Les sorties BD de Xavier Vanbuggenhout :

  • « Métal Hurlant n°1 : Le futur, c'est déjà demain » - Collectif (Les Humanoïdes Associés)
  • « Total » de Ugo Bienvenu (Denoël Graphic)
  • « La Part merveilleuse T1 : Les Mains d'Orsay » de Ruppert et Mulot (Dargaud)

L'auteur belge Antoine Wauters (qui avait reçu le Prix Première en 2014 pour son premier roman « Nos mères ») pour son nouveau roman "Mahmoud ou la montée des eaux" (Verdier).
Il sera en signature le mardi 19 octobre à 18h30 à la Librairie Pax à Liège.

Syrie. Un vieil homme rame à bord d'une barque, seul au milieu d'une immense étendue d'eau. En dessous de lui, sa maison d'enfance, engloutie par le lac el-Assad, né de la construction du barrage de Tabqa, en 1973. Fermant les yeux sur la guerre qui gronde, muni d'un masque et d'un tuba, il plonge - et c'est sa vie entière qu'il revoit, ses enfants au temps où ils n'étaient pas encore partis se battre, Sarah, sa femme folle amoureuse de poésie, la prison, son premier amour, sa soif de liberté.

Xavier Dorison (scénariste) et Alexis Sentenac (dessinateur) pour la sortie de la BD "Goldorak" (Éditions Kana).

Une histoire inédite, supervisée et approuvée par Go Nagai (le créateur du manga original), et qui prend place après la fin de l'anime de 1975. En France, ce même anime avait été diffusé pour la première fois en 1978 dans l'émission Récré A2. L'empire de Véga vient de réduire en cendre la lointaine planète d'Euphor. Actarus, son prince, assiste impuissant à la mort des siens. Il parvient néanmoins à échapper au massacre en s'emparant de Goldorak, le plus puissant des robots de combat.

Le coup de cœur de Gorian Delpâture : "Les lanceurs de feu" de Jan Carson (Sabine Wespieser).

À Belfast, l'été 2014 restera dans les mémoires comme celui des Grands Feux. Bien avant les foyers traditionnellement élevés à l'occasion de la parade orangiste du 12 juillet, de gigantesques incendies illuminent la ville en toute illégalité, ravivant le spectre des Troubles. Jan Carson choisit les trois mois de cette saison si particulière pour confronter le quotidien de deux pères de famille, l'un et l'autre rongés par l'angoisse. Jonathan Murray, médecin, ne cesse de se remémorer la nuit de garde pendant laquelle il n'a pu résister à la voix enchanteresse d'une femme qui le hante désormais. Élevant seul leur enfant, il oscille entre le ravissement et la terreur de découvrir sur le petit visage inoffensif l'empreinte de sa fascinante génitrice... Quant à Sammy Agnew, ancien paramilitaire loyaliste, il tremble de devoir s'avouer que, sur la vidéo anonyme et virale du « Lanceur de feu » appelant à propager la rébellion, il reconnaît la silhouette de son propre fils. Dans la chaleur de l'été, alors que la panique gagne et que Belfast s'embrase, ces pères, que tout sépare, partagent leur culpabilité et leur impuissance face à la violence qu'ils craignent d'avoir engendrée, et finissent par se rencontrer... Leurs tribulations apparaissent comme la métaphore de cette ville où protestants et catholiques, flics et manifestants, pauvres et riches se frôlent sans se connaître, et dont Jan Carson dresse un éblouissant portrait. Son réalisme et son incroyable énergie narrative font merveille pour embarquer le lecteur dans des situations où tout peut arriver... même croiser des enfants dotés de pouvoirs spéciaux. Comme le dit Sammy à Jonathan, il suffit d'aller voir ce qui se passe de l'autre côté de la rue.