Certains pays punissent l’IVG de peines de prison, comme au Sénégal, où «des filles mineures victimes de viols» ou d’inceste ont été incarcérées après avoir subi une IVG, a dit à VOA Afrique Amy Sakho, coordonnatrice du Comité de plaidoyer pour l’accès à l’avortement médicalisé.