Mission encre noire Tome 31 Chapitre 359. Josée Yvon: Danseuses-mamelouk paru en 2020 aux éditions Les Herbes rougesTravesties-kamikaze paru en 2019 aux éditions Les Herbes rougesMaîtresses-cherokees paru en 2021 aux éditions Les Herbes rouges. L'oeuvre de Josée Yvon paraît aux herbes rouges en 1976, avec son premier livre, Filles-commandos bandées, suivi de peu par Travesties-kamikaze. Depuis le réédition des trois premiers volumes de son oeuvre, le nom d'Yvon revient plus souvent comme une référence incontournable pour toute une nouvelle génération d'écrivaines au Québec. je vous propose de partir à la rencontre de Josée Yvon, dont les mots sont restés longtemps introuvables en librairie et en bibliothèque. Denis Vanier, son compagnon durant dix huit ans dit d’elle en postface de Danseuses-Mamelouk : «une des voix les plus lucide d’Amérique comme un film de monstres, de bowling et parfum/c’est une fille d’en dedans/de folie sauvage; une écriture dangereuse/comme un gun dans le corps bandé du silence.» Pour nous parler de la «fée des étoiles », à travers la réédition de ces trois recueils, je reçois la directrice des éditions Les Herbes rouges Roxanne Desjardins, à Mission encre noire.

Extrait : «mais nous nous sommes le désir/nos vieilles femmes défient le rhéostat des veines/font bander toutes les cicatrices/et se parlent à l'orifice des corps./notre folie n'annule pas l'efficacité du scandale/les buveurs dartre à la frontière des os/pissent la danseuse/off de leur tête/encerclées aux morsures de la Menterie/il faut s'habituer à partir tous les jours./les petites filles bandées dangereuses/sèment la mort sur l'autoroute

Tisser de Jean-Luc Raharimanana paru en 2021 aux éditions Mémoire d'encrier. Au commencement il y eu Ralanitra le ciel, le principe mâle, qui créa les étoiles et la terre: Ratany, le principe femelle. Une terre sans vie informe. Ainsi débute le mythe malgache qui modèle la naissance de notre monde. Une mythologie millénaire qui se présente ici à nous, dans un formidable texte entre fable et philosophie qui se décline par delà les époques, à travers la voix d’un ancêtre, un enfant mort-né, qui va nous raconter la genèse de l'humanité comme vous ne l’avez certainement jamais lu. Traversée et brisée par l’esclavage, la colonisation et la mondialisation, cette parole empreinte aux mythes fondateurs anciens une trame qui sert de boussole à cette voix. Cet esprit qui s’adresse à nous est le fil qui tisse le récit de ce livre étonnant. Issue du continent africain et de multiples autres influences, on le trouve dans toutes les langues, dans les proverbes, les contes, les littératures, le jazz, la peinture. Contre toute attente, les mythes anciens pourraient nous communiquer un moyen de déconstruire nos absurdités collectives pour reconstruire le monde autrement. Je vous propose de partir à la rencontre d’un imaginaire renversant qui se donne à lire comme fibres à tisser d'une autre humanité possible. Je reçois Jean-Luc Raharimanana, ce soir à Mission encre noire.

Extrait : « Depuis trop longtemps, la pensée africaine est phagocytée, avalée, presque digérée. Mais cette pensée n'est pas morte. Elle est dans les langues, dans les proverbes, contes,mythes, littératures, musiques, peintures, dans les arts, dans l'artisanat, dans les rites d'initiation, dans les philosophies et autres visions du monde qui irriguent les cérémonies, les folklores, les liens familiaux, sociaux, etc. Les siècles de domination successive empêchent un libre récit des relations avec le monde, mais ces temps n'ont pas à vrai dire pu effacer ce récit de la société des Vivants. L'Afrique est là, l'Afrique est en nous, elle est aussi en les autres, dans le jazz et dans la musique moderne, dans la peinture, dans l'alimentation, dans l'imaginaire, dans le sang même de l'humanité. Elle a à célébrer cette résilience, à comprendre comment ses enfants, pour survivre, ont dû investir l'Autre et s'y déposer intacts. car si l'oppresseur porte atteinte à la victime, il n'en sort pas indemne non plus, la teinture ne choisit pas forcément qui colorer quand divers tissus se mêlent et s'emmêlent.»