http://jovialiste.com/pslb/Audrey-5.mp3

télécharger | Open Player in New Window

#5 : Sous l’influence du Bonheur

Bonjour à tous, vous écoutez l’émission Propos sur le Bonheur et bienvenue à la cinquième capsule, Sous L’influence du Bonheur avec Audrey. J’ai 19 ans et que j’essaie de mieux comprendre le monde dans lequel je vis pour m’aider à faire des meilleurs choix et à prendre des décisions plus réfléchies. Je commence avec une citation de La Rochefoucauld, “Il faut tenir à une résolution parce qu’elle est bonne, et non parce qu’on l’a prise.”

Avec le mois de janvier qui s’est écoulé dans notre sablier en quelques secondes et le mois de février qui s’est pointé le nez en nous apportant un froid de canard brutal, ce ne serait pas anormale qui notre morale se dégonfle juste un petit peu. Après le mois des résolutions vient le mois de la réalité; notre visite au Gym est beaucoup plus occasionnelle qu’hebdomadaire et si on parle honnêtement, au « yable »  les abonnements quand on peut se réconforter avec un bon morceau de tarte au sucre ou bien un bon verre de cognac, c’est selon, pour adoucir les « blues » de l’hiver.

Je vous avoue que c’est bien difficile de trouver une source de motivation quand l’activité du jour se limite à s’emmitoufler sur le sofa devant la télévision, la boîte de kleenex en main. Eh bien, à tous les concernés, il faut qu’on brave le froid pour qu’on puisse sortir de notre caverne d’hibernation. Sans ce coup de pouce, il n’y aucun moyen de se sortir de notre léthargie le sourire aux lèvres. C’est bien de faire des résolutions chaque année, mais un moment donné il faudrait qu’on brise la glace et qu’on ait du succès pour que nos résolutions passent de la fiction à la réalité.

Allez les ermites, sortez de votre cachette!

Il faut avoir la capacité de s’auto-motiver et honnêtement l’hiver peut être une grande source de bonheur. À la place de vous apitoyer devant la télévision, sortez prendre une marche, mais bien habillée bien sûre, sinon, l’effort va s’annuler très rapidement et tournera en frisson désagréable! Parallèlement à ce que je disais dans ma dernière capsule, la neige assouplie tous les paysages en grand royaume glaciaux. Avec une fine couche de blanc même les quartiers les plus délabrés pourraient facilement figurer dans un film et avoir l’air prestigieux. Sortir de notre zone de confort, littéralement, fait du bien. Que ce soi une bonne marche de santé ou une sortie dans un des nombreux festivals qu’offre Montréal, c’est important de le faire parce que ça nous rafraichit les idées et surtout ça nous donne un regain d’énergie. Cette vitalité est essentielle pour vous aider à enfin accomplir vos buts. Le plus sain qu’on se sent, le plus on est apte à réaliser des projets ou bien encore des fameuses résolutions non-résolu qui s’ajoute sur notre lassante liste d’objectifs potentiels.

Alors, fini la procrastination, on ressuscite notre espoir et notre optimisme qui régnaient le mois dernier et très bientôt, on retrouvera notre bonne humeur.

Vous n’êtes toujours pas convaincu qu’on doit mettre sur pause notre période de dormance?

Vous n’êtes toujours pas convaincu que l’espoir et le bonheur peuvent nous frapper à tout moment même durant les mois les plus rudes, si seulement on sort de la maison?

Alors je vous conseille de visiter un site web qui s’appelle « Humans of New York » , oui, les humains de New York. C’est mon coup de cœur de l’année qui m’a souvent fait verser quelques larmes. C’est un jeune homme qui a perdu son emploi dans les finances qui a parti ce blogue, que je dirais est rendue plutôt comme une communauté d’environ 11 millions d’internautes internationales. Il prend des photos de gens qui marche dans la rue, tous les métiers confondus; des travailleurs, des fonctionnaires, des sans-abris, n’importe qui, qui a une histoire ou un petit quelque chose à raconter. Il leur pose une question ou leur propose de raconter une anecdote. Récemment, suite à une photo qu’il a prise d’un jeune homme qui disait que son principal était son héros, le blogueur a fait un portrait d’une école qui est dans un quartier particulièrement dur et pauvre à Brooklyn, New York. En quelques jours seulement, une fondation qui a été mise sur pied suite à la demande des internautes qui suivaient l’histoire de cette école avidement et qui voulaient aider, a réussi à lever au-dessus de $1.3 millions. J’ai moi-même donné un petit $5. Ce n’est rien, mais avec tous les riens de tout le monde, le montant final va énormément aider ce quartier. L’entraide humaine est absolument formidable.

Petite anecdote, mais voilà! Vous ne savez jamais ce qui peut vous arriver si vous sortez de votre cocon.

Merci beaucoup d’avoir été à l’écoute et c’est un rendez vous pour la prochaine fois. Écrivez-moi sur notre site web http://propossurlebonheur.com/ ! Je suis Audrey et c’était la cinquième capsule Sous l’influence du Bonheur à l’émission Propos sur le Bonheur.

Cet article Les Blues de l’hiver est apparu en premier sur Propos sur le Bonheur.