Le Dernier des Mohicans, Heat, Collateral, Public Enemies, Miami Vice... On parle du réalisateur, scénariste et producteur américain, avec Jean-Baptiste Thoret qui publie "Michael Mann : Mirages du contemporain" (Flammarion).

Toute cette semaine à 11h30 dans « Bagarre dans la Discothèque », la team du Mug affronte la team d'ESF.

Ce mercredi : Guillermo Guiz et Pierre Scheurette.

Et dès midi :

"C'est un beau roman" de Sébastien Ministru : "Capri c'est fini" d'Hervé Vilard.

Jean-Baptiste Thoret pour son livre "Michael Mann : Mirages du contemporain" (Flammarion).

Ce mercredi soir, projection du film "Le solitaire" de Michael Mann (1981) au Kinograph à Bruxelles à 19h30. Jean-Baptiste Thoret présentera ce premier long métrage pour le cinéma de Michael Mann et commentera le film à l'issue de la séance.

Et il sera en dédicaces chez Filigranes à Bruxelles le jeudi 7 octobre à 17h30.

En onze films, Michael Mann a su tracer au sein de l'industrie hollywoodienne une ligne singulière et novatrice. Heat, Révélations, Ali, Collateral, Miami Vice, ou encore Public Enemies ont rebattu les cartes du cinéma américain au point de faire de Mann l'un des cinéastes les plus importants de ces trente dernières années. Quelques plans suffisent pour reconnaître son style : une prédilection pour les univers urbains et cristallins, et en particulier Los Angeles, dont il a su renouveler l'image ; un goût pour les hommes solitaires et concentrés ; une manière contemplative de filmer qui allie fascination et mélancolie. Né en 1943 à Chicago, Michael Mann réalise son premier film en 1981 (Le Solitaire). Il révolutionne l'écriture télévisuelle avec la série Deux flics à Miami et, en 1995, signe avec Heat le 2001 du polar. Comment un cinéaste de la génération du Nouvel Hollywood est-il parvenu à trouver ses marques au sein d'une décennie, les années 1980, qui en constituait la négation ? Que signifie son obsession pour le monde du crime et ces professionnels prêts à tout sacrifier à leur travail ? Quels sont ces mirages du contemporain que son cinéma rend sensibles ?

"La La Langue" de Joëlle Scoriels : Le mystère, assez cochon, de la porcelaine.

Les sorties ciné avec Hugues Dayez :

  • Les Intranquilles
  • Tralala
  • Cigare au miel