apporte son aide avec de nouveaux traitements efficaces qui ont le potentiel d’inverser la tendance à l’obésité. L’approbation de la FDA l’année dernière pour Novo Nordisk et cette année pour Eli Lilly pourrait enfin changer les perspectives des personnes souffrant d’obésité. L’efficacité extraordinaire démontrée par une nouvelle classe de médicaments, les agonistes du GLP-1, pourrait être le catalyseur tant attendu qui persuadera les compagnies d’assurance de s’engager. En attendant, des solutions préventives visant à stopper la progression de la pandémie d’obésité continuent d’émerger.

Une guerre sur plusieurs fronts

La prévention: Un mode de vie sain peut contribuer à prévenir l’obésité, mais ne suffira pas à stopper la progression de la pandémie. De nouvelles politiques et mesures de prévention qui remodèlent notre environnement ainsi que la manière dont nous fournissons les aliments et les services liés à l’obésité seront nécessaires.

Traitements pour la perte de poids: Une nouvelle classe de médicaments promet de combler l’écart entre l’efficacité observée avec la chirurgie bariatrique et la nature non invasive de la pharmacothérapie. Un prochain essai clinique liant les avantages cardiovasculaires à la perte de poids pourrait déboucher sur une couverture d’assurance.

Traitements de l’obésité d’origine génétique: L’obésité a une composante héréditaire. Les études génétiques ont identifié une composante monogénique relativement répandue de l’obésité, résultant d’une mutation ou d’une déficience d’un seul gène contrôlant l’appétit et la satiété. Cette année, la FDA et la Commission européenne ont finalement approuvé le premier médicament pour une cause monogénique rare d’obésité.

Catalyseurs

  • Des résultats d’essais cliniques en cours pourraient pousser à la couverture du remboursement ; notamment autour du médicament semaglutide (Wegovy/Ozempic, de Novo Nordisk), approuvé en 2021 pour la perte de poids. Le fait de lier le médicament à la prévention du diabète et des maladies cardiovasculaires chez les patients obèses pourrait convaincre les compagnies d’assurance privée de couvrir le traitement.
  • Pour changer la donne il faut de nouvelles politiques et investissements publiques de santé pour un accès élargi aux services de santé liés à l’obésité. A l’instar du tabagisme, dont les efforts publics ont entamé un déclin dans la consommation, elles changeront les mentalités autour de l’obésité pour limiter la pandémie.

Risques

  • Les médicaments efficaces contre l’obésité ont un coût prohibitif, mais les règles de l’assurance maladie les excluent car, contrairement à d’autres maladies, on ne pense pas que le poids excessif menace la vie des patients. Le manque de prestataires de soins de santé formés au traitement de l’obésité constitue un obstacle important à l’efficacité des soins. Pas de prise de conscience, pas de changement possible.

Conclusion 

L’obésité est une maladie chronique, ennemi n°1 de la santé, et in fine de l’économie. Elle est la cause aujourd’hui de plus 5 millions de morts par an et 2 trillions de dollar en coût et perte de productivité. Des chiffres amenés à doubler et tripler dans la décennie à venir.

De nouveaux espoirs autour de médicaments, tests génétiques, actions préventives, et formations, portés par des sociétés aux profils variés permettent de se positionner pour éviter la catastrophe.

 

Lire l’article complet

L’article Relever le défi de l’obésité par l’innovation est apparu en premier sur investir.ch.