Lors d’une situation de confinement, la privation d’interaction sociale pourrait, au niveau cérébral, induire une réponse comparable à ce qu’il se passe lors d’une privation de nourriture.