Par James Howard Kunstler – Le 24 juin 2022 – Source kunstler.com

Vous vous demandez peut-être ces jours-ci si notre pays peut devenir encore plus fou. La FDA et le CDC semblent déterminés à tuer et à mutiler autant d’Américains que possible. Les preuves (et pas seulement les preuves, vous comprenez) abondent pour démontrer que les « vaccins » à ARNm de Pfizer et Moderna ne fonctionnent pas et ne sont pas du tout sûrs. Si les personnes qui dirigent ces agences ne le savent pas, alors il n’y a jamais eu d’équipe dirigeante plus paresseuse, moins compétente et moins bien informée dans l’histoire de la civilisation occidentale.

 

Ils continuent donc à faire des piqûres aux petits enfants, piqûres qui vont certainement endommager leur système immunitaire et produire toute une série de troubles graves allant de l’hépatite à la myocardite en passant par la stérilité et les lésions cérébrales. On pourrait penser que si de simples rumeurs de ces choses parvenaient à leurs oreilles et à leurs globes oculaires, ces dirigeants interrompraient au moins leur programme d’injection pour enquêter. Il n’y a vraiment aucune analogie dans l’histoire pour des autorités qui agissent de manière aussi aveugle et meurtrière.

Les nazis ont assassiné des groupes ciblés à des fins eugéniques délibérées, aussi vicieuses soient-elles, et ont clairement expliqué pourquoi ils le faisaient, du moins entre eux, pendant qu’ils le faisaient. Staline a tué ses ennemis politiques perçus comme tels, puis a tué des masses au hasard afin de soumettre la population soviétique à son autorité. Il y a un nom pour cela : la cruauté despotique. Mao Zedong a intensifié ses campagnes de meurtres et ses révolutions culturelles pour s’accrocher désespérément à son pouvoir autocratique glissant. Pol Pot a tué des gens qui portaient des lunettes et lisaient des livres parce qu’ils étaient capables de comprendre la réalité, par exemple, ce que Pol Pot manigançait.

Le Dr Anthony Fauci (conseiller médical de la Maison Blanche), le Dr Rochelle Walensky (CDC) et le Dr Robert M. Califf (FDA) tuent et blessent des Américains parce que… apparemment, ils ne savent pas pourquoi. Comme le dit le vieux dicton : ils ne savent pas ce qu’ils font. Ou est-ce le cas ? Est-ce même encore possible ? On doit supposer que c’est possible s’ils sont fous, ce qui, vous le comprenez aussi, ne les empêche pas d’être mauvais, eux aussi.

Mme Walensky dit à plusieurs reprises qu’ils regardent ou attendent « les données ». Non, elle ne le fait pas. Elle dit juste cela, comme si elle récitait une incantation magique qui peut détourner la culpabilité. Les données sont à la vue de tous, elles ne se cachent même pas. Les données se trouvent partout dans le monde : dans ce pays, au Royaume-Uni, au Danemark, en France, en Suède, en Norvège, en Islande, au Portugal, en Israël, à Cuba, en Afrique du Sud, en Australie, pour ne citer qu’eux. Les données apparaissent maintenant dans des revues médicales respectées, dans de nombreux sites d’information, dans des sous-sites et des blogs, ainsi que même, ici et là, dans ce que nous appelons les médias grand public. Jusqu’à très récemment, un grand nombre de ces données étaient publiées dans les propres organes de collecte des agences, mais elles ont délibérément cessé de le faire.

Les données nous indiquent que les personnes qui ont été « vaccinées » et « stimulées » se retrouvent avec un système immunitaire défaillant qui les rend particulièrement vulnérables aux réinfections répétées par le virus de la Covid-19, et que chaque réapparition de la maladie affaiblit encore plus leur système immunitaire – ce qui suggère qu’au fil du temps (pensez aux mois à venir), de plus en plus d’entre eux vont mourir de toutes sortes de maladies virales et bactériennes opportunistes, sans parler des cancers, des dommages structurels dus aux caillots sanguins, des lésions du tissu cardiaque directement causées par les protéines de pointe, et des maladies du cerveau et du système nerveux, idem.

Croyez-vous que les autorités ont manqué tout cela ? Essayent-elles de prétendre qu’elles n’ont pas (faites votre choix) : 1) promu inconsidérément la plus grosse erreur médicale de l’histoire ? 2) conspiré avec des sociétés pharmaceutiques dans le cadre d’un ignoble racket ? 3) exécuté les ordres d’une élite malveillante et louche visant à éliminer la population humaine en vertu d’une idéologie crypto-écologique messianique et dépravée ? ou 4) tout autre raison

D’ici peu, ils devront nous le dire. À ce stade, démissionner pour s’éclipser de la scène du crime n’est probablement plus possible. Francis Collins a essayé de démissionner des National Institutes for Health (NIH) à la fin de l’année dernière, mais nous saurons comment le retrouver, et nous savons certainement ce qu’il a fait en permettant la création de la pandémie de Covid-19 et ensuite de ses prétendus « vaccins » sauveurs. Ceci est vrai, d’ailleurs, pour l’ensemble de la profession médicale, y compris les médecins, les directeurs d’hôpitaux et, bien sûr, les dirigeants des entreprises pharmaceutiques. Ils devront répondre de la raison pour laquelle ils ont continué à vacciner le public alors que la prudence était de mise (primum non nocere – d’abord ne pas nuire), et comment il se fait qu’ils ont stupidement et/ou malicieusement supprimé les médicaments de traitement précoce bon marché et efficaces.

L’absurde machine à escroquerie de la médecine américaine est en train de s’effondrer de toute façon, ainsi que pratiquement tous les autres systèmes dont nous dépendons. Peut-être les médecins et les responsables de la santé publique pensent-ils que s’ils peuvent retarder de quelques mois la reconnaissance de l’évidence, il ne restera plus aucune institution aux États-Unis pour juger leurs crimes. Possible mais peu probable.

Il existe déjà de nombreuses données montrant une augmentation anormale des décès toutes causes confondues dans de nombreux pays. Les compagnies d’assurance-vie le signalent depuis des mois. Mais l’immunodéficience acquise des « vaccinés » deviendra trop tangible et visible à mesure que l’effet de réseau s’installera et que de plus en plus d’Américains réaliseront que des gens meurent tout autour d’eux, des proches, des amis, des amis d’amis, des célébrités dans les journaux. Inévitablement, cela produira une sorte de panique sociale. Exactement au même moment, l’essence et le carburant diesel deviendront inabordables ou rares, tous les produits imaginables disparaîtront des rayons des magasins, les marchés financiers s’effondreront et le Parti du chaos enverra ses troupes de choc dans les rues pour des émeutes, du pillage et tout brûler.

Même dans ces circonstances désastreuses, sachez qu’il restera encore beaucoup de gens dans ce pays qui ne sont pas vaccinés, qui ne sont pas malades et qui ne sont pas fous – des millions – et ce sont eux qui maintiendront le projet de civilisation en vie, y compris en jugeant ceux qui ont déclenché toutes les calamités et les méchancetés susmentionnées.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone