durée : 01:58:49 - Musique Emoi - par : Elsa Boublil - ## Programmation musicale

♫ Charles Trenet

Y’a d’la joie

♫ Ludwig van Beethoven

Symphonie n°6 op 68 (allegro)

Orchestre Philharmonique de Vienne

Direction : Karl Böhm

♫ Maurice Ravel

Concerto en sol majeur (Adagio assai)

Orchestre symphonique de la NHK de Tokyo

Arturo Benedetti-Michelangeli, piano

Direction : Alexander Rumpf

♫ Léo Ferré

A Saint Germain des Prés

♫ Henry Purcell

Music for the Queen Mary : Come ye sons of art (ouverture)

Orchestre Monteverdi

Ensemble de cuivres Equale

Direction : John Eliot Gardiner

♫ Franz Schubert

Mélodie hongroise en si mineur

Shani Diluka, piano

♫ Duke Ellington and his orchestra

The Mooche

♫ Wolfgang Amadeux Mozart

Vorrei spiegarvi oh Dio K.418

Sabine Devielhe, soprano

Ensemble Pygmalion

Direction : Raphaël Pichon

♫ Jaako Mantyjarvi

Shakespeare songs : come away death

Chicago A Capella

♫ Serge Rachmaninov

Concerto n°3 (allegro)

Denis Mastuev, piano

Orchestre dirigé par Emmanuel Krivine

(Concert Radio France)

♫ Antonio Vivaldi

Les quatre saisons (Automne)

Il Giardino Armonico

Direction : Giovanni Antonini

♫ Jean Sébastien Bach

Variations Goldberg (variation n°2)

Gregory Sokolov, piano

♫ Johnny Halliday

Quelque chose de Tennessee

L'actualité de notre invité

{% image 85883e8d-d920-4a66-b8a0-ad9fc87bf8a6 %}

« Depuis le 11 septembre 2001, c’est par milliers que les démocraties modernes comptent leurs citoyens assassinés, victimes d’une guerre identitaire. Nous n’en sortirons victorieux qu’à la condition de transmettre la connaissance et l’amour de notre démocratie. Mais comment faire si l’histoire de celle-ci n’est pas enseignée ? Et pire encore, si cette histoire, qui est la nôtre, fait l’objet d’un rejet, d’une scandaleuse dissimulation ?

Pendant des siècles, l’Europe de l’Ouest était les confins du monde connu où les exclus, les commerçants, les aventuriers, les convertis de toutes sortes sont venus s’amalgamer pour inventer une civilisation où tous seraient des citoyens de plein droit.

Notre précieuse identité, c’est d’abord celle d’un peuple de bâtards, seul capable de penser le droit et la liberté universels. Il y a en chacun de nous un Grec, qui, depuis deux mille cinq cents ans, arpente l’agora en améliorant sa définition du juste et de l’injuste, un Juif qui ne cesse d’interroger la langue pour lui faire dire un droit universel, et tout un peuple de bâtards qui met son génie à leur prêter main-forte.

Voilà notre véritable identité, celle que nous devons chérir (avant toutes les autres). Cette identité, elle est ce que nous sommes de plus élevé. Elle est la seule qui vaille qu’on la revendique haut et fort, que notre fierté la féconde, qu’on la défende quand elle est attaquée, et qu’on l’aime passionnément.

Pour l’heure, elle est une Belle au Bois Dormant. Cachez cette identité que je ne saurais voir se penche sur elle pour lui dire que l’heure du réveil est venue. » - réalisé par : Sophie Pichon