Qu'est-ce qu'une personne racisée ? Merci d'avoir posé la question !


Le mot “racisé” a fait son entrée dans le dictionnaire Robert en 2019 : comme “personne touchée par le racisme, la discrimination” mais le mot est employé depuis longtemps par le milieu militant antiraciste, et plus encore par les sociologues. La première sociologue a l’avoir employée est Colette Guillaumin en 1972 dans son livre «L'idéologie raciste». Alexandra Pierre, membre de la Ligue des droits et libertés, définit le mot "racisé" comme une personne qui appartient, de manière réelle ou supposée, à un des groupes ayant subi un processus de racisation, soit un processus politique, social et mental d'altérisation. Dans son acception large, une personne racisée semble désigner une personne “non blanche”. Quand on parle de "racialisation", autrement dit d’assignation de certaines personnes dans des catégories, à travers des discriminations et des violences, la race ne renvoie pas simplement à une couleur de peau, mais plus largement à la manière dont les individus sont traités inégalement, en raison de leur couleur mais aussi de leur patronyme, de leur origine ou encore de leur religion supposée. "Être racisé" signifie donc être assigné à un groupe cible du racisme distinct du groupe majoritaire. 


Mais du coup, peux-on dire que la "race" existe ?


Ceux qui utilisent le mot “racisé” n’ont pas oublié qu’il n’y a, biologiquement, qu’une race humaine. Cette "race" n’est pas la “race” de ceux qui ont longtemps fouillé les crânes des indigènes dans l’espoir de hiérarchiser rationnellement les cerveaux humains. D’après le sociologue Rachad Antonius, le mot racisé « est devenu nécessaire, à un moment donné, pour désigner un racisme sans race ». Aujourd’hui, les intellectuels et les chercheurs qui mobilisent le mot “race” ne pensent pas l’espèce humaine au pluriel. Ils pensent plutôt le racisme. Leur “race” est d’abord un concept pour chercher, pour regarder et pour dire. Le mot est remis en circulation pour nommer des situations de racismes, et des positions d’infériorité où les “racisés”, sont relégués y compris de manière inconsciente. Leurs travaux cherchent à éclairer un rapport de pouvoir pour penser le groupe majoritaire en tant que groupe majoritaire.


Mais appartenir à la majorité ou la minorité c’est question de point de vue ? Pourquoi parle-t-on tant de ça aujourd'hui ? Pourquoi ce terme fait-il débat ? Ecoutez la suite dans cet épisode de "Maintenant vous savez".


A écouter aussi :

Qu'est-ce que le Blackface ?

Qu'est-ce que le Female Gaze ?

Qu'est-ce que le privilège blanc ?


Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter.

 


See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.