De la littérature américaine avec le nouveau roman de Jean Hegland : "Apaiser nos tempêtes". Et de la photo avec la première rétrospective en Belgique du photographe anglais Martin Parr intitulée « Parrathon ».

Toute cette semaine à 11h30 dans « Bagarre dans la Discothèque », la team du Mug affronte la team d'ESF.

Ce jeudi : Sébastien Ministru et Cindya Izzarelli.

Et dès midi :

La chronique de Josef Schovanec : Ursus Wehrli, comique de cabaret, plasticien et photographe suisse.

Après « Dans la forêt », l'écrivaine américaine Jean Hegland revient avec son nouveau roman "Apaiser nos tempêtes" (Phébus).

Les parcours d'Anna et de Cerise n'ont rien de commun.
Promise à une brillante carrière, Anna étudie la photographie à l'Université de Washington ; lycéenne, Cerise habite en Californie sous l'emprise totale de sa mère. Lorsque chacune des jeunes femmes tombe enceinte par accident, Anna avorte, et Cerise garde l'enfant.
Dix ans plus tard, leur choix aura déterminé le cours...

La première rétrospective en Belgique du photographe anglais Martin Parr intitulée « Parrathon », à voir à Hangar - Photo Art Center à Bruxelles jusqu'au 18/12.

On en parle avec Delphine Dumont, directrice du Hangar.

Cette exposition retrace quarante ans de carrière de l'artiste à travers 15 séries symboliques. Plus de 400 images colorées et originales, pleines d'humour et d'ironie, sont exposées sur les trois étages du centre d'art Hangar.

Satiriste des temps modernes, Martin Parr est considéré comme l'un des représentants les plus importants de la photographie documentaire contemporaine et est salué comme l'un des photographes les plus célèbres au monde. En « chroniqueur de notre temps » (comme dit Thomas Weski), il scrute le monde de son regard malicieux, produisant des images insolites, souvent exagérées ou grotesques, aux couleurs criardes.
Associé à l'humour typiquement anglais, il photographie la société occidentale - parfois impitoyablement - façonnée par la consommation de masse, une économie imprévisible et un contexte politique dysfonctionnel. En plus des œuvres de séries célèbres telles que The Last Resort , Think of England , Luxury et Common Sense , l'exposition comprend également ses premières séries : Mauvais temps et non-conformistes .

Le "Boing Boum Tchak" de Sébastien Ministru : "Chevreuse" de Patrick Modiano (Gallimard).

« Pour la première fois depuis quinze ans, le nom de cette femme lui occupait l'esprit, et ce nom entraînerait à sa suite, certainement, le souvenir d'autres personnes qu'il avait vues autour d'elle, dans la maison de la rue du Docteur-Kurzenne. Jusque-là, sa mémoire concernant ces personnes avait traversé une longue période d'hibernation, mais voilà, c'était fini, les fantômes ne craignaient pas de réapparaître au grand jour. Qui sait ? Dans les années suivantes, ils se rappelleraient encore à son bon souvenir, à la manière des maîtres chanteurs. Et, ne pouvant revivre le passé pour le corriger, le meilleur moyen de les rendre définitivement inoffensifs et de les tenir à distance, ce serait de les métamorphoser en personnages de roman. »