A la Une de "l’Heure du Crime" aujourd’hui, une histoire tragique qui ressemble à un roman de Georges Simenon, comme l'avait écrit la chroniqueuse judiciaire Pascale Robert-Diard dans les colonnes du Monde, sous le titre "Le Lord que Simenon aurait aimé", en référence au roman Liberty Bar du célèbre écrivain belge.

Mais cette histoire tragique est bien réelle. Tout avait commencé, il y a dix ans, par une disparition mystérieuse à Cannes. Le 4 novembre 2004, Sir Ashley Cooper, dixième comte de Shaftesbury, riche jet-setter de 66 ans qui partage son temps entre la Grande-Bretagne et la Côte d'Azur, s’installe dans une chambre de l’hôtel Noga Hilton de Cannes, vide le minibar et décide d’aller passer la soirée en ville.

Personne ne le reverra vivant à partir de cette date. L’affaire bascule dans le drame lorsque le corps du Lord est découvert un an plus tard, dans une décharge sauvage près de Théoule-sur-Mer. Très vite, sa jeune épouse, Jamila M’Barek, est soupçonnée par les enquêteurs…