Ecoutez la chronique de Vincent Turban du 22 juin

RufusThomasTheFunkieConnu comme étant  » le plus vieil adolescent du monde « , Rufus Thomas ce natif de Cayce, Mississippi né le 26 Mars 1917 peut se targuer d’être l’artiste le plus âgé du label Stax en cette fin des années 60.Avec une carrière entamée en 1936, il fut à tour de rôle danseur, maître de cérémonie, animateur radio, comique, organisateur de tremplins à la fin des années 40 et bien sur chanteur.

Il est important de souligner que Rufus Thomas fut avec Arlester  » Dyke  » Blazer l’un des premiers à utiliser le terme funky, alors que l’idiome funk en était encore à ses balbutiements…

1969, le vétéran est temporairement mis sur la touche à cause de la nouvelle politique du nouveau directeur artistique de Stax,Al Bell qui consiste à publier un chiffre surréaliste de 28 albums en l’espace d’un mois. Un album entier est mis au rebut et Thomas entame une collaboration avec le producteur Tom Nixon.

Bonne pioche pour le fringant quinquagénaire, grâce au single  » Do The Funky Chicken  » inspirée d’une dance alors très en vogue à Chicago. Ce titre, véritable tube se hissant à la 5ème place des charts R&B est une véritable renaissance pour Rufus. Servi par la section rythmique maison, les indispensable Bar-Kays,  » Do the Funky Chicken  » est une démonstration de groove made in Memphis qui donnera lieu à un album du même nom 1 an plus tard.

1970, le chanteur continue d’égrener les différents styles de danse en vogue dans la communauté afro-américaine avec  » (Do The) Push & Pull  » qui devient son premier numéro un en Octobre 1970, toujours backé par les géniaux Bar-Kays et les Memphis Horns. Avec  » The Breakdown  » et  » Do The Funky Penguin  » tous deux sortis en 1971, Rufus rate de peu les sommets des charts mais montre une véritable énergie funky combinée à sa bonne humeur.

Le 20 Août 1972 et devant environ 100 000 personnes,Rufus Thomas participe au légendaire festival Wattstax. Une prestation qui restera dans l’histoire, autant pour sa tenue de scène improbable (un ensemble cape/bermuda rose assorti de guêtres blanches) que pour la démonstration martiale de Stax Funk pur jus délivrée par le groupe Project Soul (futurs Con-Funk-Shun) qui n’a vraiment pas à rougir par rapport à des productions James Brown de la même époque.

Petit à petit, le succès s’étiole doucement malgré des perles telles  » Boogie Ain’t Nuttin’ (But Gettin’ Down)  » ou  » Do The Double Bump  » son dernier 45 tours paru en Février 1975.En proie à des difficultés financières et une mauvaise gestion,Stax Records se bat pour sa survie mais perd son combat en déposant le bilan au mois de Décembre. Du coup, Rufus Thomas enregistrera quelques disques pour différents labels, continuera d’animer son show radio sur WDIA et sera intronisé au Blues Of Fame avant de mourir le 15 Décembre 2001 à l’âge de 84 ans.

The post Rufus Thomas, the funkiest man alive (1969-1975) first appeared on Liberté sur paroles.