ÉDITO - La crise sanitaire force les institutions à envisager une modernisation du mode de scrutin lors des élections, de quoi transformer quelque peu le paysage politique du pays ?