De la musique avec l'artiste Pomme, dont l'album « Les Failles » a reçu le prix de l'Album révélation aux 35e Victoires de la Musique. Mais aussi du cinéma avec Jo Deseure et Lucy Debay pour "Une vie démente", un film sur la maladie d'Alzheimer et le déclin mental...

« Bagarre dans la Discothèque » à 11h30, avec Sophie Léonard et Sébastien Ministru.

Et dès midi :

La chronique de Josef Schovanec : Toyen, artiste peintre tchèque surréaliste.

Pomme et son deuxième album "Les Failles (cachées)" sorti en 2019 et qui a reçu le prix de l'Album révélation aux 35e Victoires de la Musique en 2020.

Elle est en concert ce jeudi soir dans le cadre des Nuits Botanique à Bruxelles.

Jo Deseure et Lucy Debay pour le film "Une vie démente" d'Ann Sirot et Raphaël Balboni.

Lucy Debay sera aussi prochainement à l'affiche du film "Lucy perd son cheval" de Claude Schmitz.

Alex et Noémie, la trentaine, voudraient avoir un enfant. Mais leurs plans sont chamboulés quand Suzanne, la mère d'Alex, se met à faire de sacrées conneries. C'est parce qu'elle a contracté une ¿démence sémantique¿, maladie neurodégénérative qui affecte son comportement. Elle dépense sans compter, rend des visites nocturnes à ses voisins pour manger des tartines, se fabrique un faux permis de conduire avec de la colle et des ciseaux. Suzanne la maman devient Suzanne l'enfant ingérable. Drôle d'école de la parentalité pour Noémie et Alex !

Le "Boing Boum Tchak" de Sébastien Ministru : « Grande couronne », premier roman de Salomé Kiner (Christian Bourgois Éditeur.

Nous sommes en France, à la fin des années 1990. Dans une ville de banlieue pavillonnaire, une adolescente regarde passer les trains qui filent vers Paris. Elle a des projets plein la tête : partir, devenir hôtesse de l'air et surtout, plus urgent, s'acheter des vêtements de marque.
Mais comment faire quand on n'a pas assez d'argent de poche et que la vie dont on rêvait se révèle être un champ de cactus ?
Car en attendant, sa famille vacille et ses repères sont chamboulés. En moins d'un an, sans renoncer à ses désirs, elle devra tout apprendre : comment classer ses émotions, tenir tête à ses copines, assumer des responsabilités trop grandes pour elle et vivre ses premières expériences sexuelles.
Si l'adolescence est une ligne de crête menant à l'âge adulte, l'attachante héroïne de Grande Couronne s'y tient en équilibriste, oscillant entre le trivial et le terrible. Mais elle a une arme : une vision au laser grâce à laquelle elle dresse un tableau de son époque et de ses émotions aussi drolatique qu'impitoyable.