43 ans après sa création, Starmania renaît à partir de ce soir à la Seine Musicale, près de Paris pour trois mois avant une tournée. Steven Bellery a assisté à l'une des dernières avant-premières du spectacle imaginé par Michel Berger et Luc Plamondon. Verdict ? Exceptionnel. Alors oui, il y a dix tubes, ça aide. Mais, "Starmania" se réinvente sans oublier le livret d'origine. C'est en cela un tour de force du metteur en scène. Thomas Jolly - 40 ans - n'était pas né à la création de l'opéra-rock. Il l'a pourtant digéré avec brio pour mieux le faire entrer dans le XXIème siècle. Il modernise le show avec panache. Le rend même plus lisible en changeant l'ordre de quelques chansons. Tout est parfaitement dosé : le grandiose et l'intime, le spectaculaire et l'émotion, la noirceur, la violence même et la douceur.