The Goop Lab est une série sur Netflix inspirée de Goop, l’empire du « bien-être » de Gwyneth Paltrow, évalué à 250 millions de dollars.

J’ai eu la chance de voir en primeur les 6 épisodes de la série une semaine avant sa sortie, et comme l’embargo médiatique est levé aujourd’hui, j’en profite pour vous partager cette brève critique de ma part, du point de vue du scepticisme scientifique.

Donc, est-ce aussi pire que ce à quoi on s’attendait ? En général, oui. Tsé, à quoi peut-on s’attendre d’une compagnie qui vend des trucs hyper douteux comme un « répulsif contre les vampires psychiques » ? Gwyneth a aussi déjà admis n’avoir aucune idée de quoi Goop parle quand il est question de santé.

En résumé : 2 épisodes sont de la totale bullshit (guérison énergétique, médiums), 3 abordent des sujets légitimes mais exagèrent largement ce que dit la science (substances psychédéliques, techniques de respiration, anti-vieillissement), et 1 épisode se démarque vraiment du reste (sexualité des femmes).

 

Chaque épisode suit une formule de base :

1. Gwyneth et sa chef de contenu, Elise Loehnen, discutent avec un ou deux « experts » qui travaillent sur des sujets liés à la santé, supposément appuyés par la science, mais « peu connus, épeurants et non réglementés». Elles décident de tester les choses par elles-mêmes.

2. Les « tests » commencent, c’est-à-dire que des employés de Goop essaient des choses et se font leurs propres anecdotes. Fait intéressant, ces employés sont tous très stressés, tendus, anxieux et/ou souffrent de traumatismes d’enfance ou de leur vie récente. La plupart du temps, il y a parmi eux un « sceptique » autoproclamé.

3. On entend le témoignage d’une personne qui a déjà essayé et/ou fait régulièrement les choses en question, et qui dit en retirer d’énormes bienfaits. La souffrance est bien réelle ici; ces témoignages sont assez émouvants et touchants.

4. Les « tests » se poursuivent. Des résultats quasi-fabuleux sont obtenus immédiatement. En quelques secondes à peine, les participants commencent à pleurer et ont des grandes révélations.

5. Autres témoignages déchirants.

6. Fin des « tests ». Plusieurs participants disent que ça vient de changer leur vie. Le « sceptique » est déconcerté, même si rien de vraiment impressionnant ne s’est produit, donc c’est assez clair qu’il/elle n’a jamais vraiment été sceptique.

7. Encore des témoignages. Ça devient pénible à écouter.

8. Gwyneth et Elise concluent avec les « experts » qu’ils viennent d’assister à quelque chose d’assez extraordinaire, et elles déplorent que ce n’est pas encore mainstream. Fin.

 

Bon ok, maintenant regardons chaque épisode :

 

SUBSTANCES PSYCHÉDÉLIQUES

 

On rencontre Mark Haden, directeur d’une association impliquée dans l’étude des substances psychédéliques pour traiter les troubles de santé mentale. Il y a aussi Will Siu, un psychiatre qui a testé des psychédéliques sur lui-même et qui traite maintenant des gens avec ça. Les deux indiquent clairement que ces traitements font présentement l’objet d’essais cliniques, et que même si les premiers résultats sont prometteurs, plus de recherches sont nécessaires avant qu’on puisse les utiliser en clinique. Tout le monde est d’accord.

Alors, que font-ils ensuite? L’exact opposé de ce qui vient d’être dit. Elise annonce qu’elle et un groupe d’employés de Goop s’en vont en Jamaïque pour tester eux-mêmes les psychédéliques, parce que c’est « non réglementé » là-bas. Eh ben.

Le reste de l’épisode, c’est essentiellement le groupe qui a un trip de drogue avec des champignons magiques. Ils rient, pleurent, disent des choses sans queue ni tête. On est très, très loin de la « recherche »: c’est une expérience hippie avec de la sauge divinatoire qui brûle et un dude qui dit au groupe de « se fondre avec l’esprit du champignon ».

Une fille qui souffre d’un deuil non-résolu dit que l’expérience qu’elle vient de vivre, c’était « 5 ans de psychothérapie en 5 heures ». Un gars qui souffrait d’un traumatisme d’enfance dit qu’il se sent un peu mieux. Pourtant, rien de tout ça n’est très convaincant. On n’a pas l’impression que le trip de drogue les a réellement aidés, en tous cas, pas au-delà d’un bon feeling pendant quelques heures.

Elise conclut en suggérant qu’expérimenter avec des substances psychédéliques pourrait être une excellente alternative aux activités de team-building en milieu de travail. Wow.

 

 

TECHNIQUES DE RESPIRATION DE WIM HOF

 

L’épisode se concentre sur Wim « Ice Man » Hof, une véritable anomalie de la nature, un gars qui a une génétique bizarre et des quantités anormalement élevées de graisse brune, ce qui lui permet de tolérer les froids extrêmes. Très cool pour lui. Mais malheureusement, on ne nous dit RIEN de tout ça dans l’épisode; on nous dit plutôt que Wim Hof a cette capacité grâce à une technique de respiration (hyperventilation contrôlée) qu’il a inventée, et qu’il peut enseigner à d’autres personnes en 10 minutes.

Donc il enseigne sa technique à un groupe de personnes qui souffrent toutes d’anxiété et/ou de traumatismes d’enfance, et soudainement, il n’est plus question de résister au froid, mais plutôt de guérir un paquet de maladies. Hof dit au groupe que sa technique « rend le corps plus alcalin » (faux) et « renforce le système immunitaire » (nope). Il prétend qu’en respirant comme lui, on peut guérir presque tous les problèmes de santé physique et psychiatrique. Faut dire que Wim Hof a déjà affirmé en entrevue que sa technique pouvait même guérir le cancer.

Le groupe s’en va à l’extérieur et fait une séance d’aérobie dans la neige. Les gens sautent aussi dans l’eau froide. Grâce à la technique de respiration, ils sont capables de contrôler leur panique initiale. Rien de vraiment surprenant ou impressionnant.

 

 

ANTI-VIEILLISSEMENT

 

On nous présente Dr Valter Longo, un chercheur qui fait de la recherche légitime sur le jeûne et le vieillissement. Malheureusement, tout au long de l’épisode, il n’arrête pas d’exagérer la portée de ses travaux et sous-entend que tout ça est prêt pour le grand public.

On nous présente aussi Morgan Levine, qui étudie la « bioinformatique du vieillissement ». Elle dit qu’avec une simple prise de sang, elle peut déterminer « l’âge biologique » de Gwyneth, d’Elise et d’une 3e fille, par opposition à leur âge chronologique. Pourquoi vous n’avez jamais entendu parler « l’âge biologique » ? Parce que c’est un concept inventé de toutes pièces. D’ailleurs, une recherche rapide m’a révélé que Mme Levine travaille pour une entreprise qui vend le test en question pour 500$, ainsi qu’un supplément anti-âge.

Le groupe va aussi tenter de « renverser leur horloge biologique » en suivant une diète spéciale pendant une semaine: une mangera végane, une autre pesco-végétarien, et la 3e mangera un « régime imitant le jeûne » inventé par Dr Longo (un kit composé d’aliments ultra-transformés en sachets, qui rendent les repas mangés par les astronautes profondément appétissants). À la fin de l’épisode, on apprend qu’elles ont réduit leur « âge biologique » d’environ un (1) an après la diète. Qu’est-ce que ça veut dire? Rien, car encore une fois, c’est un concept qui n’existe pas.

Il y a une deuxième partie de l’épisode où les trois femmes se font faire de la chirurgie plastique, parce que… euh… c’est considéré comme du bien-être anti-âge, j’imagine ? Ils font même un facelift en direct à l’une d’entre elles; on les voit lui insérer des fils et lui étirer le visage des deux bords, le sang qui coule… Ma blonde l’écoutait avec moi et ça l’a traumatisée. Gwyneth reçoit aussi un « facelift vampire », une technique controversée et potentiellement dangereuse qui consiste à injecter dans son visage du plasma riche en plaquettes (PRP), fabriqué à partir de son propre sang. Elle devient toute rouge et enflée… c’est assez perturbant. Gwyneth conclut : « Une chance que c’est mon propre sang et pas une toxine. Les gens se mettent tellement de shit dans le visage ! ». No shit.

 

 

SOINS ÉNERGÉTIQUES

On nous présente John Amaral, un gars qui offre de la « guérison énergétique » à ses clients, qui sont principalement des célébrités. Puis il se lance full speed dans le mysticisme quantique, un type de charlatanisme qui utilise des mots qui sonnent scientifique (comme « subatomique ») et déforme des concepts liés à la physique quantique. Aussi présent, le Dr Apostolos Lakos, adepte de la « médecine intégrative », qui dit avoir « étudié le magnétisme et la vibration ». Whatever.

Amaral commence à faire des soins énergétiques sur quatre personnes, dont un dude supposément « sceptique ». On dirait qu’Amaral joue avec une marionnette; il tire des fils invisibles dans les airs, parfois à plusieurs pieds de la personne qu’il soigne. Tout ça est très théâtral et absurde. Fait intéressant, il parle beaucoup et dicte exactement ce que les participants sont supposés faire et ressentir. Par exemple, il pourrait dire : « Tu as un blocage d’énergie dans le bas du dos, juste ici. Je vais tirer dessus, tu vas te sentir légèrement tiré vers le haut et ça va libérer ta tension ». Et sans surprise, les gens réagissent exactement comme il vient de leur dire ! C’est donc une excellente démonstration de ce que j’appellerais de l’autosuggestion guidée.

Élise dit qu’elle se sent comme si elle avait « eu un exorcisme ». C’est ce mini-bout qu’on entend dans la bande-annonce, mais heureusement, il n’y a d’exorcisme en tant que tel… et j’en reviens pas que c’est un point positif pour le show 😕

 

 

VOYANTS / MÉDIUMS

 

Laura Lynne Jackson est une voyante / médium qui parle aux morts. À côté d’elle, Dr Julie Beischel dit qu’elle a fait des recherches qui démontrent de manière irréfutable que les médiums ne sont pas des charlatans et qu’ils ont de vrais pouvoirs (faux, ses « recherches » ne démontrent rien de tel).

Jackson nous fait ensuite une démonstration magnifique d’une technique frauduleuse classique appelée lecture à froid cold reading » en anglais). Le principe, c’est que le/la médium fait une tonne d’affirmations super générales dans un court laps de temps, en espérant que les participants accrochent sur quelque chose qui les interpelle sur le plan personnel (un autre super exemple dans ce vidéo).

Par exemple, Jackson dit à une fille: « J’entends quelque chose qui sonne comme E-L ». La fille commence à pleurer presque instantanément, parce qu’elle voit un lien quelconque avec sa mère décédée. Et évidemment, Jackson abonde dans le même sens. D’autres affirmations vagues, d’autres pleurs. Malheureusement, on ne voit que des mini-bouts de la séance, donc on ne peut pas calculer combien d’affirmations lancées par Jackson interpellent vraiment la fille. Mais Dre Jen Gunter (une gynécologue canadienne) a eu la chance de voir une performance complète de Jackson en 2018, et elle n’a pas été impressionnée.

Dans la dernière partie, Jackson dit à un groupe qu’elle peut leur apprendre à devenir clairvoyant/es. Deux filles (A et B) s’essaient. A donne à B une photo d’un chien. B se concentre et dit : « Je vois un M et quelque chose qui a rapport avec les allergies ». Et là, on apprend que la photo, c’est l’ancien chien de A, son nom était Muffin, mais elle a dû s’en débarrasser car son frère était allergique. Le groupe conclut que B est clairvoyante. Ben oui chose.

 

 

SEXUALITÉ DES FEMMES

 

Cet épisode est totalement différent des autres. Il explore la relation des femmes avec leur sexualité, ainsi que l’acceptation et la connaissance de leur propre corps. Il parle de masturbation, d’orgasme et de la façon dont la pornographie a créé des attentes irréalistes concernant la sexualité des femmes.

Le sujet sort de mon champ de compétences et je l’ai écouté avec un œil moins critique, donc peut-être que j’ai raté des trucs douteux, mais au cet épisode-là me semble aborder des bons points. Son gros défaut, c’est de faire partie de ce show.

(Note 1 : si ce dernier sujet t’intéresse mais que tu ne veux pas te taper du Goop, la bédéiste suédoise Liv Strömquist a publié des BDs extraordinaires sur le sujet, en particulier « L’Origine du Monde »)

(Note 2 : Si quiconque a des critiques spécifiques à cet épisode, merci de me les partager et je le mentionnerai en vous citant)

 

 

CONCLUSION

 

The Goop Lab, c’est l’incarnation même de la pseudoscience, car le show est vraiment habile pour « avoir l’air scientifique », sans l’être réellement. Ils utilisent des mots qui sonnent scientifique. Il y a des « experts » avec des Ph.D et des médecins. Ils parlent d’essais cliniques, citent des études, disent qu’il faut poursuivre les recherches. Mais tout ça, c’est une façade, parce que quand le show parle de science, c’est pour spéculer, exagérer ou dire du gros n’importe quoi.

L’aspect le plus troublant, pour moi, c’est que la série s’appuie fortement sur des anecdotes et des témoignages, qui sont réellement touchants. On ne peut pas s’empêcher de ressentir de l’empathie pour ces personnes qui souffrent de traumatismes physiques et psychologiques, et dont les besoins n’ont pas été satisfaits par le système de santé. Ces gens ont besoin d’aide. Malheureusement, The Goop Lab prétend les aider en leur offrant des lectures psychiques, en leur enseignant des techniques de respiration aux bienfaits exagérés, et en augmentant leur anxiété à propos du vieillissement, entre autres. En ce sens, ce show (et donc Netflix) est socialement et scientifiquement irresponsable, à mon avis. En fait, le plus grand danger ici, c’est de nuire à la culture scientifique populaire, qui est déjà pas mal amochée.

On peut avoir l’impression, après avoir écouté tous les épisodes, que ce n’est pas tant une infopub pour les produits de Goop. Et en effet, ils ne parlent jamais de leurs produits… MAIS, comme par hasard, Goop vend des produits liés à chacun des sujets : produits pour booster le système immunitaire, cristaux énergétiques, suppléments et cosmétiques anti-âge, œufs de jade (anciennement pour le vagin)… je ne pense pas que c’est une coïncidence. La seule exception pourrait être les substances psychédéliques, mais encore là, dans l’épisode en question, ils disent que Goop pourrait aider à contribuer aux travaux de recherche; ça me semble une mauvaise idée.

Devriez-vous l’écouter juste pour le divertissement ? Perso, je n’ai pas trouvé ça très divertissant. Pas longtemps après avoir débuté notre binge-watching, ma blonde m’a dit: « Ouf, c’est lourd comme show ». Yep, je suis d’accord avec elle. Ou sinon, il y a quelque chose qui doit clocher avec nos particules subatomiques.