Alors que le président Ali Bongo, affaibli par la maladie, fait toujours l'objet de nombreux doutes et spéculations sur son contrôle effectif du pouvoir, des poursuites ont été lancées contre plusieurs de ses plus proches collaborateurs. Dans ce contexte, la nomination à la présidence de Noureddin Bongo le fils du président Ali Bongo ravive les curiosités.