Par Brandon Smith − Le 1 avril 2021 − Source Alt-Market

Nous avons tous entendu cet éternel mantra de mise en garde : « Tous les gouvernements mentent ». Il ne s’agit pas d’une théorie, mais d’un fait que l’histoire a prouvé à maintes reprises. Je ne ferais que développer cette règle et dire ceci : Tous les gouvernements, toutes les entreprises, tous les médias d’entreprise, tous les groupes de réflexion et tous les groupes d’activistes financés par des entreprises mentent. Il y a une raison pour laquelle la confiance du public est à son plus bas niveau pour la majorité de ces organisations, et ce n’est pas parce qu’elles sont gérées par des personnes bonnes et honnêtes.

 

Si vous partez du principe que ces groupes vous mentent la plupart du temps, vous vous trouverez du bon côté de l’histoire. Cela dit, il y a des questions que nous devons nous poser si nous espérons un jour changer le monde pour le mieux et écarter ces menteurs du pouvoir : Pourquoi mentent-ils ? Pourquoi est-ce devenu une règle de vie ? Et comment parviennent-ils à mentir et à s’en tirer si souvent ?

Eh bien, ce n’est pas parce que le pouvoir corrompt. Ce cliché est peut-être vrai jusqu’à un certain point, mais je pense que c’est un moyen pour les gens d’ignorer un problème plus important parce qu’ils ont peur d’aborder la vérité crue. La réalité est que le pouvoir ne corrompt pas nécessairement ; c’est que les corrompus recherchent le pouvoir.

Les gouvernements et les autres institutions traditionnelles mentent toujours parce que des menteurs psychopathes les infiltrent et les envahissent. Nous avons très peu de contrôles en place pour empêcher cela, et le grand public comprend très peu les psychopathes. Pour comprendre les institutions destructrices, il faut comprendre les traits de caractère et les méthodes des psychopathes qui les contrôlent.

Les psychopathes ne sont pas des gens très compliqués ni très intelligents, mais ils réussissent souvent parce qu’ils sont implacables dans leur quête. Les signes courants de la psychopathie comprennent un manque total d’empathie, un désir obsessionnel de domination, l’utilisation de la violence physique ou psychologique pour contrôler les autres, un besoin narcissique de se sentir supérieur à tout le monde et une habitude de jouer la victime tout en victimisant les autres.

Une hypothèse courante concernant les psychopathes est qu’ils sont incapables de travailler en groupe ou de s’organiser pour un gain mutuel. C’est tout simplement absurde. En réalité, de nombreuses études ont montré que les psychopathes sont capables de trouver leurs semblables dans une foule et même de travailler ensemble comme une meute de prédateurs. Le crime organisé, les cartels, les trafiquants de sexe, les groupes d’escrocs en ligne et les cultes religieux en sont des exemples modernes.

Presque tous les psychopathes sont des lâches par nature ; ils s’en prendront rarement à quelqu’un de leur taille, sauf s’ils sont nombreux. Le pire scénario est celui d’une psychopathie organisée pleinement réalisée ; l’avènement d’une culture totalitaire dans laquelle le comportement psychopathique est récompensé et défendu par ceux qui détiennent l’autorité ou l’influence, tandis que l’honnêteté, la moralité et la liberté sont punies.

Au fil des générations, les psychopathes ont utilisé différents groupes et idéologies pour prendre le contrôle du public, mais aujourd’hui les psychopathes organisés ont choisi le culte du socialisme, de la justice sociale, du faux environnementalisme et de l’idéologie de gauche comme véhicules. Essentiellement, nous avons affaire à une version modernisée du communisme. Et si nous examinons les habitudes des « mouvements » gauchistes et mondialistes actuels, nous verrons beaucoup de similitudes avec le communisme historique, sans parler de nombreux comportements psychopathiques.

L’utilisation du « Gaslighting«  comme arme est un pilier classique des psychopathes et par extension des régimes communistes, et il est visible PARTOUT dans la politique et les médias en ce moment. Il est peut-être ironique que je publie cet article le jour du poisson d’avril, car le gaslighting est une sorte de ruse, une escroquerie. Et, pour contrôler les gens, il est utile de les humilier et de les faire douter de leur propre conception de la réalité.

La définition de base du gaslighting est la manipulation d’une personne par des moyens psychologiques pour l’amener à douter de sa propre santé mentale. En d’autres termes, faire croire à une personne saine d’esprit qu’elle pourrait être folle. Cependant, ce n’est pas une explication adéquate du gaslighting. Il ne s’agit pas seulement de questions de santé mentale, mais aussi de questions de principe et de moralité.

L’Union soviétique communiste était réputée pour éclairer le public avec une propagande qui suggérait que toute personne défiant la volonté de l’État et réclamant la liberté était « malade mentale ». La Tchéka, la police secrète, et le KGB disposaient d’hôpitaux spéciaux réservés aux dissidents politiques, appelés « Psikhushkas« . Les personnes de quelque importance qui critiquaient le statu quo étaient immédiatement portées disparues et envoyées dans ces établissements après avoir été accusées d’instabilité mentale.

Dans la Chine maoïste, en particulier pendant la Révolution culturelle, Mao a ciblé les jeunes Chinois impressionnables et crédules, leur faisant subir un lavage de cerveau pour leur faire croire qu’un « impérialisme institutionnel » se cachait dans chaque facette de la société chinoise. La stabilité du communisme en Chine était remise en question à l’époque, et Mao savait qu’une rébellion était possible. Ainsi, au lieu de sévir immédiatement avec l’armée, il a encouragé les universitaires et les jeunes chinois à se « rebeller » et à « abattre les crypto-impérialistes ». Il a redirigé le mécontentement social et l’a dirigé vers un fantôme inexistant afin qu’une rébellion ne se lève jamais contre lui et le politburo.

Les militants chinois, jeunes et stupides, pensaient qu’ils se rebellaient alors qu’ils servaient en réalité les intérêts des élites gouvernementales.

Le Gaslighting en Chine était omniprésent. Toute personne qui croyait le moins du monde à la liberté, aux marchés libres, aux affaires, à la propriété privée ou toute personne qui avait des objections aux crimes des communistes était forcée de subir un procès, un tribunal populaire appelé « session de lutte ».

Au cours d’une session de lutte, un dissident était parfois appréhendé, ou parfois humilié et contraint de se tenir devant une grande foule de vrais croyants dans la foi communiste. La foule l’accablait d’accusations de criminalité et d’immoralité, tentant de le convaincre de la véracité de ses actes. Si le dissident s’inclinait et se soumettait au collectif, implorant le pardon, il pouvait être autorisé à vivre, mais il devait CROIRE qu’il avait péché. Ils devaient adopter pleinement l’idéologie communiste et implorer l’absolution.

De nombreuses victimes qui ont subi de telles séances de lutte ont continué à croire qu’elles étaient des criminels pour le reste de leur vie. Elles croyaient qu’elles étaient des personnes terribles, même si elles n’avaient aucune idée de la raison pour laquelle elles avaient été punies en premier lieu.

Le Gaslighting est un puissant outil d’asservissement car il fait croire aux bonnes personnes qui aiment la liberté qu’elles sont des personnes malveillantes qui doivent être maîtrisées. C’est également un moyen pour un système corrompu de maintenir le contrôle de la population générale car il normalise le comportement psychopathique et supprime la conscience morale en convainquant les gens que la moralité est « relative » ou une « question de perspective », et que certains comportements abusifs et destructeurs sont « nécessaires » pour parvenir à un monde meilleur. Si vous pouvez déstabiliser une population pour qu’elle remette en question sa propre moralité, ou si vous pouvez la convaincre de remettre en question sa propre santé mentale, alors vous pouvez l’empêcher de se rebeller contre vous.

Ce sont les méthodes éprouvées des psychopathes. Si vous vous demandez pourquoi les conjoints ou les membres d’une famille maltraités restent avec leurs agresseurs, voire les défendent, c’est parce que les psychopathes utilisent le Gaslighting pour désarmer leurs victimes. Si vous êtes fou ou inconsciemment traître, alors peut-être n’êtes-vous pas du tout maltraité. Peut-être êtes-vous sauvé de vous-même, et peut-être la société est-elle protégée de vous ?

Et si vous vous déchaînez et vous défendez contre l’agresseur, alors vous êtes vraiment un être humain horrible. Vous venez d’attaquer votre « protecteur ». Vous êtes maintenant un danger pour la société. Vous êtes maintenant un terroriste. La seule façon d’éviter d’être étiqueté terroriste ou fou est d’accepter tranquillement l’abus.

Je vois cette tactique de contrôle partout dans le monde, et elle devient assez répandue ici aux États-Unis. La manifestation contre le bâtiment du Capitole en est un parfait exemple. Des millions d’Américains respectueux de la loi ont été abusés et opprimés par l’establishment à travers des blocages et la censure, tandis que des groupes de gauchistes comme BLM et Antifa sont autorisés à se déchaîner à travers le pays en pillant et brûlant sur leur passage. Les Américains conservateurs ont réagi par une manifestation après l’élection, voyant que de tels abus allaient probablement être aidés dans un avenir proche par le gouvernement fédéral dirigé par Joe Biden. Ils ont fait un raid sur le bâtiment du capitole, sans armes, pour marquer le coup. Puis, ils sont partis pacifiquement.

Ensuite, les médias nous ont bombardés pendant des mois avec le récit selon lequel la manifestation du capitole était en fait une « insurrection » et un acte de terrorisme intérieur. Ainsi, BLM peut piller et brûler son chemin à travers des douzaines de villes américaines et c’est ce qu’on appelle une manifestation pacifique. Les conservateurs manifestent dans un seul bâtiment et défoncent les portes, et c’est considéré comme un acte de guerre. C’est du gaslighting.

Dans le cadre des mandats de lutte contre la pandémie, une grande partie des États-Unis a été confinée et des centaines de milliers de petites entreprises ont été perdues. La campagne de peur menée par les médias au sujet du coronavirus a été flagrante et ridicule. Des centaines de milliers de personnes meurent chaque année en Amérique de maladies transmissibles. Maintenant, soudainement, nous sommes supposés abandonner tous nos droits constitutionnels à cause de la Covid-19 ?

Quiconque s’est opposé à ces mesures a été traité de « théoricien de la conspiration » et de danger pour les autres. La science est de notre côté, et l’a toujours été. Chaque élément de la pandémie a été exagéré encore et encore. Toutes les statistiques soutiennent notre scepticisme à l’égard de la réponse du gouvernement, comme je l’ai souligné dans mon récent article intitulé « Les vraies raisons pour lesquelles des millions d’Américains vont défier les mandats et les vaccins de la Covid-19« .

Mais, lorsque nous citons ces faits, l’establishment nous dit que nous sommes des « fous » et des « idiots ».

Bien sûr, nous savons maintenant que le taux de mortalité de la Covid-19 selon les études scientifiques est à un maigre 0,26% en dehors des maisons de retraite. Nous savons également que les mesures de confinement ont été totalement inutiles pour contrôler la propagation du virus, car les États ayant les mandats les plus sévères ont fini par avoir les taux d’infection les plus élevés. Et, enfin, nous savons que les masques sont également inutiles pour contrôler la propagation de la maladie, selon les études scientifiques et les observations de bon sens.

Plutôt que d’admettre que les confinements sont inutiles, que les masques ne servent à rien et qu’il est stupide de prendre un vaccin expérimental à ARNm pour un virus qui ne constitue pas une menace pour 99,7 % de la population, les valets de l’establishment continuent de doubler leur propagande en ce qui concerne la Covid-19. Les médias continuent de qualifier de « théoriciens de la conspiration » tous ceux qui mettent en évidence les données scientifiques réelles. C’est du gaslighting.

Et enfin, nous ne pouvons pas vraiment avoir une discussion sur le gaslighting sans mentionner l’agenda de la justice sociale.

L’expression « suprématie blanche » est répétée par les journalistes d’entreprise et les politiciens jusqu’à ce qu’ils en aient le visage bleu. Et plus précisément, les conservateurs sont considérés comme la « plus grande menace terroriste » pour les États-Unis depuis des décennies en raison de nos prétendues tendances à la suprématie blanche. Le dernier « pic » des crimes de haine contre les Asiatiques est la nouvelle excuse pour cette campagne de propagande.

Mettez de côté le fait que des millions de conservateurs sont noirs et bruns, pas blancs. Mettez de côté le fait que la majorité des crimes de haine visant les Asiatiques ces deux dernières années ont en fait été perpétrés par des agresseurs noirs (comme je l’ai noté dans l’article de la semaine dernière), et l’un d’entre eux est même un militant BLM connu. Mettons également de côté le fait qu’environ 50 % de tous les crimes violents aux États-Unis sont causés par des auteurs noirs, selon le FBI. D’une certaine manière, toute cette anarchie est la faute des blancs en général et des conservateurs en particulier.

L’appât racial utilisé par les gauchistes ces dernières années est un excellent exemple d’éclairage par le gaslighting – Dire aux gens qu’ils sont responsables de maux avec lesquels ils n’ont rien à voir et qui n’ont aucun rapport avec eux, puis exiger qu’ils déclarent leur soumission et leur loyauté à une idéologie qui cherche à les asservir comme un moyen de se laver des péchés dont ils n’ont jamais été coupables.

Si le contrôle totalitaire de la population doit être établi aux États-Unis et en Occident, il faut nous faire croire que nos valeurs de liberté, de vérité et de méritocratie sont en quelque sorte intrinsèquement mauvaises. On doit nous faire croire que nous sommes fous de vouloir la liberté. Pour être clair, il n’y a que trois façons d’arrêter le lavage de cerveau et le gaslighting des personnes libres :

  1. Nous nous soumettons et embrassons le faux récit comme s’il était vrai et cédons à l’esclavage psychologique.
  2. Nous nous séparons complètement des totalitaires gauchistes et des psychopathes organisés et suivons notre propre voie.
  3. Nous éliminons les psychopathes du tableau et reconstruisons sans leur influence.

Jusqu’à ce que l’une de ces trois choses se produise, comme tous les psychopathes, les gauchistes et les globalistes continueront à essayer de nous épuiser. C’est ce qu’ils font. Ils ont vu que cela fonctionnait dans le passé et ils sont déterminés dans leurs objectifs.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

L’article Détournement cognitif : Comment les psychopathes gauchistes diabolisent et démoralisent leurs opposants est apparu en premier sur PLANETES360.