Une histoire du scandale par Jean-Claude Bologne L’acte dit scandaleux (étroitement noué à sa publicité) se présente comme une sorte de baromètre évaluant la prégnance, la validité des valeurs d’une société. Ne fait scandale que ce qui transgresse les normes, que ce qui bafoue un horizon moral, que ce qui divise un consensus religieux. Jean-Claude Bologne, à partir de l’étymologie du mot, repère ses occurrences dans les trois monothéismes en insistant sur le scandale chrétien qui est la crucifixion. Avant d’envisager le scandale pour lequel on se mobilise( Voltaire dans l’affaire Callas) et le scandale sur lequel on ironise, caricaturé dans la presse. Pour Jean-Claude Bologne, aucun doute : le scandale est, en soi, un gage de dynamisme, de remise en question de la tradition, un facteur d’ouverture à l’autre. Réalisation : Pascale Tison