Dans "L'heure du crime", la vie tragique et méconnue de Pauline Dubuisson, condamnée à perpétuité en 1953, pour un crime passionnel. Le samedi 17 mars 1951, Pauline Dubuisson, étudiante à la faculté de médecine de Lille, se rend à Paris, chez son ex-fiancé, Félix Bailly. Il avait décidé de rompre.

Elle dira qu'elle voulait se suicider sous ses yeux. A peine entrée dans l'appartement du jeune homme, elle tire sur lui trois coups de revolver. Il meurt sur le coup. Puis elle retourne l'arme contre elle. Mais le revolver s'enraye. Alors elle va dans la cuisine et arrache le tuyau de gaz. Mais les policiers, arrivent rapidement sur place et lui sauvent la vie.

Son avocat, M° René Floriot dira : "Le crime passionnel est le seul crime qui se pardonne". Pourtant, cette jeune femme de 26 ans fût condamnée, après un procès qui ne lui laissait aucune chance d'obtenir des circonstances atténuantes.

Invité : Philippe Jaenada, écrivain, auteur du livre La petite femelle (Editions Julliard).