Téléchargez la chronique de Vincent Turban du 20 octobre

Ecoutez la chronique de Vincent Turban du 20 octobre

SIR-JOEArtiste originaire de Chocolate City alias Washigton D.C, ayant obtenu le statut de légende vivante dans le cercle des amateurs de rare funk grâce à son unique album paru chez GSF Records en 1973, Joe Quarterman quitte volontairement le music business afin de se consacrer à sa famille et à sa carrière d’architecte, pour revenir plus de 35 ans plus tard lors d’un come back très remarqué, avec à la clé une série de concerts dans notre hexagone, preuve que le funk se porte toujours à merveille.

Commençant son éducation musicale à l’église comme choriste pour divers formations vocales, il hérite du surnom de « Sir » au lycée au sein du groupe The Knights, puis accompagne un quartet féminin sous le nom de Sir Joe & The Maidens avec qui il enregistre quelques disques, passés inaperçus. Nous sommes alors au début des années 60.

Excellant également à la trompette en plus du chant, il intègre The Magnificient Seven, qui devient le groupe de tournée de Garnett Mimms. 1970, on le retrouve dans une formation jazz, le Orlando Smith Quintet qu’il quitte progressivement pour se concentrer sur son propre groupe Free Soul. Comprenant George « Jackie » Lee (guitare lead), Willie Parker (seconde guitare), Gregory Hammonds (basse), Charles Steptoe (batterie), Karissa Freeman (claviers) et Leon Rogers (cuivres).

Côtoyant des gloires locales comme Chuck Brown & The Soul Searchers, Sir Joe Quarterman & Free Soul se font progressivement un nom au sein de la scène funk de Washington D.C et enregistrent en 1972 pour le label Mantis le 45T «( I’ve Got )So Much Troubles In My Mind », un morceau distribué par la suite à échelle nationale par le label new-yorkais GSF. Carton plein sur toute la ligne avec une 30ème place au chart R&B l’année suivante, ce titre deviendra un classique du funk par la suite et utilisé dans de nombreux films et dans le best-seller du jeu vidéo, Grand Thief Auto : San Andreas.

Suite à la réalisation du LP éponyme en 1973, la maison de disques décide de réorienter la carrière artistique de Joe, il en résultera des frictions entre l’artiste et son label, puis le départ de sa section rythmique. Malgré la sortie de 3 autres singles (This Girl of Mine, I’m Gonna Get You et Thanks Dad) au succès bien moindre, Sir Joe change de label, survit sur le succès de « So Much Trouble » et partage la scène avec des monuments tels James Brown, Ray Charles, Stevie Wonder ou Wilson Pickett entres autres.

1974, la chute s’amorce doucement avec le manque de succès, les problèmes financiers et les demandes de concerts en berne. En 1976, il produit des talents locaux et se produit de temps à autres, mais un incendie domestique survient, et Joe décide de rester proche de sa famille.1977, Sir Joe reprend ses études et finit par décrocher 2 diplômes en architecture en 1983.

2009, Dj Pari, un allemand fondateur de l’organisation Soulpower qui s’occupe de soul sisters comme Gwen McRae ou Marva Whitney, lui obtient plusieurs dates de concerts en Italie, en Angleterre et en Allemagne. Il effectuera un crochet par la France, ce qui permettra à toute une génération d’amateurs de bon groove de découvrir ou de redécouvrir Sir Joe Quarterman, l’architecte de la funky vibe.