durée : 00:02:29 - La minute conso France Bleu - par : Dominique ESWAY - C'est en 1879 que Rodolphe Lindt le fils d'un pharmacien suisse installé à Berne a mis au point le chocolat fondant qui fait la réputation de la marque depuis. La légende veut qu'il l'ait produit en oubliant d'éteindre ses machines une nuit et en laissant le chocolat cuire pendant de longues heures. A l'époque on ne connait que la boisson chocolatée et tout le monde cherche la recette miracle pour faire du chocolat solide. Vingt ans plus tard, l'usine est rachetée par un autre chocolatier suisse Rodolphe Sprungli, installé lui depuis 1845 à Zurich. Mais il garde la marque qui jouit déjà d'une belle notoriété. La société Lindt et Sprungli marche bien au début du 20 ème siècle. Vers 1915, elle exporte près des trois-quarts de sa production dans quelques 20 pays de par le monde.

Les années 20 et 30 sont moins faciles

Avec la montée du protectionnisme, les marchés étrangers se ferment les uns après les autres. Pendant la seconde guerre mondiale, les importations de sucre et de cacao sont rationnées et la production diminue. Mais une fois la paix revenue, la demande de chocolat explose. Sauf que les installations de Lindt et Sprungli sont trop petites. Pour suivre la demande l'entreprise confie alors la fabrication à des sociétés licenciées. Maurice Rozan de Mazilly qui s'est installé comme chocolatier à Oloron Sainte Marie fait venir les représentants de Lindt et s'associe avec le groupe suisse qui reprend la recette des Pyrénéens caractérisée par un goût frais en bouche. Avec plus ou moins de succès selon les amateurs. C'est ainsi que la fabrication du chocolat Lindt démarre en France en 1954. Lindt et Sprungli se développe un peu partout dans le monde dans les années 60 puis dans les années 80 elle rachète l'un après l'autre les fabricants pour en faire des filiales classiques.

Pour se démarquer, Lindt multiplie les innovations.

D'abord, il créée les Lindor, des boules de chocolat, un format qui n'existait pas jusque là. On connait aussi le lapin doré pour Pâques, les grandes boîtes de Champs Elysées et les tablettes aux parfums variés, régulièrement renouvelées. Depuis 2009, Lindt multiplie les ouvertures de boutiques à son nom et les innovations. Résultat : ses ventes augmentent plus que le marché du chocolat. Lindt ne cache pas ses ambitions. Le Suisse veut être le numéro un d'ici trois ans.

Dominique Esway