Mission encre noire Tome 19 Chapitre 254 Amqui d'Éric Forbes paru en 2017 aux éditions Héliotrope Noir. Quelque chose ne tourne pas rond, comment un libraire peut-il devenir un tueur sanguinaire ? Étienne Chénier, mi trentaine, adepte des arts martiaux vient de sortir de la prison Bordeaux dans le quartier Ahuntsic à Montréal. Il devance la date officielle d'une bien curieuse manière. Mais ça, on ne peut pas en parler, de son désir de vengeance non plus d'ailleurs. En tout cas, pas tout de suite. L'enquêteur du SPVM ne l'entend pas de cette oreille, lui. Il se lance à la poursuite de cet ex-libraire fan de romans policiers, une traque qui le conduit jusque dans le Bas Saint-Laurent. Ce roman impitoyable va vous faire gicler hors de votre hamac, car les hommes ici n'ont rien à perdre. Et si la vengeance a un arrière goût de beignet graisseux, c'est que nous sommes sur la même longueur d'onde d'un auteur qui n'a pas froid aux yeux, Éric Forbes est notre invité à Mission encre noire.

Extrait:«Il entra à la librairie du Square, la première librairie qu'il avait fréquentée lors de son arrivée à Montréal, plusieurs années auparavant, et s'imprégna de l'odeur si caractéristique de l'endroit. Étonnée, la propriétaire qui le reconnut immédiatement, lui demanda où il avait disparu. À l'étranger, mentit-il, un peu mal à l'aise, sans trop s'étendre sur le sujet. Il feuilleta quelques polars, puis saisit un Ian Rankin, l'ouvrit et enfouit son visage entre ses pages, se grisant de l'arôme: un mélange enivrant de colle, de papier et d'encre. En prison, les livres puaient, et comme polars on ne trouvait que les SAS, des Agatha Christie, ainsi qu'un ramassis de best-sellers insignifiants. Rien pour suciter son intérêt. Il acheta le dernier Mankell, salua la propriétaire et sortit.»

Rien ne se perd de Cloé Mehdi paru en 2016 aux éditions Jigal Polar. À quoi ressemble le monde pour Mattia, vu du haut de ses onze ans? Abandonné par sa mère à son tuteur Zé, son père s'est suicidé en hôpital psychiatrique, sa soeur et son frère ne lui donnent que de rares signes de vie. Cette petite ville française semblable à tant d'autres porte en elle une malédiction, le meurtre de Saïd Zahidi, quinze ans, lors d'un contrôle d'identité qui dégénère. Le quartier tentera bien de se faire justice lui-même, en vain, c'est l'abîme du silence et la justice aveugle qui étouffera l'affaire...des tags à la peinture rouge aparaissent soudain réclamant justice! Ce roman est une mine d'or récompensé par plusieurs prix. Cloé Mehdi trace des mots noirs sur toute cette frustration qui marche les mains enfoncées dans les poches. Magnifique perle noire.

Extrait:«J'ai l'impression qu'une heure s'est écoulé quand elle se remet à parler. Elle a écrasé son mégot contre la gouttière depuis longtemps mais elle n'a pas refermé la fenêtre. Le froid a envahi la chambre. J'ai la chair de poule. Pas elle. Gina est invincible. C'est ce qu'elle m'a dit une fois, adolescente. Invincible Mattia. Elle le disait avec une telle conviction que j'y croyais. Toi aussi, invincible. Un mur de briques. Les mêmes défenses. Sauf qu'elle pouvait partir, et moi pas. Pas comme nos parents, In-vin-cibles, répète-le. Ensuite elle s'est enfuie et j'ai commencé à la détester. Je ne l'aime que quand elle revient, pas souvent donc.»

La maison Wolfe de James Carlos Blake paru en 2017 aux éditions Rivages. Le second tome de la saga familiale des Wolfe nous invite en terre mexicaine. Au cours d'un mariage dans la haute société de Mexico, une dizaine d'invités de riches familles vont être enlevés. Le business si lucratif des enlèvements est une manière rapide d'améliorer son fond de trésorerie et d'afficher, pourquoi pas, un profil séduisant pour les recruteurs des cartels. Ça, c'est dans le meilleur des mondes possibles, en réalité, parmi les otages figure Jessie Wolfe, amie proche de la mariée. Et chez les Wolfe la famille c'est sacré. La meute débarque à Mexico. James Carlos Blake sait manier l'art de décrire les courses poursuites dans la capitale fédérale comme personne et surtout, il vous donne l'occasion de découvrir un parcours de visite de Mexico ignoré des cartes touristiques.

Extrait:«Toute l'affaire s'est déroulée rapidement et sans un mot, sauf les ordres des braqueurs. Jessie entend des murmures mais ne comprend pas ce qui se dit. Les portières se ferment. Les voitures démarrent et allument leurs phares. Comme la première, elles contournent prudemment le gros 4X4 Suburban et disparaissent l'une derrière l'autre. Jessie se demande ce que foutent les vrais flics, les vigiles des entrepôts, enfin quelqu'un, quoi. Qu'est-ce qu'ils glandent tous, ces abrutis? Et puis elle se dit soudain: Seigneur, que tu es bête, ma fille. Précisément: il n'y a ni police ni patrouille. Pas ici, pas ce soir. Ces gars s'en sont occupés. Peut-être même qu'ils ont un accord en bonne et due forme pour cette zone.»