Par Batiushka – Le 21 juillet 2022 – Source The Saker Blog

Introduction : Capitalisme ou communisme ?

Un commentateur de ce site m’a récemment accusé d’être « un anticommuniste viscéral » ! Cela m’a beaucoup amusé (mais je lui en suis aussi reconnaissant, car il m’a inspiré cet essai). Une telle accusation remonte à l’ancien abîme apparent du vingtième siècle entre « la gauche et la droite ». En réalité, bien que j’ai toujours été un conservateur social, j’ai aussi toujours été pour la justice sociale, comme je l’ai dit ailleurs. Cela fait de moi, je suppose, un homme à la fois de gauche et de droite. En effet, j’ai été accusé ailleurs (aux États-Unis) d’être un « socialiste », bien qu’il ne faille pas grand-chose pour être accusé de socialisme aux États-Unis. Le mot « justice » suffit généralement à lui seul.

Comment résoudre la quadrature du cercle, concilier la différence apparemment irréconciliable, comme cela semblait être le cas au siècle dernier, entre la gauche et la droite ? Examinons les deux systèmes de gouvernance dans le monde d’aujourd’hui, le système occidental des 13%, qui est en fait le règne de quelques-uns, appelé en grec « oligarchie », et le système des 87% du monde, le règne du plus grand nombre, que j’appellerai « patriarcat » (j’ignore ici de manière flagrante le rejet féministe stéréotypé d’un tel mot, parce qu’il a un sens tout à fait différent de ce que les féministes occidentales, prisonnières de leur idéologie, entendent par là).

Oligarchie

L’oligarchie 1 est simplement du néo-féodalisme, la domination des barons voleurs, dans ce cas, les barons financiers qui vivent dans leurs châteaux contemporains. C’est pourquoi l’oligarchie est anti-nationale, anti-souveraine, anti-religion traditionnelle, anti-culture traditionnelle, anti-infrastructure nationale et anti-famille 2. C’est pourquoi l’oligarchie, par le biais de sa CIA et d’autres actifs, a fait tomber au fil des générations tant de monarchies et de gouvernements nationaux, comme celui de De Gaulle en France en 1968. Elle ne se préoccupe pas des monarchies fictives, comme au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Scandinavie et en Espagne, car ce ne sont que des entreprises, des manipulations des masses pour de grosses sommes d’argent.

L’oligarchie n’aime pas l’identité nationale, elle détruit les États-nations, comme dans l’UE, car elle veut un « gouvernement mondial », ce qui est un code pour la dictature mondiale. C’est la dictature des déracinés, c’est pourquoi la composante juive est forte (les Juifs ont été déracinés depuis que les Romains les ont déracinés en 70 après JC). L’oligarchie est fondée sur la priorité de l’accumulation d’argent et garantit donc la corruption, l’instabilité et le cycle d’expansion et de ralentissement, car elle gouverne par le secteur financier. D’où l’importance de Wall Street à New York, de la City à Londres, de Francfort en Allemagne et de la Bourse à Paris. D’où l’importance dans tous ces pays des indices financiers, qui, si étrangement, sont toujours annoncés dans leurs nouvelles nationales par leurs médias.

Bien que le néo-féodalisme soit aussi appelé néo-libéralisme et plus communément encore connu sous l’euphémisme de « démocratie », il est dirigé par la base du profit, connue sous l’euphémisme de « monétarisme ». Ce n’est certainement pas la démocratie, car les partis politiques sont contrôlés par des « donateurs » et des « lobbies » ultra-riches, c’est-à-dire par l’oligarchie. C’est pourquoi la démocratie est aussi injustement appelée « démonocratie », le choix des électeurs entre un crétin et un autre crétin. Malheureusement, à en juger par les récents dirigeants des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Union européenne, ce n’est peut-être pas si faux, car la plupart des dirigeants occidentaux sont effectivement des oligarques (Bush, Trump) ou les marionnettes d’oligarques (Macron, Draghi). L’objectif de l’oligarchie est toujours de préserver ses privilèges élitistes.

Il n’est pas étonnant qu’il y ait tant de théories du complot autour de la Covid-19, par exemple, disant que l’Oligarchie a inventé cette pandémie parce qu’elle voulait tuer ou zombifier plus de sept milliards de personnes afin de créer plus de ressources pour elle-même. Par définition, l’objectif de profit de l’oligarchie ne s’intéresse pas à la majorité du monde car elle souhaite dépouiller ses ressources naturelles. Un autre mot pour cela est « Parasitisme ». L’oligarchie pille le reste du monde. Cette stratégie est mise en œuvre de manière très agressive par des croisades militaristes (comme au XIIe siècle, mais avec des technologies de pointe), en forçant les autres à vendre (« privatiser ») leurs terres, leurs ressources minérales, leurs services publics et leurs infrastructures aux agents de l’oligarchie.

C’est pourquoi l’Oligarchie est dominée par deux secteurs : la finance et le militarisme, par sa guerre économique et militaire agressive contre le reste du monde. Ceux qui résistent sont menacés de sanctions économiques ou de bombardements (« retour à l’âge de pierre »). C’est pourquoi les États-Unis disposent de 750 bases militaires étrangères, réparties dans 80 pays. (Après les États-Unis, il y a le Royaume-Uni, avec un cinquième de la population américaine et « seulement » 145 bases) . Par conséquent, l’oligarchie crée des clients dans le monde entier, partout où elle le peut. Ces vassaux suivent exactement ce que l’Oligarchie leur dit de faire. En d’autres termes, ils sont « zélénisés », car la stratégie de l’oligarchie est de piller le reste du monde, comme en Ukraine, en Irak, en Libye, en Syrie, etc.

Patriarcat

Le patriarcat est une règle au profit du peuple. Le patriarcat, exactement l’opposé de l’oligarchie, est pro-national, pro-souveraineté, pro-religion traditionnelle, pro-culture traditionnelle, pro-infrastructure nationale et pro-famille. Les quatre grandes religions traditionnelles du monde, le christianisme orthodoxe (et son cousin le catholicisme latino-américain, africain et asiatique), l’islam, le bouddhisme et l’hindouisme, sont patriarcales. L’essentiel du monde, plus de 6 milliards d’habitants, la Russie, la majeure partie de l’Asie (Chine, Inde, Indonésie, Pakistan, Bangladesh, Vietnam…), l’Afrique et l’Amérique latine, confessent le patriarcat,  » trône, autel et chaumière «  3. Ainsi, dans la Russie du tsar, l’État dirigeait l’économie par l’intermédiaire d’investisseurs privés, en concurrence pour les contrats accordés par l’État.

Aujourd’hui, la Chine, gouvernée par le nationalisme chinois, même si elle s’appelle le communisme chinois, fait à peu près la même chose, tout en évitant la planification centrale qui a discrédité le communisme dans le passé soviétique et chinois. L’Inde fait de même. Ils laissent les gens s’enrichir en étant créatifs, en étant productifs, mais ajoutent une composante de responsabilité sociale et nationale en se référant à l’idéologie religieuse/philosophique nationale. La richesse doit être utilisée largement, car la Nation a une valeur supérieure au simple lucre. Bien que nous puissions trouver des exceptions d’oligarques corrompus, ce sont les exceptions qui confirment la règle. Quand les exceptions se font prendre en Chine et en Biélorussie, au moins, on les sort et on les fusille, en Chine dans les cours de prison, en Biélorussie dans la forêt et les oligarques n’ont pas toujours la vie facile ailleurs.

Les pays patriarcaux que sont l’Iran, l’Irak d’avant l’invasion, la Libye et la Syrie, la Russie et la Chine sont les ennemis de l’oligarchie parce qu’ils créent le développement industriel en créant leurs propres infrastructures, ils fournissent tout ce qui peut aider à faire des affaires et à créer les conditions de la prospérité potentielle de tous. Le patriarcat fournit également une éducation et des soins de santé gratuits. C’est exactement ce que la Prusse et la Russie « autocratiques » ont fait il y a cinq ou six générations, avec une éducation et des soins de santé gratuits, une assurance sociale et des pensions. Le patriarcat fournit l’infrastructure nécessaire pour répondre aux besoins humains fondamentaux des travailleurs.

L’oligarchie a appelé le patriarcat « autocratie » (Inde moghole, Chine impériale, Russie d’avant 1917), et l’appelle maintenant « socialisme » ou « communisme », parce qu’ils sont à l’opposé de leur « démocratie » élitiste. Leur « démocratie » est dictée par l’oligarchie. Tout pays qui suit sa propre voie ou développe le pouvoir potentiel de suivre sa propre voie, comme la Chine et la Russie, est qualifié de « dictature » par les mercenaires de l’oligarchie dans ses porte-paroles de propagande, qu’elle appelle « les médias occidentaux ». Car l’oligarchie vend les services publics comme l’éducation, les soins de santé, les écoles, les universités, les hôpitaux, les routes, les chemins de fer et les services publics, l’eau, l’électricité, le gaz et les télécommunications, afin de verser des dividendes aux actionnaires. C’est pourquoi des pays comme la Chine et la Russie sont les ennemis de l’Oligarchie.

Le patriarcat, c’est tout pays qui est assez fort pour faire ses propres investissements dans son infrastructure nationale, tout pays assez fort pour taxer ou contrôler le secteur financier. Le patriarcat garde le secteur bancaire entre ses mains, afin de pouvoir financer la création d’infrastructures. Il ne crée pas de l’argent pour le prêter aux spéculateurs afin d’augmenter leurs profits, il crée de la production. Ainsi, le principal service public à garder sous le contrôle du Patriarcat est le système bancaire et la création de crédit. Le Patriarcat favorise un développement économique juste. Il empêche les gens de s’enrichir simplement parce qu’ils ne fournissent aucun service productif.

Conclusion : Pourquoi l’oligarchie soutient-elle l’Ukraine ?

Aujourd’hui, l’Ukraine est le champ de bataille où ces deux systèmes, l’oligarchie et le patriarcat, s’affrontent. L’avenir du monde entier s’y joue. L’oligarchie s’est engagée de plus en plus dans sa guerre par procuration, car elle veut détruire la Russie pour pouvoir ensuite détruire la Chine. Mais pour ce faire, les États-Unis doivent d’abord achever l’Europe, alimentée par la Russie. L’élite européenne a suivi le diktat de l’oligarchie parce que ses dirigeants ne sont que d’autres « zelenskies », dont les ficelles sont également tirées par les mêmes marionnettistes de l’oligarchie.

C’est pourquoi le dollar a récemment augmenté par rapport à la livre sterling et à l’euro (et aussi au yen). Cependant, voyant cela, d’autres pays cherchent des alternatives et les USA sont menacés de dédollarisation. Il n’y a pas de fin de partie en Ukraine pour l’oligarchie. L’ingérence en Russie et en Europe signifie que l’on se dirige vers un effondrement économique. L’oligarchie fait maintenant tomber un rideau de fer sur le monde occidental, non pas pour le protéger d’une attaque militaire étrangère imaginaire, mais pour emprisonner les peuples des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’UE, du Japon, de la Corée du Sud, de Taïwan, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. Comme ces peuples s’en rendent compte, cela finira mal pour l’oligarchie.

Batiushka

Recteur orthodoxe russe d’une très grande paroisse en Europe, il a servi dans de nombreux pays d’Europe occidentale et j’ai vécu en Russie et en Ukraine. Il a également travaillé comme conférencier en histoire et en politique russes et européennes.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Notes

  1. L’oligarchie occidentale est l’origine des « oligarques » russes. Jusqu’à l’occidentalisation après 1991, le mot « oligarque » était pratiquement inconnu en Russie, tout comme les sans-abri et le suicide collectif, mais tout au long des années 1990… 
  2. L’éthique anti-famille de l’oligarchie est la raison pour laquelle elle encourage le changement de sexe des LGBTQ. La famille doit être détruite, car, comme l’État-nation et la croyance religieuse, elle est une unité de résistance à l’oligarchie. Elle déteste les familles fortes. 
  3. Certains peuvent s’opposer à ce que la plupart des Chinois soient considérés comme des bouddhistes. En guise d’explication, je vais répéter la réponse que j’ai donnée il y a plusieurs années lors d’une interview sur la religion avec les médias d’État britanniques. Lorsque l’intervieweur m’a objecté que la plupart des Russes ne vont pas à l’église, que beaucoup divorcent et avortent et ne sont donc pas des chrétiens orthodoxes, j’ai répondu qu’il abordait la question d’un point de vue protestant étroit. Son essence est le moralisme et le concept selon lequel les seuls vrais péchés sont sexuels, alors que toute religion traditionnelle, comme le christianisme orthodoxe, est une mentalité, un ensemble de valeurs culturelles, un mode de vie, et non un simple code judéo-chrétien étroit d’esprit, moralisateur et pharisaïque du « Tu ne feras pas ». Le fait est que la plupart des Chinois ont une mentalité bouddhiste sous-jacente, tout comme la plupart des Russes (et en fait la plupart des catholiques non occidentaux) ont une mentalité chrétienne orthodoxe sous-jacente, indépendamment de leurs fautes morales personnelles. 

L’article Oligarchie ou patriarcat ? Règle par la minorité ou règle pour la majorité ? est apparu en premier sur PLANETES360.