Le reporting extra-financier des entreprises est un prérequis indispensable pour permettre à chacun d’y investir durablement Autrement dit, il faut que les entreprises soient transparentes au sujet de l’effet de leurs activités sur l’environnement et la société. Sans cela, les investisseurs seraient incapables d’appliquer des critères environnementaux, sociaux et de bonne gestion pour sélectionner les entreprises dans lesquelles investir. En Belgique, plusieurs grandes entreprises sont censées appliquer les règles européennes en matière de reporting extra-financier. Mais une étude récente de l’agence de communication Finn révèle qu’un tiers d’entre elles ne respectent pas encore ces obligations. Par exemple, trois grandes entreprises belges sur dix ne publient pas d’indicateurs de leurs émissions de gaz carbonique. Et moins de deux tiers des entreprises concernées dévoilent un bilan vraiment représentatif de leurs émissions de CO2. La bonne nouvelle est que ces chiffres sont meilleurs que ceux de l’an dernier. Il y a donc du progrès : les entreprises prennent de plus en plus conscience de l’importance de réduire leurs émissions polluantes et d’être transparentes à ce sujet. Elles ont tout intérêt à s’y atteler car, comme nous le verrons demain, les règles en la matière devraient devenir plus contraignantes dans les années à venir.