Mali, République Centrafricaine, Congo, Liban... près de la moitié des opérations de maintien de la paix de l'Onu (OMP) se déroulent en zone francophone. D'où l'idée pour les Nations unies d'obtenir d'avantage encore de bataillons pouvant se faire comprendre en français. La semaine dernière s'est déroulé près de Paris un stage de formation dans les locaux de l'Emsome (Ecole de Spécialisation de l'Outre-mer et de l'étranger) destinés aux futurs cadres des unités déployées en opérations de maintien de la paix. Ce stage a réuni 35 officiers venus de 21 pays d'Afrique francophone et 2 pays asiatiques, le Vietnam et le Cambodge. Un stage organisé sous l'égide de l'Onu, avec l'appui de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et de la Direction de la Coopération de Sécurité et de défense (DCSD), rattachée au ministère français des Affaires étrangères. Ces opérations coûtent chaque année 7,8 milliards de dollars, un budget jusqu'alors financé à hauteur de 28% par les Etats-unis.