Nous sommes en 1443 au cœur d’un quinzième siècle brillant sur le plan artistique mais ravagé par la guerre. Celle dite de Cent Ans oppose, depuis 1337, la dynastie des Plantagenêt à celle des Valois, le royaume d’Angleterre au royaume de France. C’est toute l’Europe du Nord et de l’Ouest qui s’embrase. Les nobles se massacrent, on assiste aux raids de ceux que l’on appelle les Ecorcheurs , les campagnes sont mises à feu et à sang, les haines civiles sont redoutables. Une peur profonde s’est installée. La peur du châtiment, celle de la damnation éternelle qui va inciter les chrétiens à pratiquer la charité, l’assistance hospitalière prêchée par l’Eglise. C’est donc ainsi que cette année-là, en 1443, commence la construction d’un hôtel-Dieu, à Beaune. Nous sommes aux origines des Hospices de Beaune. Avec nous : Raphaël Debruyn,, conservateur à l’Hôpital Notre-Dame à la rose de Lessines. Exposition : « Les Hospices de Beaune s’invitent à l’Hôpital Notre-Dame à la Rose ».