https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-9-octobre-2019.mp3

 

Télécharger le podcast (.mp3)

T’es con ou t’es con ?

Visiblement, aux USA ce n’est pas la même méthode. Encore une fois, personnellement je n’aurais rien dit ou rien fait cette semaine, j’aurais attendu que les Chinois arrivent à Washington, j’aurais fait livrer des chocolats dans leurs chambres d’hôtel, je les aurais accueillis avec le drapeau et la musique. Eventuellement j’aurais fait venir Madonna pour qu’ils aient un truc à raconter en rentrant à Shanghai, puis j’aurais entamé les négociations.

Si vraiment après trois jours de négociations ils ne montraient toujours pas d’intentions de trouver des solutions, alors là j’aurais fait livrer la tête d’un cheval dans leurs lits et je les aurais remis dans l’avion à coups de pied dans le cul. MAIS PAS AVANT !!! Hier les Américains ont commencé par cracher au visage de la Chine en « blacklistant » 28 de leurs sociétés pour des obscures raisons de « droits de l’homme » – comme si tout d’un coup les USA se préoccupaient des droits de l’homme et surtout de la minorité musulmane du fin fond de la Chine… Puis surtout, coller des restrictions de visas pour les négociateurs qui viennent aux USA, c’était brillant.

La bêtise au plus haut historique

Einstein disait que « deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue » – mais là je crois que l’administration Trump amène la stupidité à un niveau pratiquement jamais vu. Même François Hollande n’avait pas fait aussi fort, pourtant il a bossé dur pendant 5 ans. Donc à 48 heures de l’entame des négociations, les USA ont craché sur la Chine, les ont clairement pris pour de cons et ensuite, dès le 10 octobre, ils pensent que ça va faciliter les négociations. Même dans le 4712ème épisode des Feux de l’Amour, les scénaristes n’avaient pas trouvé un scénario aussi idiot.

Inutile de vous dire que le marché n’a pas aimé que nous sommes à nouveau sous les supports, puisque désormais il semble plus probable de voir Guy Parmelin sélectionné en équipe suisse que de voir apparaître un accord entre la Chine et les USA d’ici le 15 octobre. Sans compter que le Vice Premier Liu qui était censé « mener » les négociations chinoises, ne restera finalement que 24 heures à la place des 48 prévues. Et encore, on peut s’estimer content qu’ils viennent. Dans les conditions actuelles, je serais resté à Pékin pour jouer au Back Gammon.

Les espoirs qui s’envolent

À ce stade de la chronique matinale je n’ai pas besoin de vous expliquer que le marché s’est dégonflé comme une vieille baudruche en forme licorne qui aurait été oubliée sur une plage à la fin de l’été. L’Europe a fondu comme la banquise et pendant que les ours polaires se noyaient, les USA se sont vautrés sans demander leur reste. Et le pire c’est que Trump est capable de venir pleurnicher sur Twitter pour dire que les Chinois ne font pas d’efforts et qu’ils ne sont pas gentils. Et on va le croire.

Dans la foulée – comme si ce n’était pas suffisant – l’administration Trump parle limiter les investissements américains en Chine À ce stade-là, je propose que l’US Air Force abatte carrément l’avion des négociateurs quand il sera dans l’espace aérien américain. Ou non, mieux, quand il sera encore dans l’espace aérien chinois, comme ça on aura un VRAI incident diplomatique. Non, sérieusement hier le marché a baissé parce que les espoirs de trouver un deal dans les prochains jours ont quasiment disparus, mais comment font-ils pour être aussi idiots ? Les pères fondateurs de la nation américaine paraissaient pourtant assez brillants, que s’est-il passé ces 200 dernières années ??? Qui a raté un virage ?

Powell en mode furtif

Et puis surtout, avec cette annonce brillante de « blacklistage », on a même réussi à faire passer Jerome Powell en mode furtif. Le patron de la banque centrale américaine a pourtant annoncé qu’il lançait pratiquement un nouveau QE – bien qu’il soit interdit de le dire – mais en annonçant son intention d’augmenter la taille du bilan de la FED en achetant de la dette à court terme du gouvernement US et en déclarant que la croissance économique actuelle « PEUT ÊTRE SOUTENUE », ça ressemble furieusement à la version 4.0 du Quantitative Easing. Mais le marché s’en fout – ça lui a peut-être permis de limiter la casse hier soir, mais ce n’est pas suffisant pour nous faire rêver.

Au passage, on a un peu reparlé de destitution, alors que la plupart des Américains approuvent la procédure et surtout, de plus en plus de Républicains. Il semble que c’est en train de tourner vinaigre pour le leader maximo américain. Certains « experts en Trump pensent même qu’il pourrait démissionner pour éviter la procédure. Il ne manquerait plus que ça…

Et pendant ce temps, en Asie…

Cette nuit l’Asie suit le mouvement et réplique les angoisses existentielles de l’Occident. La plupart des indices sont en baisse de 0.5%. L’or remonte à 1512$ et le pétrole revient sur ses supports à 52.40$. On a vraiment l’impression de vivre dans un système de vases communicants grandeur nature ; le moins on a besoin de réfléchir, le mieux c’est.

Nouvelles du jour

Dans les nouvelles du jour, on continue avec la thématique de la destitution – forcément, il ne nous reste plus que ça, maintenant que le Trade Deal ; c’est mort – la Maison Blanche a annoncé qu’elle ne collaborerait pas dans l’enquête de l’Ukrainegate – oui, depuis hier ça a un nom : l’Ukrainegate – ça tombe bien, ça ramène la crédibilité de Donald Trump a des niveaux jamais vus. Entre vous et moi, je dois vous avouer que je m’inquiète sérieusement. Non, parce que dans l’hypothèse dans laquelle Trump se fait virer ; on va parler de quoi après ?

Comment la finance mondiale va-t-elle survivre si elle n’a plus les « tweets » de Trump pour la guider dans sa vision de l’investissement à 12 minutes ? Hein ? Comment on va faire ? Je suis angoissé à un point, je ne vous dis même pas.

Autres nouvelles neuves

Côté BREXIT, le Financial Times en parle et même si plus personne ne lit les articles, il y a un truc au sujet de Johnson qui veut que les négociations continuent, ou un quelque chose du style, mais j’avoue que je me suis endormi en sursaut à la troisième lettre. Toujours à propos de Johnson, mais cette fois de Johnson ET Johnson – oui, la transition était facile – la « big » pharma US s’est pris une amende de 8 milliards parce que les patients masculins qui ont pris du Risperdal – un anti-psychotique – n’avaient pas été averti que ça faisait également pousser les seins. Alors c’est vrai, ils allaient beaucoup mieux, mais le fait de devoir racheter une garde-robe et des soutiens-gorge a décidé le juge à coller une amende de 8 milliards. Johnson et Johnson ont fait appel. Je me demande sur quoi se fonde leur appel… « Oui, votre honneur, on n’a rien dit parce qu’on voulait leur faire une bonne blague, c’est quand même pas notre faute s’ils n’ont pas le sens de l’humour !!! »…

Au cas où vous seriez inquiets au sujet des taux négatifs, ne le soyez plus le FMI annoncent qu’ils vont « étudier » les conséquences des taux négatifs et encouragent les banques centrales à manier leurs politiques monétaires intelligemment dans cette période de « décroissance synchronisée »…C’est tout bonnement hallucinant, les mecs ils doivent avoir des spécialistes qui écrivent des discours pareils pour tourner les phrases d’une manière tellement vicieuse qu’après douze secondes, tu ne sais même plus de quoi ils parlaient. Ton cerveau se met en berne et n’est plus capable de comprendre des histoires plus compliquées que Dora l’exploratrice ou les aventures de Oui-Oui.

L’hypnose et la manipulation

Je pense qu’à un certain niveau de la haute finance politique internationale les gars sont formés à l’hypnose pour qu’ils soient capables de sortir des conneries plus grosses qu’eux sans que le peuple ne bronche et sans qu’ils se fassent lyncher.

Bref, que l’on se rassure, l’Europe est en taux négatifs depuis plusieurs mois, la Suisse en a fait un sport national bien plus pratiqué que le ski et le FMI va « étudier » la chose. Mais tranquille les gars, à 350’000 balles par an, ne vous stressez pas, ça serait couillon de régler les problèmes économiques mondial en trois jours et de se retrouver au chomâge…

Chiffres économiques

Côté chiffres économiques il y aura les JOLTS aux USA et Powell parlera encore. On ne sait pas trop ce qu’il va encore nous dire, mais disons que comme il ne peut pas non-plus inventer des nouveautés toutes les 24 heures, ça devrait ressembler à ce qu’il a dit hier. En toute dernière minutes la Chine vient de demander aux USA d’urgemment supprimer les récentes sanctions et D’ARRÊTER DE DIRE QUE LA CHINE NE RESPECTE PAS LES DROITS DE L’HOMME, c’est pas gentil.

C’est vrai, mais c’est pas gentil.

À ce rythme-là, je suis prêt à prendre les paris que les négociateurs ne vont même pas prendre l’avion et qu’à la place ils vont envoyer une cargaison de porcs infecté par la fièvre porcine qui fait rage en Chine. Je sens que la fin de semaine va être passionnante, chargée d’amour et de bonté entre les USA et la Chine.

Parlons d’autre chose

Autrement, comme chaque trimestre, nous avons demandé à un professionnel de la gestion de portefeuille de nous faire une petite revue de marché en faisant le parallèle avec les indices Performance Watcher qui représentent – je vous le rappelle – de vraies performances de vrais comptes de vrais clients. Cette fois, c’est Laurent Perusset qui vous présente son analyse, à lire un peu plus bas.

Passez une excellente journée et on se retrouve demain et on parlera cuisine chinoise.

Thomas Veillet

Investir.ch

“Donald Trump does not touch alcohol, which is really respectable. But think about that. That means every statement, every interview, every tweet – completely sober.”

Hasan Minhaj

L’article Sale temps pour le Trade Deal ou comment se tirer une balle dans chaque pied est apparu en premier sur investir.ch.