Par Bruno Bertez

Mélenchon passe pour la première fois devant François Fillon dans les intentions de vote pour le premier tour de l’élection présidentielle selon un sondage Kantar Sofres One Point pour Le Figaro, LCI et RTL publié dimanche.

Il gagne six points et est désormais crédité de 18% des intentions de vote, devant le candidat de la droite et du centre dont le score reste stable (17%) par rapport à la mi-mars.

Cette évolution confirme deux choses:

-la dynamique de Mélenchon laquelle provient de l’effondrement de Hamon et la stagnation de Marine, bloquée. Les déçus de Fillon ne viennent pas chez elle.

-la fluidité de l’électorat qui raisonne stratégiquement en reportant voix sur le candidat le plus utile quand un postulant s’effondre ou se décredibilise comme c’est le cas pour Hamon

Les rebelles, les opposants à Hollande 1 et 2 se retrouvent plus facilement chez Mélenchon maintenant car il a précisé ses analyses. Il est structuré mais en même temps modéré, non caricatural. Ses propositions impliquent bien entendu une rupture avec la Construction Européenne telle que nous la connaissons, une rupture avec le capitalisme financier et la sociale démocratie, mais cela ne se voit pas et ne s’énonce pas de façon qui fasse peur et c’est la clef de son succès.

Il faut favoriser la montée de Mélenchon  car stratégiquement, c’est fnalement lui aussi  et peut être plus que Marine , un bon rempart contre la macronisation/uberisation/ régression. D’ores et déjà sur la base de ce que l’on sait, les élections présidentielles sont pliées, mais il faut préparer la suite.

Cette préparation de la suite se situe à deux niveaux

-la constitution d’une force d’opposition à Macron aux législatives, on ne peut compter sur la droite classique pour s’opposer si elle n’a pas l’épée dans les reins

-la constitution d’une force sociale, Mélenchon dirait « la rue », nous dirions des solidarités de classe, pour refuser les réformes scélérates que préparent  Bruxelles et les Allemands .

Il faut prendre conscience et faire prendre conscience du fait que

-Hamon est inutile, historiquement, il ne fait que couvrir les socialistes réformistes sur leur gauche en trompant le peuple,

-Fillon aussi est devenu inutile, car il n’a pas réussi à mettre place une stratégie qui renverse le courant sur sa probité et en même temps, au lieu de se rapprocher de Marine , il a poursuivi son recentrage, son glissement vers le centre, c’est à dire qu’il est allé alimenter le macronisme. Erreur historique. Il aurait pu favoriser Marine en credibilisant ses arguments sur le vrai enjeu  élections, c’est à dire en avalisant l’idée qu’il s’agissait d’un scrutin /référendum pour ou contre la mondialisation et le laminage de ce que nous sommes. Il ne l’a pas fait, son vote ne sert à rien.

Les décomptes doivent mainteant être faits non en droite/gauche ou en partis classiques, mais en lignes de partage concrétes; pour ou contre la construction européenne telle qu’elle est, pour ou contre la poursuite de la mondialisation sous le signe et sous la loi de la finance, pour ou contre le respect de la souveraineté des peuples( je précise souveraineté des peuples, des gens, je ne parle pas de « nation » qui est un attrape nigaud socialisant )  ou non.

Pour l’autre grand clivage, celui pour ou contre le respect de l’identité française, on verra plus tard.

Le fondateur du mouvement En Marche! et la candidate du Front national cèdent eux deux points, à 24%.

Quant au candidat socialiste Benoît Hamon, il passe en dessous de la barre des 10%, à 9%.

Pour le second tour, Marine Le Pen serait battue à la fois par Emmanuel Macron(39 contre 61), François Fillon (45 contre 55) et Jean-Luc Mélenchon (43 contre 57).

Dans le cas d’un duel entre Emmanuel Macron et François Fillon, le candidat d’En Marche! l’emporterait face à l’ancien Premier ministre (66 contre 34).

L’enquête a été réalisée en ligne du 5 au 7 avril auprès d’un échantillon de 1.515 personnes inscrites sur les listes électorales représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

En Prime  Dupont-Aignan a appelé le candidat des Républicains à se retirer de la course à la présidentielle. Chiche! Et pourquoi ne pas appeler Dupont-Aignan a se retirer lui aussi au profit de Marine pour cause de vote utile? Dupont Aignan est une morceleur, un diviseur, un soustracteur  qui n’ajoute rien.

S’il est encore temps, François Fillon devrait renoncer à l’élection. Il est en train d’emmener la droite dans le mur de l’échec. Même monsieur Mélenchon le devance aujourd’hui”, a attaqué Nicolas Dupont-Aignan, ce lundi matin, sur LCI.

Il affirme avoir tous les jours des “centaines de républicains gaullistes” qui l’appellent pour lui dire “Mais comment peut-on faire ça ?” et “supplie les républicains, les hiérarques et les oligarques républicains, d’arrêter cette folie”.

En Prime: Mélenchon confirme chez Viavoice

Jean-Luc Mélenchon est le candidat qui a le plus convaincu les électeurs lors des deux dernières semaines, selon un sondage Viavoice pour Libération.

D’après l’enquête, 51% des Français jugent « convaincant » le candidat de La France insoumise, contre 38% pour Emmanuel Macron et 28% pour Marine Le Pen.

Philippe Poutou, qui s’est fait remarquer lors du débat télévisé entre les onze prétendants à l’Elysée, est jugé convaincant par 27% des électeurs. Le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste talonne la présidente du Front national et dépasse François Fillon (22%) et Benoît Hamon (20%).

Confirmant sa dynamique enclenchée lors des deux débats télévisés, Jean-Luc Mélenchon ferait un « bon président » pour 42% des Français, un bond de 21 points par rapport au précédent sondage, réalisé le mois dernier.

Emmanuel Macron le devance dans cette catégorie, gagnant 2 points à 44%. Marine Le Pen perd 4 points à 28%, passant derrière François Fillon (29%, +1 point).

Les Français jugent durement la campagne présidentielle qui, pour 64% d’entre eux, est « vraiment ratée ».

Le sondage a été réalisé en ligne entre les 5 et 7 avril, auprès d’un échantillon de 1.007 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

En Prime

Gattaz dit que la majorité des Français ( 18+ 9 +24= 51%) sont contre cette Europe là! La sienne!

Sans donner de consigne de vote, Pierre Gattaz, patron du Medef, estime que sur les cinq principaux candidats, seuls deux « assument l’économie de marché, la mondialisation, l’Europe, l’entreprise ». « Ce qui n’est pas le cas des trois autres, Le Pen, Mélenchon et Hamon« , fait-il valoir dans un entretien accordé ce week-end au ‘Parisien / Aujourd’hui en France’.

LE PEN, MÉLENCHON ET HAMON PAS À LA HAUTEUR, SELON GATTAZ

Pour le patron des patrons, la première inquiétude provient de « Marine Le Pen et de sa sortie de l’euro ». Idée reprise, selon lui, par Jean-Luc Mélenchon, qui, dans son programme, dit vouloir sortir des traités européens afin de ne plus être soumis aux politiques d’austérité de Bruxelles.

Selon Pierre Gattaz ces deux candidats « se trompent de combat ». « Les deux problèmes fondamentaux sont la compétitivité des entreprises françaises et la rigidité de notre Code du travail », observe-t-il.

Benoît Hamon ne semble pas plus à la hauteur, aux yeux de Pierre Gattaz… Il est « dans un scénario destructeur pour l’économie française. Il part sur deux hypothèses farfelues. Un : il n’y a plus de travail en France. Deux : le travail, c’est la souffrance », regrette-t-il.

FRANÇOIS FILLON A LE PROGRAMME « LE PLUS DÉTAILLÉ »

En revanche, François Fillon et Emmanuel Macron proposent « des choses intéressantes », même si Pierre Gattaz regrette que le fondateur du mouvement ‘En Marche’ n’aille pas au bout des réformes, comme sur celle du Crédit impôt compétitivité emploi (CICE).

Le patron du Medef estime par ailleurs qu’Emmanuel Macron a tort de vouloir alléger les charges sur les bas salaires, « ce qui est de l’emploi tactique mais qui ne bénéficiera pas aux emplois de demain, très qualifiés » et de souhaiter la taxation des contrats courts…

Au final, Pierre Gattaz estime que François Fillon a le programme le plus détaillé. S’il est affaibli par sa mise en examen, le leader du Medef pense que s’il accède à l’Elysée, il aura « la légitimité de l’élection »…

Cet article Historiquement, Fillon et Hamon ne servent plus à rien est apparu en premier sur Planetes360.