Dans la presse, le point sur la situation en Arménie, où Nikol Pachinian a suspendu sa campagne de désobéissance civile. L’adoption, aux Etats-Unis, dans l’Etat de l’Iowa, d’une loi extrêmement restrictive en matière d’avortement. Et le destin politique du journaliste irakien qui avait lancé une chaussure à la figure de George W. Bush en 2008. Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…
 
Dans la presse, ce matin, l’appel lancé par l'opposant arménien Nikol Pachinian à ses partisans, auxquels il a demandé de mettre fin aux manifestations.
 
Le leader de la contestation en Arménie affirme avoir obtenu le soutien des quatre partis représentés au Parlement pour son élection au poste de Premier ministre le 8 mai prochain. «Pachinian supend sa campagne de désobéissance civile», annonce le quotidien libanais L’Orient Le Jour, qui précise qu’en cas d’échec des négociations avec les partis au pouvoir, l’Arménie organisera des législatives anticipées. Nikol Pachinian serait-il en passe de remporter son pari? C’est le sentiment du journal La Croix, qui explique que la force de son mouvement est de ratisser dans presque tous les milieux, d’Erevan aux villes de province, des quartiers centraux aux banlieues populaires. «A l’inverse de la révolution du Maïdan en Ukraine, cet autre ancienne république soviétique, la mobilisation arménienne n’a pas de place symbolique, bougeant d’une esplanade à l’autre, avec des décrochages en province et des étudiants qui circulent de rue en rue afin de pousser les indécis à se joindre aux protestations», raconte le journal, qui voit dans le parlement arménien «le dernier lieu entièrement aux mains du pouvoir», un rassemblement «d’oligarques, de technocrates ou d’hommes politiques expérimentés, (dont) beaucoup ont peur de perdre leurs privilèges ou leurs actifs», mais où d’autres seraient prêts à composer avec Nikol Pachinian «dans l’espoir de conserver un avenir politique».
 
Alexander Iskandaryan, le directeur du Caucasus Institute, est lui aussi persuadé que Nikol Pachinian finira par arriver au pouvoir. Interrogé par Libération, cet expert prévient néanmoins que sa nomination «ne sera que le début d’un long chemin sinueux pour transformer l’Arménie en véritable démocratie». «L’Arménie ne deviendra pas la Suisse en trois jours», met-il en garde, rappelant, au passage, que l’ex-journaliste «ne propose pas» de programme, ce qui serait «très judicieux», selon lui, «car le moindre programme lui enlèverait une partie du soutien»: «s’il se déclare en faveur de la Russie, des gens vont se détourner. Contre la Russie, d’autres partiront. Sur le libéralisme ou les idées de gauche, il y aura toujours des mécontents». D’après Alexander Iskandaryan, Pachinian propose des slogans généralistes et très rassembleurs, car «tout le monde est contre la corruption». «Le problème, conclut-il, c’est que les gens qui sont dans la rue en ce moment attendent le bonheur. Ils vont forcément être déçus».
 
Aux Etats-Unis, l’Etat de l’Iowa a adopté un texte qui interdit l’avortement dès six semaines de grossesse, avec une exception pour les victimes de viol et d’inceste. Six semaines, soit à peu près le moment à partir duquel les femmes commencent à percevoir les signes de leur grossesse, et à partir duquel les battements de cœur du foetus peuvent commencer à être détectés, rappelle The Washington Post, qui évoque l’une des «lois les plus contraignantes du pays» en matière d’avortement. Une loi «qui ne mettra pas un terme aux interruptions volontaires de grossesse», critique le Des Moines Register, qui juge que ce n’est pas non plus en culpabilisant les femmes qu’on les amènera à moins recourir à IVG. «Beaucoup de législateurs de l’Iowa nous ont donné l’impression qu’ils cherchaient à nous dire qu’ils aimaient tous les fœtus sans distinction, mais qu’ils faisaient en réalité peu de cas des femmes qui les portent. C’est une honte», assène le journal.
 
Les Etats-Unis, où l’ami de Donald Trump, Rudy Giuliani, vient de le contredire sur l’argent versé à Stormy Daniels. Selon la version du président américain, son avocat, Michael Cohen, a versé 130 000 dollars à l’actrice porno en échange de son silence sur leurs relations intimes, sans jamais lui en toucher un mot. Une version totalement contredite par l’ex-maire de New York, qui a assuré hier, au cours d’une interview télé, que Donald Trump avait remboursé son avocat. Vu sur le site de Vox.
 
On ne se quitte pas là-dessus. On dit souvent que le journalisme mène à tout. Pour Muntadhar al Zaid, c’est définitivement le cas. D’après The Middle East Eye, cet ancien journaliste irakien, qui s’était fait connaître dans le monde entier pour son geste rageur contre George W. Bush – auquel il avait lancé sa chaussure à la figure lors d’une conférence de presse en décembre 2008 - a annoncé qu’il allait se présenter aux élections législatives irakiennes du 12 mai prochain. S’il parvient à se faire élire, il fera partie des parlementaires qui devront à leur tour désigner les nouveaux Premier ministre et président irakiens.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.