A la fin des années 70, les Radios libres font leur apparition en Belgique. Créées de manière spontanée par des activistes libertaires et le monde associatif, ces radios locales diffusent leurs programmes subversifs sur la bande FM en toute illégalité. A cette époque en effet, la radiodiffusion reste un monopole d'Etat réservé à la RTBF et à la BRT. Malgré les interdictions, les intimidations et les saisies d'émetteurs effectuées par les autorités, ces radios libres vont continuer à émettre envers et contre tout, fidèles à leur esprit insoumis, frondeur et contestataire. Entre 1978 et 1980, les radios libres et locales poussent comme des champignons dans les villes et village, provoquant une belle pagaille sur les ondes : les fréquences disponibles ne sont pas assez nombreuses, certains émetteurs sont bcp trop puissants et, last but not least, quelques stations n'hésitent pas à utiliser la publicité comme source de financement alors que cette pratique est rigoureusement prohibée. C'est une évidence : sans cadre légal, le chaos règne sur la bande FM. Il faut attendre l'année 1981 pour voir apparaître un premier arsenal législatif qui fixe les conditions d'existence et de reconnaissance des radios locales ou radio libres. Par la suite, de nombreux débats dans les assemblées et le vote de nouvelles réglementations contribueront à la pacification du « Monde de la Radio » en Belgique. Le Fantôme de la Radio vous raconte en deux épisodes l'histoire de cette guerre ondes qui a profondément modifié le paysage radiophonique.