Dubliners, souvent traduit par Les Gens de Dublin, est un recueil de nouvelles publié en 1914. Il s’agit du premier livre révélé au public par James Joyce. Ces courts récits mettent en scène des personnages humbles, dans des situations quotidiennes, ballotés entre espoir et déception, paralysie et désir d’évasion, innocence et faute. Une amertume, une douleur, une atmosphère trouble baignent ces récits parfois énigmatiques. Dublin, que Joyce aimait tant, et qu’il continuera inlassablement à peindre dans Ulysses, semble prendre corps au cours de la lecture : rues, échoppes, pubs, ciels, docks, automobiles, fleuves, chevaux, badauds et travailleurs, s’animent sous sa plume.

  • Les Soeurs (18 minutes) : Un adolescent est troublé par la mort d’un vieux prêtre, qui lui a appris beaucoup de choses, et dont le passé mystérieux remonte à la surface, parmi les paroles de convenance prononcées lors de ce deuil.
  • Une rencontre (18 minutes) : Des enfants, cherchant aventure, font l’école buissonnière et se hasardent dans des quartiers inconnus. Ils vont rencontrer un homme qui leur tiendra de bien étranges discours…
  • L’Arabie (14 minutes ) : Un jeune garçon, amoureux de la grande sœur d’un de ses voisins, se promet monts et merveilles en visitant une foire itinérante nommée « L’Arabie ». Mais la réalité n’est pas à la hauteur de ses rêves…
  • Eveline (11 minutes) : Une jeune fille, coincée entre un père maltraitant, un travail domestique harassant et un emploi de vendeuse dans un grand magasin, rêve de partir en Amérique du Sud avec son galant… Osera-t-elle monter à bord du paquebot qui l’emmènera à Buenos Aires ?