Désigné cet été à la tête de la sélection grecque, Fernando Santos aura du mal à faire oublier son prédecesseur Otto Rehhagel. Le stratège portugais évoque l'honneur et la responsabilité inhérents à ce défi.