« Ayesha se redressa sans proférer un mot, et regarda fixement sa victime. Au même instant, celle-ci porta les mains à sa tête, jeta un cri perçant, tourna deux fois sur elle-même, puis s’affaissa sur le plancher avec un bruit sourd. Nous nous précipitâmes vers elle : elle était raide morte, frappée à mort par un fluide électrique ou par quelque force mystérieuse dont Ayesha disposait. »

Elle-qui-doit-être-obéie (She, a history of adventure), c’est Ayesha, belle, terrible, éternelle, mystérieuse et toute-puissante, vieille de deux mille ans, et régnant sur un empire au fin fonds de l’Afrique. Elle est, au sens propre, l’éternel féminin de Henry Rider Haggard, qui lui donna naissance en 1887.

Le fascinant personnage d’Ayesha fut l’objet d’une suite en 1905, Ayesha ou le retour d’Elle, et de deux autres romans dans les années 1920. Avec Découverte des mines du Roi Salomon, il s’agit des romans les plus connus de H. Rider Haggard.

Les jeunes générations pourront constater que Daenerys Targaryen, le personnage du Trône de Fer, n’est pas la première Imbrûlée de l’histoire de la littérature.

La présente traduction de Georges Labouchère est parue dans le journal l’Excelsior en 1920.