durée : 00:58:59 - Open jazz - par : Alex Dutilh - ## Au sommaire aujourd'hui

  • Eric Bibb invité d'Alex Dutilh
  • Jazz au Trésor : Tony Bennett - The Beat Of My Heart
  • Jazz Agenda :
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Julia Hülsmann vendredi 31 mars à 20h30 à l'AJMI Jazz Club en Avignon (84). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitations pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • Jazz Culture : Billie Holiday Sunny Side
  • Jazz Trotter : Big Daddy Wilson - Neckbone Stew
  • Jazz Bonus : China Moses - Nightintales

{% image 14a9ef53-ac0f-440d-85fb-47da0367ae3a %}

Avec “Migration Blues” qui paraît chez Dixiefrog, Eric Bibb nous rappelle que si l’on regarde l’histoire du monde on se rend compte que nous avons tous des émigrés pour ancêtres. Eric fait également le parallèle entre les anciens esclaves noirs fuyant la ségrégation brutale et la misère économique du Sud rural pour les villes industrielles du Nord, et le mouvement migratoire actuel des réfugiés des pays en guerre du monde arabe et de l’Afrique vers l’Europe.

L’album est quasiment enregistré en trio avec Eric et deux “super guests” : JJ Milteau (harmonica) et Michael Jerome Browne (guitares, violon, banjo), auxquels viennent parfois s’ajouter quelques autres invités de classe.

De par la très haute qualité du songwriting, l’émotion incroyable que dégage la voix d’Eric Bibb, la richesse des orchestrations (malgré leur sobriété) et, enfin, la gravité et l’actualité du sujet abordé, “Migration Blues” restera certainement comme l’un des albums majeurs d’Eric Bibb.

Nous avons reçu le blues en héritage. Ça ne signifie pas qu'il faut le muséifier. La plupart des grands bluesmen furent des innovateurs en leur temps. Beaucoup étaient eux aussi des migrants. Émigrer signifie prendre son futur à bras le corps. C'est une des leçons du blues, transcender le fatalisme et rendre le pessimisme positif.JJ Milteau

Frères et soeurs,

Le bonheur de faire de la musique et de la partager avec vous comble une bonne part de mon existence. Autre aspect important de ma vie : les voyages et les relations avec des gens venus des horizons les plus divers. Souvent en contact avec des cultures différentes,

j’en suis venu à me considérer comme un citoyen du monde riche des multiples opportunités que ces rencontres lui ont offertes. Cette connexion m’aide à me débarrasser de mes notions préconçues et de mes préjugés envers des peuples et des cultures étrangers à ma propre expérience.

Ce que je ressens aujourd’hui, c'est que les idées négatives parfois exprimées envers nos frères et soeurs appelés “réfugiés” constituent une mauvaise perception de la réalité. En fait, la peur et l’ignorance sont des problèmes, bien plus que les étrangers. Les réfugiés sont le plus souvent des êtres humains courageux qui tentent d’échapper à l’horreur. Fuir la guerre et à d’atroces souffrances n’est pas un phénomène nouveau, cela a toujours existé dans le monde entier au cours des siècles. Chaque culture recèle des histoires et des chansons sur ce thème.

Tout cela m’a fait penser à la grande migration durant laquelle des millions d’Africain-Américains ont fui la ségrégation brutale et la misère économique du Sud rural pour les villes industrielles du Nord. En faisant ce rapprochement j’ai imaginé les nouvelles chansons que vous trouverez ici.

Qu’il s'agisse d’un ex-métayer qui fait du stop entre Clarksdale et Chicago en 1923 ou d’un orphelin d’Alep dans un esquif rempli de réfugiés, c’est toujours le blues de l’émigration.

Avec cet album je souhaite nous encourager tous à garder nos esprits et nos coeurs grands ouverts quant à la détresse des réfugiés où qu’ils soient. L’histoire le prouve : chacun de nous descend de gens qui à un moment ou un autre on été forcés de partir.

Peace and Love, Eric

Où écouter Eric Bibb

  • vendredi 31 mars 20h30 à la salle Georges Brassens d'Aucamville (31) dans le cadre du festival de guitare d'Aucamville, avec JJ Milteau
  • mardi 01 août à 21h au chapiteau de Marciac dans le cadre de Jazz In Marciac

Eric Bibb (guitare, voix)

Jean-Jacques Milteau (harmonica)

Gilles Michel (basse)

Larry Crokett (batterie)

Programmation musicale

Eric Bibb « Migration Blues »

Migration Blues (E. Bibb, M.J. Browne, JJ Milteau)

Dixiefrog 8795

{% image dc8d89c5-76fd-46b3-974e-671e2ec6134f %}

Eric Bibb en direct du studio 143

With a Dolla' In My Pocket (E. Bibb)

Eric Bibb en direct du studio 143

Refugee Moan (E. Bibb)

Mathis Haug « Wild Country »

Jimmy The Harp (Mathis Haug, Sebastian Danchin)

Nueva Onda 005

{% image 78356341-aa67-4ac7-aab9-dbe05309640d %}

Tony Bennett « The Beat Of My Heart »

Blues in the Night (J. Mercer, H. Arlen)

Columbia Legacy 88985406872

{% image 0b120aaa-4e45-45dc-a418-c9ab17cc17ba %}

Julia Hülsmann « Sooner and Later »

Soon (Julia Hülsmann)

ECM 2547

{% image 8eea70f7-cf88-42e7-bd3d-38c3b5085995 %}

Natalia M. King « Bluezzin T'il Dawn »

Love You Madly (Natalia M. King)

Challenge 73421

{% image fcb978c0-c41e-4b64-aa77-8ef58112de8c %}

Macy Gray « Stripped »

Sweet Baby (Macy Gray, Joe Solo)

Chesky 389

{% image c17cf651-fde0-4bc0-9c91-e60f5b99367d %}

Michel Pastre « Charlie Christian Project »

Wholly Cats (Benny Goodman)

Autoprod MPQ 001

{% image a503c067-9f93-4551-8cd4-3c695314315f %}

Eric Allard « Palimpseste »

Pistache, le chat neurasthénique (Eric Allard)

Autoprod

{% image 352e77ae-4e06-4049-a58f-8f6f6ca7faa1 %}

Billie Holiday « Complete Masters, 1933-59 »

On The Sunny Side Of The Street (Jimmy McHugh, Dorothy Fields)

Universal 5336154-2

{% image 07f4306b-9399-4422-9d0a-98caec2ea4c6 %}

Big Daddy Wilson « Neckbone Stew »

He'll Make A Way (Blount, Bibb)

Ruf 1236

{% image 4487a72a-fb74-44f9-8f19-c43a1e06bc68 %} - réalisé par : Fabien Fleurat