Cliquez ici pour découvrir les enjeux politiques, économiques, monétaires et financiers de la grande révolution des technologies de la valeur.

 

Ma chère lectrice, mon cher lecteur,

Code is Law : Le code informatique fait loi

Je pense à la suite de Larry Lessig que Code is Law. Le code c’est la loi. Son article a déjà 20 ans. Et pourtant je ne connais pas 10 personnes spontanément conscientes de l’enjeu dans mon entourage.

Je vous cite un extrait, rappelez-vous bien que cela date de l’An 2000, c’est ma propre traduction :

« Nous devrions interroger l’architecture du cyberespace comme nous interrogeons nos lois.

À défaut de le faire, ou d’apprendre à le faire, notre tradition constitutionnelle deviendra de moins en moins pertinente. L’importance de notre engagement en faveur de valeurs fondamentales établies au travers d’une constitution adoptée en conscience s’effacera progressivement. Nous manquerons la menace de notre époque faite aux libertés et valeurs que nous avons reçues en héritage. La loi du cyberespace sera fonction de la manière dont le cyberespace la code, mais nous aurons perdu notre rôle dans l’établissement de cette loi. »

Il est évident que les inventeurs de la Blockchain ont l’article de Lessig comme fondation, ils marchent ensemble d’ailleurs : Des prototypes de blockchains émergent d’anciens de Netscape dégoûtés par Bill Gates et Microsoft dès la fin des années 1990 autour de la publication de Code is Law.

La Blockchain dans sa conception corrige le détournement d’Internet que voit Lessig et la privation de liberté opérée d’abord par Microsoft puis les GAFAM.

Mais nous savons bien qu’un réseau n’est rien sans ses utilisateurs et la blockchain ne se substitut pas au politique. Aux utilisateurs de s’en saisir, personnellement et collectivement.

Code is Law. Ce principe n’est ni bon ni mauvais c’est une arène de combat. Il attire les libertariens qui voient là un exercice radical de leur liberté et les mondialistes néolibéraux qui voient là un moyen de contrôler la loi en contrôlant le code.

L’effet dramatique est que ces 2 populations antagonistes se retrouvent alliées dans la destruction des Nations souveraines. Et sur ce point, je suis classique, j’estime que la liberté individuelle a besoin de la protection de la souveraineté nationale pour s’exercer.

Mais au fond, les Nations s’effondrent toutes seules sous le poids conjoint d’élites sécessionnistes et de populations conformistes. Sinon, elles se saisiraient elles-mêmes de cet enjeu majeur qui dépasse de loin la Blockchain : Code is law.

Je ne suis pas politique. Je ne sais pas comment faire pour « interroger la structure du cyberespace comme on interroge nos lois ». De toute manière on ne sait déjà plus interroger nos institutions, alors les ressorts cachés du pouvoir…

Code is Law… Qui choisit son code, choisit sa loi. Voilà ce qui m’intéresse dans la blockchain et plus généralement dans mon approche des nouvelles technologies, choisir mon code et si possible le choisir à plusieurs avec ceux que cela intéresse, avec les révoltés du système.

C’est un choix complexe et en perpétuelle évolution. La blockchain, ou plutôt les blockchains permettent cela. À la différence d’Internet, il existe une multitude de blockchains et une infinité de blockchains possibles au-delà de tout détournement, encore faut-il s’en saisir.

Voilà le choix cornélien, l’absurdité de notre époque : en choisissant ma loi j’assassine la Nation qui protège ma liberté, en ne la choisissant pas, je renonce d’emblée à ma liberté.

Si les Nations souveraines finissent de mourir, sans doute aurons-nous une sorte de Bas-Empire néosoviétique terrible, mais l’on ne rattrape pas le couteau qui tombe et je crois plus à la révolte et à la grâce de Camus qu’à un rétablissement spontané des Nations souveraines.

D’abord la révolte, après, peut-être, la grâce d’un rétablissement en notre souveraineté.

Si vous voulez que nous explorions cet univers ensemble, partagez cette lettre courte mais essentielle et la vidéo qui l’accompagne. Partagez massivement et…

Cliquez ici pour découvrir les enjeux politiques, économiques, monétaires et financiers de la grande révolution des technologies de la valeur.

À votre bonne fortune,

Guy de La Fortelle

PS – Code is Law, l’article de Larry Lessig en français est disponible sur la page suivante : https://framablog.org/2010/05/22/code-is-law-lessig/

L’article Dictature digitale et Blockchain : Code is Law est apparu en premier sur PLANETES360.