Un témoignage « atypique » d’une victime de l’attentat du 13 novembre 2015, au Bataclan. Erwan Larher refuse la « victimisation », la « larmoyance » comme il dit…L’émotion pour l’émotion…