Cette semaine le Festival international de jazz de Montréal a finalement décidé d’annuler toutes les représentations de SLAV du metteur en scène Robert Lepage. Dès l’avant-première de ce spectacle, présenté à Montréal le 26 juin 2018, des manifestants avaient dénoncé ce qu’ils considéraient alors comme de l’appropriation culturelle d’un héritage noir de la part de créateurs blancs. S’en est suivie une importante controverse autour de l’utilisation de chants d’esclaves afro-américains interprétés par Betty Bonifassi. S’agit-il d’une atteinte à la liberté d’expression? D’une forme de censure? Cette annulation constitue-t-elle, au contraire, la prise en compte justifiée d’une sensibilité liée à certains enjeux particuliers? Arnaud Decroix en discute avec l’universitaire Ibrahima Diallo et l’artiste France Trépanier.