Dans un entretien exclusif accordé à France 24, le président algérien Abdelmadjid Tebboune estime qu’il existe aujourd'hui une opportunité d'"aller loin dans le règlement du problème de la mémoire" avec la France.