Des histoires de lieux et de vies méconnus de la traite négrière à Nantes

Quels sont les lieux nantais encore méconnus de l'histoire de la traite négrière ? En quoi le cimetière Miséricorde, la basilique Saint-Nicolas ou encore la "seigneurie" du Grand Blottereau éclairent-ils, à partir de nouveaux récits, la complexité du passé esclavagiste de Nantes ?  Quelles sont les petites et grandes anecdotes qui se réfugient dans ces espaces aujourd'hui encore traversés ?

C'est ce que propose de découvrir Pop’ Média à partir d'une série de podcasts, sur une initiative du réalisateur Guillaume Ploquin et de l'architecte-anthropologue Rossila Goussanou.

Chaque podcast sera consacré à la découverte d'un lieu, à travers une visite commentée par un.e invité.e. Tantôt portés par les voix d'un.e historien.ne, d'un.e descendant.e d'armateur ou d'un.e écrivain.e.

#2 Les navires négriers nantais, convoyeurs des plantes tropicales en France

À Nantes, dès le début de la traite négrière, plusieurs navires négriers rapportent à leur bord des plantes. Au départ de manière anecdotique et spontanée, une ordonnance royale de 1726 impose à tous les capitaines de navires marchands - et donc aux navires affrétés par des armateurs négriers - d’acheminer des plantes et des graines des Antilles, d'Amérique et d’Afrique. Le chirurgien de bord est alors chargé de la collecte de plantes (principalement médicinales) et du savoir local sur leurs usages. Aujourd’hui, les serres tropicales du parc du Grand Blottereau sont les héritières de cette collecte botanique et préservent de nombreuses espèces arrivées à Nantes durant la traite négrière.

 

Pour aller plus loin :

Catherine Vadon, Aventures botaniques d'Outre-Mer aux terres atlantiques, Ed. Jean-Pierre Gyss. 2002

Yves-Marie Allain, Voyages et survie des plantes au temps de la voile, Ed. Champflour, 2000

Germaine Courteix, Le Jardin des Apothicaires. Contribution à l'histoire de la pharmacie à Nantes, Baugé, Impr. du Pays Baugeois, 1929

Fleury Marie, « Impact de la traite des esclaves sur la phytogéographie : exemple chez les Aluku (Boni) de Guyane française », Journal d'agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 36ᵉ année, bulletin n°1,1994. pp. 113-137.

 

Invités : Valérie Bouchet et Jean-Marc Rauphie

Interview  : Rossila Goussanou

Réalisation : Guillaume Ploquin

Mixage : Manon Ribat