Les parallèles entre 2008 et 2022 ne cessent de se renforcer. Il y a 14 ans, l’effondrement de Lehman Brothers a provoqué une énorme vague de panique sur les marchés financiers mondiaux et est largement considéré comme l’événement clé qui nous a plongés dans une horrible crise financière dont nous parlons encore aujourd’hui. Eh bien, maintenant, une banque encore plus importante semble être au bord de l’effondrement, et les analystes du monde entier sont profondément préoccupés par ce que cela signifiera pour le système financier mondial en cas de défaillance.

À l’heure actuelle, le « Crédit Suisse » est l’une des banques les plus importantes du monde entier. Si vous n’êtes pas familier avec le « Crédit Suisse », voici quelques bonnes informations de fond provenant de Wikipedia

La « Crédit Suisse Group AG » est une banque d’investissement et une société de services financiers mondiale fondée et basée en Suisse. Basée à Zurich, elle possède des bureaux dans tous les principaux centres financiers du monde et est l’une des neuf banques mondiales « Bulge Bracket » fournissant des services dans les domaines de la banque d’investissement, de la banque privée, de la gestion d’actifs et des services partagés. Cette banque est connue pour sa stricte confidentialité bancaire et son secret bancaire. Le Conseil de stabilité financière la considère comme une banque d’importance systémique mondiale. Le « Crédit Suisse » est également le négociant principal et a le rôle de véritable contrepartie dans les transactions Forex de la FED.

Le « Crédit Suisse » est véritablement l’une des plaques tournantes centrales de l’ensemble du système bancaire international.

Si cette banque faisait faillite, les effets d’entraînement se feraient sentir très profondément dans littéralement toutes les nations de la planète.

Malheureusement, on rapporte que le « Crédit Suisse » pourrait être « au bord de l’effondrement » et on nous prévient que cette banque internationale s’effondre, cela pourrait provoquer « un choc similaire à celui causé par la faillite de la banque américaine Lehman Brothers en septembre 2008 ”…

Les spéculations autour de l’avenir du géant bancaire suisse vont bon train depuis plusieurs mois sur les marchés, dans les milieux économiques et politiques, ainsi que sur les réseaux sociaux.

La deuxième banque suisse et l’une des plus grandes banques du monde est en grande difficulté et se bat actuellement pour sa survie. Une issue négative risque de provoquer un choc similaire à celui provoqué par la faillite de la banque américaine Lehman Brothers en septembre 2008. Cet événement a déclenché l’une des plus graves crises financières et économiques depuis la Grande Dépression.

Lorsque la banque « Lehman Brothers » s’est effondré en 2008, il avait 639 milliards de dollars d’actifs.

Fin 2022, le « Crédit Suisse » compte actuellement 1,5 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

L’effondrement du « Crédit Suisse » créerait une vague de panique qui ne ressemblerait à rien de ce que nous avons vu depuis la dernière crise financière.

Mais le nouveau PDG Ulrich Koerner insiste sur le fait que tout va bien

Il y a eu beaucoup de mouvement autour du « Crédit Suisse » au cours du week-end. Vendredi, le PDG Ulrich Koerner a envoyé une note disant que la banque avait une « base de capital et une position de liquidité solides », tandis que les cadres supérieurs ont passé leur week-end à faire de leur mieux pour rassurer les grands clients, contreparties et investisseurs, selon le « Financial Times ».

Le message du PDG a également noté que la banque se trouvait à un « moment critique » alors qu’elle se prépare à une restructuration, dont les détails seront révélés le 27 octobre. On s’attend à ce que quelque 5 000 emplois soient supprimés, avec des actifs vendus. Certains analystes disent que ce ne sera pas suffisant, cependant. Selon un rapport de Bloomberg, le « Crédit Suisse » aurait besoin de 4 milliards de dollars supplémentaires, même après la vente d’actifs, pour financer la restructuration, une augmentation de capital étant présentée comme l’option la plus probable.

Les marchés croient-ils ce que Koerner essaie de leur faire croire ?

Non.

Les crédit default swaps du « Crédit Suisse » ne cessent d’aller dans la mauvaise direction, ce qui signifie que les investisseurs commencent à devenir vraiment, vraiment nerveux…

Les Crédit Default Swaps, ou CDS, du « Crédit Suisse », un instrument dérivé qui permet à un investisseur d’échanger son risque de crédit avec un autre investisseur, ont bondi vendredi, reflétant la perception du marché d’un risque croissant. Il se rapproche désormais des sommets atteints lors de la crise financière de 2008, qui avait vu la banque d’investissement américaine Lehman Brothers faire faillite.

À ce stade, presque tout le monde se rend bien compte que ça sent le roussi !

Et il ne faudra certainement pas grand-chose pour déclencher une hystérie généralisée.

C’est une période si inquiétante pour l’Europe. L’UE se dirige vers la pire crise énergétique qu’elle n’ait jamais connue, le marché obligataire commence à devenir fou, et maintenant des institutions financières géantes telles que le « Crédit Suisse » sont fortement ébranlées.

Martin Armstrong a récemment été interviewé par Greg Hunter, et il a déclaré avec audace qu’une « crise bancaire va commencer en Europe« …

Alors, l’Europe pourrait-elle aspirer le reste du monde dans le chaos ? Armstrong dit : « Oh, absolument. L’Europe est le véritable problème. . .La crise bancaire commencera en Europe. . .La dette s’effondre. Ils n’ont aucun moyen de subvenir à leurs besoins. Là-bas, le marché de la dette mine la stabilité de toutes les banques. Vous devez comprendre que les réserves sont liées à la dette publique, et c’est là que le naufrage va se déclencher. Oui, le marché boursier (américain) baissera à court terme. Nous ne sommes pas confrontés à un événement de 1929 ou à une chute de 90% ici. . .Les Européens, probablement d’ici janvier 2023, alors que cette crise en Ukraine s’intensifie, n’importe qui avec un demi-cerveau va prendre tout l’argent qu’il a et le faire venir ici.

Je ne suis pas aussi optimiste quant aux marchés financiers américains qu’Armstrong semble l’être.

Oui, l’Europe est actuellement en plus mauvais état, mais les choses commencent à se dégrader assez rapidement chez nous aussi.

En fait, nous venons d’assister au pire mois pour les actions américaines depuis les tout premiers jours de la pandémie

Septembre a été un mois horrible pour les actions. Le « Dow Jones » a chuté de près de 9 %, sa pire baisse mensuelle depuis mars 2020, lorsque les confinements liés à la pandémie ont commencé aux États-Unis. L’indice a également terminé vendredi profondément dans le rouge.

Dans l’ensemble, c’est la toute première fois que le « Dow Jones Industrial Average » est en baisse pendant trois trimestres consécutifs depuis 2015.

Et c’est la toute première fois que le S&P 500 et le Nasdaq sont en baisse pendant trois trimestres consécutifs depuis 2009.

Beaucoup de gens semblent encore penser que les choses vont « revenir à la normale » très bientôt, et malheureusement, toutes ces personnes se trompent.

La vérité est que nous sommes juste au bord du précipice du genre d’effondrement historique dont je vous parle depuis des années maintenant.

Nos dirigeants ont longtemps fait avec, mais maintenant ils ne savent plus quoi faire.

Il fallait bien que cela arrive un jour tout particulièrement en Europe, mais bientôt je vous l’affirme à nouveau, ce krach financier mondial nous atteindra directement aussi.

Alors accrochez vos ceintures de sécurité, car nous allons vivre une véritable cascade d’imprévus !

Source: theeconomiccollapseblog

L’article LE CREDIT SUISSE DANS LA GRANDE TOURMENTE : L’effondrement de cette plaque tournante centrale du système bancaire international rappelle 2008 et la banque « Lehman Brothers » …Oui, mais en bien pire cette fois ! est apparu en premier sur PLANETES360.