Frances Hodgson Burnett écrivait, à travers le personnage de Colin Craven dans le Jardin Secret : « Quand Mary a trouvé le Jardin, (…) il avait l’air tout à fait mort. Alors quelque chose s’est mis à tirer les plantes du sol, à les faire sortir de rien du tout. Un jour, il n’y avait rien. Le jour suivant elles étaient là. (…) C’est quelque chose (…). Je ne sais pas le nom de ce quelque chose, et alors je l’appelle magie. La magie qui est dans ce jardin m’a fait tenir debout et m’a appris que j’allais vivre et devenir un homme. »
D’abord malade, chétif, et totalement ignoré par son veuf de père, Colin découvre sa force de vie et apprend à marcher au sein du Jardin Secret. Il prend sa place d’homme dans cet espace magique et fait partie de ce tout, jusqu’à y rencontrer son père.
Il en va de même pour Manon.
Imaginez… Imaginez-vous, dans les années 1960, naître d’une mère étrangère célibataire, dans la campagne française ; être placée en nourrice vos six premières années, puis, vivre avec votre mère, parfois avec beaucoup de violence, jusqu’à votre majorité. Imaginez côtoyer sa souffrance et ne pas avoir sa place pour exister.

C’est ce qu’a vécu Manon. Mais telle une fleur dans le Jardin Secret, elle a poussé, s’est ouverte et a su rencontrer sa mère avec sa magie à elle.
Alors, comment devenir une femme aux côtés d’une mère qui ne laisse pas de place ? Est-il possible de trouver de la paix, voire l’amour, après des épisodes de violence ?
Avec authenticité, Manon vous ouvre la porte sur l’intimité de sa vie, sur la relation qu’elle entretien avec sa maman, et surtout avec elle-même.
Bonne écoute !