"Les droits de l'homme ne sont plus la priorité dans la relation, et on s'aperçoit qu'il faut absolument revenir à une 'real politik', qui est la politique d'Emmanuel macron", explique la membre de la Fondation pour la recherche stratégique.