L’Audio du 8 mars 2019

https://www.investir.ch/wp-content/uploads/laudio-du-8-mars-2019.m4a

Nous venons donc de boucler encore une sale journée. On parle de moins en moins du Trade Deal et en plus les mauvaises nouvelles s’accumulent. Hier le New York Times a publié un article qui mentionnait que Chinois et Américains sont arrivés à un accord qui aboutirait à la suppression de certains droits de douane entre les deux pays.

Des détails, des détails !!!

Cela impliquerait que la Chine achète davantage de produits américains et ouvre certains de ses marchés à des sociétés étrangères.

Cependant cela manque cruellement de détails croustillants tels que combien et quand.

Le marché reste donc extrêmement dubitatif sur cet accord tant qu’il n’est pas signé et mis en place. Ce qui arrange moyennement la confiance retrouvée des investisseurs. Investisseurs qui ne trouvent plus vraiment de quoi se motiver pour acheter ces derniers jours.

La BCE au plus mal

Sans compter que la BCE a été plus que démoralisante hier.

Si l’on en croit la presse, les intervenants ont été « surpris » que Draghi se montre extrêmement noir sur l’économie européenne. Le patron de la Banque Centrale Européenne a déclaré que nous étions dans « une période de faiblesse continue et d’incertitude omniprésente » et du coup, la BCE a coupé les attentes de croissance de 1.7% a 1.1% et ont bien fait comprendre qu’une hausse des taux, c’était pas pour cette année.

Hypocrisie boursière

Et le marché a été « surpris » par ces déclarations.

Sérieusement ???

Comment peut-on être « surpris » par ces annonces ?

Depuis quand l’Europe montre une croissance insolente et une santé qui rendrait jaloux un décathlonien dans le top 10 mondial ?

Petit bilan

Aux dernières nouvelles, la France fait la gueule aux Italiens qui le leur rendent bien. L’Allemagne lutte toute seule dans son coin pour ne pas finir en récession, l’Italie et l’Espagne y sont déjà, la France fait comme si elle n’y était pas, mais elle y court, l’Italie signe des accords commerciaux avec les Chinois dans le dos de Bruxelles pour essayer de s’en sortir seule et les chiffres économiques sont tout simplement dégueulasses depuis des mois.

Et nous on est « SURPRIS » par le discours déprimant de la BCE.

Ça fait des mois que Draghi fait la gueule et qu’on a l’impression qu’il sort d’une cure de prozac intensive qui n’a pas fonctionné, les commentaires que lui et ses viennent-ensuite font depuis des semaines donneraient le cafard à l’inventeur du mot « optimiste ».

Mais nous on est « SURPRIS » parce que la BCE coupe les perspectives de croissance. On en arrive à croire que si on nous jetait dans une piscine, on serait « SURPRIS » d’être mouillés.

À la fin on n’a pas aimé

Bref. Le marché n’a pas aimé le fait que l’Europe soit en panne de croissance et même le fait que la hausse des taux soit repoussée aux calendes grecques n’aura pas suffit à compenser.

Le marché n’a pas aimé non plus que l’accord chinois ne soit pas encore signé et les miettes que l’on nous donne en pâture en attendant la version officielle ne nous conviennent pas du tout.

L’ensemble des bourses mondiales se sont donc effritées hier et franchement, le retournement de tendance depuis le début de la semaine, même s’il n’est pas violent, est plutôt fourbe et vicieux. Manquerait plus qu’il accélère aujourd’hui, histoire de partir en week-end bien déprimé.

La Chine en mode implosion

Et si ça se trouve, c’est les Chinois qui sont en train de nous donner les orties pour nous auto-flageller juste avant la pause dominicale.

Ce matin les Chinois ont sorti leurs chiffres du Trade Balance et pour parler français, ils sont bien pourris. Alors que l’on attendait une lueur d’espoir après les dernières mesures économiques prisent il y a trois jours – bien qu’il faudrait être stupide pour croire qu’une mesure économique prise il y a trois jours ait un effet quelconque sur les chiffres du mois dernier – le Trade Balance montre un effondrement total des exportations.

Les attentes à l’Ouest

Alors que l’on attendait une baisse de 6% de ces derniers, jours baisse que l’on justifiait par l’incertitude à cause de l’accord en cours et par le fait que la semaine entière de vacances pour le Nouvel An avait pesé sur le commerce, on n’imaginait pas que le chiffre final pourrait être une baisse de 20.7% des exportations.

À noter aussi qu’au moment de la publication, le type qui a tapé la dépêche sur les réseaux d’informations, s’est foutu dedans. Il a d’abord tapé l’annonce sans mettre un signe négatif devant et a ensuite corrigé en rajoutant le signe « moins »… Les algos ont du apprécier la blague.

C’est quoi le texte ? Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!

Enfin, peu importe. Autant vous dire que ce matin les marchés asiatiques sont en mode « sauve qui peut ». À l’heure où je vous parle, le Japon recule de 2%, Hong Kong abandonne 1.4% et la Chine frise les 3% de baisse. Après 34% de hausse en 2 mois, ça va encore, mais quand même.

Autant dire que les futures sont en baisse un peu partout et que la journée risque d’être compliquée. À moins que Trump nous fasse un « tweet » pour dire que ça se passe « trop bien » avec la Chine et qu’ils sont vraiment « trop sympas » et que l’accord, eh ben il va être « trop cool ».

L’or et le pétrole sont scotchés là où ils étaient hier, avant hier et avant avant-hier.

Le news c’est les mêmes

Dans les nouvelles du jour, nous sommes clairement resté dans les nouvelles d’hier et concentrés sur le Trade Balance tout pourri des Chinois ce matin. La une des journaux fait ses choux gras de la « surprise de la BCE » et de la Chine.

Certains spécialistes pour peindre le diable sur la muraille ont sorti les « experts » en Bear Market pour nous dire que les 20 prochaines années boursières seront difficiles, pourries et compliquées et que si vous êtes en train de faire des études de finance, arrêtez, mettez-vous à la psychiatrie, il y aura bien des traders à traiter dans 10 ans. Dixit Jeremy Grantham qui avait « vu la bulle internet » et qui avait « vu la crise du subprime ».

Du savon et une pente

Pour le reste, d’un point de vue technique, les indices américains sont tout proches de faire une « golden cross » – golden cross qui se définit par un croisement de la moyenne mobile des 50 jours au-dessus de celle des 200 jours. Signe définitivement bullish comme quoi la tendance « long terme » s’est inversée de négative en positive.

Mais par contre, sur la photo très court terme, les graphiques ressemblent salement à une pente savonneuse qui ne demande qu’à accélérer. À moins qu’on se bouge pour cet accord Sino-Américain pour re-booster un peu l’optimisme qui s’éteint.

Chiffres de l’emploi

Cette après-midi c’est les chiffres du chômage et tout le monde aura les yeux fixés dessus. On attend 180’000 créations d’emplois aux USA et une baisse du taux de chômage à 3.9%. Pour le moment les futures sont en baisse de 0.3% et si l’on ajoute la météo pourrie, le ciel gris, heureusement que c’est vendredi, parce que sinon ça serait compliqué.

Reste plus qu’à espérer quelque chose de la pilule magique du Trade Deal.

Puisqu’il fait moche, n’hésitons pas à nous plonger dans la littérature financière, ça ne fera pas de mal à notre culture financière, justement. En « scrollant-down » en-dessous de cette chronique, vous trouverez un article sur le nouvel El Dorado : la thérapie génique, vous apprendrez aussi qu’il peut AUSSI y avoir du mieux sur le front du changement climatique et trouverez peut-être la solution pour investir dans la dette émergente.

Passez une excellente journée, un très bon week-end et on se revoit lundi matin.

Thomas Veillet
Investir.ch

« Les technocrates, c’est des mecs que quand tu leur poses une question, une fois qu’ils ont fini de répondre, tu comprends plus la question que t’as posée. »

Coluche

L’article Une période de faiblesse continue et d’incertitude omniprésente est apparu en premier sur investir.ch.